Le président intérimaire de la Cour suprême du Nigeria s’engage à respecter la Constitution

Avec Timothy Choji, Abuja

0 60

Le nouveau président de la Cour suprême du Nigeria, le juge Olukayode Ariwoola, qui vient de prêter serment, affirme qu’il respectera la constitution du pays dans l’exercice de ses fonctions.

Le juge Ariwoola a fait cette déclaration lors d’un entretien avec les correspondants de State House lundi, peu après avoir prêté serment.

Le Président de la Cour suprême (CJN) par intérim a intimé qu’avec la coopération de ses collègues, les juges de la Cour suprême, ils ne feront pas défaut à la nation.

Selon lui : “Ce que les Nigérians sont en droit d’attendre de moi, c’est que je me conforme à la constitution de la République fédérale du Nigeria, que je la préserve, que je la respecte et que je la protège, et c’est ce que je ferai essentiellement avec la coopération de mes collègues juges de la Cour suprême. Nous ne laisserons pas tomber les Nigérians”.

Concernant la prétendue controverse autour de la Cour suprême, le CJN intérimaire a noté qu’il n’y avait aucune controverse.

Il a ajouté que ce qui a transpiré peu avant le changement de garde à la Cour suprême était un mémo interne de la Cour suprême, adressé directement à l’ancien CJN, le juge Ibrahim Tanko, et que la question est déjà résolue.

A lire aussi: le président de la Cour supreme répond aux juges au sujet de l’appui social

“Il n’y a pas de controverse à la Cour suprême, nous ne formons qu’une équipe avec le président de la Cour et c’est pourquoi vous avez entendu le Président dire que Sa Seigneurie (le juge Ibrahim Tanko) se désengage pour des raisons de santé.

“Il s’agissait d’un mémo interne de la Cour, ce n’était pas une pétition, ce n’était pas une lettre. Elle a été adressée par les frères juges de la Cour suprême et présentée directement à Sa Seigneurie.

“Il s’agissait de questions à résoudre entre les juges et nous avons commencé à les résoudre”. a-t-il révélé.

En rappel, le 20 juin, 14 juges de la Cour suprême avaient adressé une lettre de protestation au juge Ibrahim Tanko, l’ancien président de la Cour, dans laquelle ils déploraient les difficultés auxquelles ils étaient confrontés dans l’exercice de leurs fonctions.

Le juge Ariwoola a prêté serment en remplacement du juge Tanko, qui a démissionné de son poste le dimanche 26 juin, pour des raisons sanitaires.

Leave A Reply

Your email address will not be published.