R. Kelly est condamné à 30 ans de prison pour trafic sexuel

0 57

Le chanteur de R&B R. Kelly a été condamné mercredi à 30 ans de prison pour avoir recruté des adolescents et des femmes à des fins sexuelles.

La juge Ann Donnelly a prononcé cette sentence devant le tribunal fédéral de Brooklyn, près d’un an après la condamnation de R. Kelly, 55 ans, par un jury new-yorkais.

“Le verdict est tombé : R. Kelly a été condamné à 30 ans”, a révélé le bureau du procureur des États-Unis pour le district Est de New York dans un tweet.

Les procureurs avaient demandé au tribunal de mettre l’artiste derrière les barreaux pour au moins 25 ans, affirmant qu’il “représente toujours un grave danger pour le public.”

Rappelons que l’ex-superstar a été reconnue coupable en septembre des neuf chefs d’accusation qui pesaient sur elle.

“Ses actions étaient effrontées, manipulatrices, contrôlantes et coercitives. Il n’a fait preuve d’aucun remords ni d’aucun respect de la loi”, ont écrit les procureurs dans leur mémo sur la peine.

Les avocats de Kelly ont demandé une peine plus légère avec un maximum d’environ 17 ans.

La sentence est prononcée un mois avant que la sélection du jury ne commence le 15 août dans le procès fédéral de Kelly à Chicago, qui a été longtemps retardé.

Dans cette affaire, Kelly et deux de ses anciens associés sont accusés d’avoir truqué le procès pour pornographie du chanteur en 2008 et d’avoir caché des années d’abus sexuels sur des mineurs.

Le musicien qui a autrefois dominé le R&B fait également l’objet de poursuites dans deux autres juridictions d’État.

Une étape importante de #MeToo

La condamnation de Kelly à New York a été largement considérée comme une étape importante pour le mouvement #MeToo : C’était le premier grand procès pour abus sexuel où la majorité des accusatrices étaient des femmes noires.

C’était également la première fois que Kelly devait faire face à des conséquences pénales pour les abus qu’il aurait infligés à des femmes et des enfants pendant des décennies.

Les procureurs avaient pour mission de prouver que Kelly était coupable de racket, une accusation fédérale généralement associée aux syndicats du crime organisé, qui dépeignait Kelly comme le patron d’une entreprise d’associés qui facilitaient ses abus.

En appelant à la barre 45 témoins, dont 11 victimes présumées, ils ont minutieusement présenté un ensemble de crimes que, selon eux, l’artiste né Robert Sylvester Kelly a commis pendant des années en toute impunité, profitant de sa notoriété pour s’en prendre aux moins puissants.

Ces témoignages destinés à prouver ces actes comprennent des accusations de viol, de drogue, d’emprisonnement et de pédopornographie.

Ses accusateurs ont décrit des événements qui se recoupent souvent : De nombreuses victimes présumées ont dit avoir rencontré le chanteur à des concerts ou dans des centres commerciaux, puis s’être vu remettre des bouts de papier avec les coordonnées de Kelly par des membres de son entourage.

Plusieurs d’entre elles ont dit qu’on leur avait dit qu’il pouvait soutenir leurs aspirations dans l’industrie musicale. La relation entre Kelly et la défunte chanteuse Aaliyah est au cœur du dossier de l’État.

Kelly a écrit et produit son premier album – “Age Ain’t Nothin’ But A Number” – avant de l’épouser illégalement alors qu’elle n’avait que 15 ans, car il craignait de l’avoir mise enceinte.

Leave A Reply

Your email address will not be published.