Conseil des ministres: approbation d’un projet de loi sur l’inspection des fruits et légumes

Timothy Choji nous a relaté les faits en anglais depuis Abuja

0 27

Le Conseil des ministres au Nigeria communément appelé Conseil exécutif fédéral a approuvé la promulgation du projet de loi 2022 sur le Service fédéral d’inspection des produits, pour la transmission et l’adoption ultérieure à l’Assemblée nationale.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Investissement, Niyi Adebayo, l’a révélé aux correspondants de la maison d’État à la fin de la réunion du conseil présidée par le président Muhammadu Buhari.

Selon le ministre, la loi proposée vise à abroger le Produce Enforcement of Standards Act 2004, qui est actuellement en vigueur.

Adebayo a déclaré qu’une fois adoptée, la nouvelle loi permettra au ministère d’établir cinq laboratoires dans les zones géopolitiques du pays, pour l’analyse microbienne des produits agricoles destinés à la consommation locale et à l’exportation.

Selon ses propres mots : “La justification de la note est principalement liée à la nécessité de disposer d’un régime d’inspection des produits complet au Nigeria, capable de garantir les meilleures pratiques en matière d’exportation de produits du Nigeria.

“Le projet de loi proposé vise à corriger les lacunes de la loi précédente. Par exemple, la structure organisationnelle à laquelle la loi s’applique, qui est passée de 16 à 72, le lieu couvert par les ordonnances d’urgence pour le contrôle des parasites en cas d’épidémie.

“L’ancienne loi ne couvrait que Lagos, mais la nouvelle loi couvrira désormais l’ensemble du pays. La nouvelle loi prévoit également la création de laboratoires dans cinq zones géopolitiques du pays, en plus de celui qui existe actuellement à Lagos, pour l’analyse microbienne des produits agricoles, pour la consommation locale et l’exportation. L’essence même de ce nouveau projet de loi est d’adapter la pratique de l’inspection des denrées alimentaires aux pratiques mondiales actuelles.

“La loi initiale a été promulguée en 1950. Mais elle a ensuite été renouvelée en 2004. Nous pensons qu’il est temps de la mettre à jour et c’est ce que nous avons fait et le conseil l’a approuvé. Le conseil a ordonné que le procureur général et le ministre de la justice la transmettent à l’Assemblée nationale.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.