Les députés entendent mener une enquête sur l’administration du Fonds écologique de 2010 à mars 2022

Propos recueillis par Gloria Essien, Abuja

0 18

La Chambre des représentants a chargé sa commission sur le Fonds écologique d’enquêter sur le total des versements au Fonds écologique au cours des 12 dernières années et d’évaluer le décaissement du fonds conformément aux dispositions de la loi.

La commission doit également évaluer le décaissement du Fonds écologique conformément aux dispositions de la constitution de 1999 de 2010 à mars 2022.

Le comité organisera des auditions publiques avec toutes les principales parties prenantes sur l’utilisation efficace et efficiente du Fonds écologique.
Le comité organisera des auditions publiques avec toutes les principales parties prenantes sur l’utilisation efficace et efficiente du Fonds écologique et fera un rapport dans les six (6) semaines pour une action législative supplémentaire.

Les résolutions ont suivi une motion sur la nécessité d’enquêter sur la consolidation totale de l’accumulation et de l’utilisation du Fonds écologique parrainé par l’honorable Femi Bamisile.

Il a noté que “l’existence du Fonds écologique en tant que fonds d’intervention mis en place par le gouvernement fédéral du Nigeria était de répondre aux multiples défis écologiques à travers le pays”.

“Le gouvernement fédéral, les trente-six (36) États de la Fédération, les 774 zones de gouvernement local et le Territoire de la capitale fédérale reçoivent des fonds par le biais du Comité fédéral d’allocation (FAC) en tant que parts du Fonds écologique.

“Outre les crédits statutaires annuels, quatre agences du gouvernement fédéral tirent des fonds de la part de 1 % du gouvernement fédéral allouée à l’écologie et au fonds de dérivation conformément à leurs lois d’habilitation respectives. Il s’agit de l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA) qui, en vertu de la section 13(2) (b) de sa loi, tire 20 %, de l’Agence nationale pour la Grande Muraille verte (NAGGW) qui, en vertu de la section 12(2) (b) de sa loi, tire 15 %. La Commission de développement du Nord-Est (NEDC), en vertu de la section 14 (12) (b) de sa loi, reçoit 10 % et l’Autorité nationale de développement des terres agricoles (NALDA), en vertu de la section 18 (2) (a) de sa loi, reçoit 10 %.

“Les efforts visant à rendre les bénéficiaires du Fonds écologique responsables des fonds partagés qu’ils ont accumulés au cours des dernières années ont été ignorés”.

Dans sa contribution au débat, le vice-président, M. Idris Wase, a déclaré qu’il y avait eu des questions sur la façon dont le fonds était utilisé.

Il a donc chargé la commission de mener une enquête approfondie.

En adoptant la motion, la Chambre a demandé à la commission de mener des auditions publiques avec toutes les principales parties prenantes sur l’utilisation efficace et efficiente du Fonds écologique et de faire un rapport dans les six semaines pour de nouvelles contributions législatives.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.