Nigéria: vers l’irrigation au goutte-à-goutte pour la production alimentaire

0 42

Pendant que les prix des aliments continuent de grimper en flèche, le gouvernement nigérian a révélé qu’il envisageait l’irrigation au goutte-à-goutte pour la production alimentaire.

C’est ce qu’a fait savoir le directeur de l’irrigation et du drainage du ministère fédéral des Ressources en eau, Engr Esther Oluniyi, lors d’un atelier de lancement sur l’assistance technique de la FAO pour la promotion d’un système pilote d’irrigation au goutte-à-goutte, situé dans le projet d’irrigation de Gari, sous l’égide de l’Autorité de développement du bassin de la rivière Hadejia Jama’are, à Abuja.

Selon Mme Oluniyi, il était devenu impératif de comparer l’initiative pilote d’irrigation goutte à goutte avec les systèmes d’irrigation par inondation, entre autres.

D’après ses propres mots : “Le gouvernement nigérian fait des efforts à travers le ministère fédéral des ressources en eau pour promouvoir la sécurité alimentaire et la gestion durable de l’eau pour l’agriculture irriguée afin de produire plus de récoltes par goutte d’eau. La FAO a exprimé son soutien par le biais du Programme de coopération technique (PCT) pour promouvoir un système pilote d’irrigation au goutte-à-goutte de 20-25 ha, qui a commencé par l’identification de terres/sites appropriés pour le projet. Ce programme a été lancé par le Département de l’irrigation et du drainage comme une initiative pilote pour comparer le système d’irrigation au goutte-à-goutte à faible consommation d’énergie avec le système d’irrigation par gravité et le système d’irrigation par inondation en vue de définir certains paramètres d’irrigation tels que le volume d’eau utilisé, la quantité de gouttes produites, le coût de l’énergie, le coût de la main-d’œuvre, etc.”

Dans un message de bonne volonté, le représentant de la FAO au Nigeria et à la Commission de la CEDEAO, Fred Kafeero, a noté que l’essence de l’atelier se situe dans le sillage du changement climatique qui a frappé le Nigeria et d’autres pays.

Selon M. Kafeero : “Le projet arrive à un moment opportun, pendant que les pays, dont le Nigeria, sont confrontés aux effets dévastateurs du changement climatique, aux défis associés au déclin des ressources naturelles et aux défis sécuritaires croissants qui menacent l’approvisionnement alimentaire, ainsi qu’à la perte persistante de sources de revenus parmi la population des moyens de subsistance basés sur l’agriculture. Pour nous, à la FAO, la promotion de l’irrigation au goutte-à-goutte au Nigeria fournira un environnement favorable et attrayant qui amènera davantage de jeunes, de paysans et d’autres groupes vulnérables à s’engager dans la production de cultures de haute valeur grâce à l’utilisation de technologies d’irrigation moins coûteuses et plus simples qui peuvent être exploitées et entretenues avec un minimum de formation.”

Il a également assuré que la FAO continuera à soutenir le gouvernement nigérian et à travailler avec le gouvernement à travers ses ministères des ressources en eau, de l’agriculture, de la santé et de l’environnement, dans le but de réduire la pauvreté, d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de gérer efficacement les ressources naturelles.

Dans un message de bonne volonté, le président national de l’Association des agriculteurs du Nigeria (AFAN), Arc Kabir Ibrahim, représenté par le président adjoint de l’AFAN, le chef Daniel Okafor Obiora, a exprimé son espoir de voir l’irrigation au goutte-à-goutte changer la donne en matière de production alimentaire.

“Afin d’atteindre durablement la sécurité alimentaire, nous devons augmenter, comme cela a été fait dans les pays où d’immenses progrès ont été réalisés en matière de suffisance alimentaire, l’agriculture pluviale traditionnelle que nous pratiquons généralement aujourd’hui avec l’irrigation utilisant non seulement les eaux de surface mais aussi les eaux souterraines. Le système d’irrigation au goutte-à-goutte pour les petits exploitants agricoles améliorera leur productivité en leur permettant de s’engager dans des activités agricoles tout au long de l’année. Pour mener à bien la transformation agricole dans laquelle nous sommes actuellement engagés au Nigeria, l’irrigation est essentielle et l’atelier visant à promouvoir le système est pertinent. Nous attendons avec impatience la mise à disposition de ce système agricole à nos agriculteurs”, a-t-il conclu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.