Nigeria: les experts sanitaires appellent au don volontaire de sang

Faits rapportés en anglais par Samuel Okocha

0 21

Des spécialistes de la santé en hématologie et en transfusion sanguine sensibilisent les Nigérians à l’importance d’avoir davantage de donneurs de sang volontaires dans le pays.

Dr Ann Abiola Ogbenna, consultante en hématologie et chef du département d’hématologie et de transfusion sanguine de l’hôpital universitaire de Lagos (LUTH), a rejoint ses collègues pour mener la campagne qui a débuté cette semaine.

Cette campagne de sensibilisation d’une semaine, qui s’appuie sur des ateliers et des actions de proximité dans les centres commerciaux, vise à encourager les gens à devenir des donneurs de sang.

Selon les mots de Dr Ann : “Plus de 80 % de nos donneurs de sang sont des donneurs remplaçant leur famille. Cela signifie que vous avez un parent qui a besoin de sang. Et c’est ce que nous voulons empêcher, car ce parent ou cet aidant est déjà stressé et nous lui disons alors ‘allez chercher du sang'”.

La campagne coïncide avec la Journée mondiale du don de sang de cette année, qui vise à attirer l’attention sur le rôle que jouent les dons de sang volontaires pour sauver des vies et renforcer la solidarité au sein des communautés.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, un pour cent de la population d’un pays doit donner son sang pour qu’il y en ait suffisamment dans la banque de sang. La population du Nigeria étant estimée à 240 millions d’habitants, les hématologues estiment que le pays a besoin d’environ 2,4 millions d’unités de sang.

Mais le professeur Osunkalu-Oluseye, hématologue et transfusionniste consultant à LUTH, affirme que le Nigeria connaît actuellement un déficit important de dons à la banque du sang.

“Récemment, le Service national de transfusion sanguine nous a montré, lors d’une présentation, qu’il collectait environ 500 000 unités de sang par an. C’est environ 73 % de moins que l’objectif fixé. Nous devons faire plus que ce que nous faisons”, a intimé le professeur Osunkalu.

Pendant que les prestataires de soins de santé s’efforcent d’améliorer la culture du don de sang au Nigeria, des Nigérians jeunes et férus de technologie proposent des solutions potentielles.

Mubarak Ayeni est un étudiant en quatrième année de médecine à l’université d’Abuja. Au début de l’année, Mubarak et son cofondateur ont lancé Beta life, une application mobile qui permet aux patients de trouver des donneurs de sang.

“Comme dans le cas de la crise d’Ondo, beaucoup de personnes avaient besoin de sang, mais il y avait un lien de communication. Ainsi, Better Life relie le patient aux donneurs et à la banque du sang, a révélé Mubarak à la Voix du Nigeria lors de l’atelier de sensibilisation des donneurs de sang au LUTH.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, pour garantir que toute personne ayant besoin d’une transfusion ait accès à du sang sûr, tous les pays ont besoin de donneurs de sang volontaires et non rémunérés qui donnent régulièrement leur sang. Elle affirme qu’un programme efficace de don du sang, caractérisé par une participation large et active de la population, s’avère essentiel pour répondre aux besoins de transfusion sanguine en temps de paix ainsi qu’en cas d’urgence ou de catastrophe.

Leave A Reply

Your email address will not be published.