FAO : les prix mondiaux du blé augmentent depuis quatre mois consécutif

0 22

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indique que les prix mondiaux du blé ont augmenté pour un quatrième mois consécutif en mai, soit une hausse de 5,6 pour cent pour atteindre une moyenne de 56,2 pour cent au-dessus de la valeur de 2021.

Selon le rapport de l’Indice FAO des prix alimentaires (IPA), cette hausse n’est que de 11 pour cent inférieure aux prix record atteints en mars 2008.

D’après le rapport, la forte hausse des prix du blé est due à l’interdiction d’exporter annoncée par l’Inde en raison des inquiétudes suscitées par l’état des cultures dans plusieurs des principaux pays exportateurs, ainsi qu’à la réduction des perspectives de production en Ukraine en raison de la guerre.

Le rapport révèle également que les prix internationaux du sorgho ont baissé en mai, de 3,1 %, tandis que les retombées de la vigueur des marchés du blé et les inquiétudes concernant l’état des cultures dans l’Union européenne ont fait grimper les prix de l’orge de 1,9 %.

Cependant, les prix internationaux du riz ont augmenté pour le cinquième mois consécutif en mai.

Par ailleurs, la FAO a révélé que le commerce mondial des céréales en 2021/22 était estimé inférieur au niveau record de 2020/21, en raison d’une baisse attendue du commerce mondial du maïs et reflétant l’impact des perturbations causées par la guerre en Ukraine.

Le rapport se lit comme suit :

“En ce qui concerne la saison 2022/23, les premières perspectives de la production céréalière en 2022 indiquent une baisse probable, qui marquerait le premier déclin en quatre ans.

“Sur la base de l’état des cultures déjà en terre et des intentions de plantation pour celles qui n’ont pas encore été semées, la production céréalière mondiale devrait tomber à 2 784 millions de tonnes (y compris le riz en équivalent blanchi), soit une baisse de 16 millions de tonnes par rapport à la production record estimée pour 2021.

“Parmi les principales céréales, la plus forte baisse est prévue pour le maïs, suivi du blé et du riz. En revanche, les sorties mondiales d’orge et de sorgho augmenteront probablement en 2022, pour représenter un rebond partiel par rapport au niveau réduit de l’orge en 2021 et le niveau de production le plus élevé du sorgho depuis 2016.

“L’utilisation mondiale de céréales devrait également diminuer en 2022/23 de 0,1 pour cent par rapport au niveau estimé de 2021/22, pour atteindre 2 788 millions de tonnes.

“La contraction prévue, la première en vingt ans, proviendrait principalement des baisses attendues de l’utilisation du blé, des céréales secondaires et du riz pour l’alimentation animale, ainsi que d’une baisse prévue plus faible des utilisations industrielles, principalement du blé et du riz.

“En revanche, la consommation alimentaire mondiale de céréales devrait augmenter, au rythme de l’accroissement continu de la population mondiale.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.