Le gouvernement de l’État d’Anambra s’engage à développer le secteur agricole

0 43

L’État d’Anambra, dans le sud-est du Nigeria, a réaffirmé son engagement à développer le secteur agricole.

Le gouverneur de l’État, Chukwuma Soludo, l’a souligné lors d’une réunion à Awka, la capitale de l’État, à l’occasion de ses 100 jours au pouvoir.

M. Soludo a indiqué que son administration s’était déjà lancée dans une économie agressive basée sur l’agriculture, rappelant que l’ancienne région de l’Est a connu la plus grande prospérité économique lorsqu’elle dépendait uniquement des revenus de l’huile de palme.

D’après lui, l’État a décidé, dans le cadre d’un programme permanent d’autonomisation, de donner à ses agriculteurs et autres amateurs d’agriculture des plants de palmiers et de cocotiers qu’ils pourront cultiver et commencer à gagner de l’argent dans un délai maximum de cinq ans.

Selon lui, l’État est sur le chemin du retour là où s’est arrêté feu Michael Iheonukara Okpara (25 décembre 1920 – 17 décembre 1984). Il était un homme politique nigérian et Premier ministre de l’Est du Nigeria pendant la Première République, de 1959 à 1966. Il était un ardent défenseur de ce qu’il appelait le “socialisme pragmatique” et pensait que la réforme agricole était cruciale pour le succès final du Nigeria.

“Il a construit le Nigeria oriental avec les fonds de l’huile de palme.

“Les villes d’Onitsha et de son marché principal, d’Enugu, de l’université du Nigeria, de Nsukka, de Port Harcourt, de Calabar, d’Aba et les autres ont été construites grâce à l’huile de palme.

“Mais tout cela a été abandonné avec la découverte du pétrole brut et des revenus qui en découlent, mais il y a énormément de place pour maximiser notre potentiel dans la production de palme.

“Les Malaisiens ont visité l’Est du Nigeria pour prélever des échantillons de palmiers, mais aujourd’hui, ses exportations de palmiers dépassent de loin celles du Nigeria en pétrole brut. Aujourd’hui, nous allons en Malaisie pour obtenir des plants améliorés qui arrivent à maturité entre 4 et 5 ans.

“Un ménage qui obtient 30 ou 40 plants sort définitivement de la pauvreté ; le gouvernement veut donc planter environ un million de plants chaque année pendant les 10 prochaines années et si nous y parvenons, cela nous rapportera plus que le comité d’allocation du compte de la Fédération et les recettes générées à l’intérieur du pays”, a noté M. Soludo.

Leave A Reply

Your email address will not be published.