Le gouvernement nigérian et 10 États vont produire 2 000 MWh d’électricité hors réseau

0 21

Le ministre nigérian de l’énergie, Aliyu Abubakar, a annoncé que le gouvernement fédéral et 10 États travaillent actuellement à la production de 2 000 mégawatts d’électricité hors réseau grâce à des sources d’énergie solaire.

S’exprimant lors du dialogue sur l’énergie organisé à Abuja par Nextier Power, M. Abubakar a également révélé que les principales centrales hydroélectriques du Nigeria, Kainji et Jebba, ne produisent actuellement que 130 MW d’électricité pour le réseau, sur une capacité installée totale d’environ 1 300 MW.

Il a révélé : “Nous avons des politiques en matière de sources d’énergie renouvelables. Nous voulons les maintenir sur le mini-réseau et hors réseau pour la simple raison que le réseau n’est pas encore stable pour prendre en charge différentes combinaisons d’énergie.

“Nous voulons porter notre charge de base à un niveau qui nous permettra d’intégrer ultérieurement ces autres sources d’énergie. C’est donc ce que nous faisons et, à cet égard, nous avons quelques développeurs avec lesquels nous venons d’entamer des discussions.

“Et nous avons atteint un niveau d’évaluation financière et technique avec eux pour développer 14 projets culminant à 1 000 MW d’énergie solaire. Ce sera hors réseau. En outre, une dizaine de gouverneurs d’État essaient de faire en sorte que ces 1 000 MW soient réalisés.”

M. Abubakar ajoute : “Ils doivent produire chacun 100 MW d’énergie solaire. Et nous nous intéressons également à d’autres technologies plus récentes, comme la technologie de l’hydrogène, que nous étudions toujours et pour laquelle nous collaborons avec ceux qui la lancent.”

Le ministre a déclaré qu’il a récemment été invité par le gouvernement allemand au Nigeria où les partenaires ont eu une session sur la technologie de l’hydrogène. “Ils ont ouvert un bureau de l’hydrogène au Nigeria et donc nous sommes toujours en train d’examiner cela”, a-t-il détaillé.

Concernant l’effondrement récent du réseau électrique national, le ministre a exprimé son regret du fait que de nombreux facteurs avaient causé les pannes répétées du système électrique.

Il a souligné les causes de ces effondrements incessants du réseau, notamment le vandalisme des gazoducs, des lignes électriques et d’autres équipements, ajoutant que des niveaux d’eau inadéquats avaient également contribué aux perturbations du réseau national.

D’après ses propres mots : “Nous entrons dans la saison des pluies et les barrages ont besoin d’être inondés et si nous n’avons pas d’inondation, le niveau de l’eau va baisser. Une fois que l’eau a baissé, il n’y a plus d’énergie pour faire tourner les turbines.

“Laissez-moi vous donner un exemple, Kainji et Jebba (centrales hydroélectriques) ont une capacité installée de plus de 1 000 MW. Kainji a plus de 700MW, tandis que Jebba a 500MW à 600MW.

“Mais à l’heure actuelle, Kainji ne fournit que 50 MW au réseau en raison d’une maintenance forcée. Seule une unité sur huit fonctionne à Kainji. Il en va de même pour Jebba, qui ne nous donne que 80 MW, alors que sa capacité installée est de près de 600 MW.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.