Vers l’implantation des services communautaires d’élevage d’animaux dans tout le Nigeria

Détails avec Aloysius Umalo, Makurdi

0 51

L’Institut nigérian des sciences animales va mettre en place des prestataires de services communautaires d’élevage dans les 36 États du pays.

Le professeur Eustace Iyayi, registraire et directeur général de l’Institut, l’a annoncé au cours d’une réunion des parties prenantes de l’institut tenue à son siège zonal à Makurdi, la capitale de l’État de Benue dans le Nord-centre du Nigeria.

L’initiative, a-t-il déclaré, visait à fournir des services aux personnes élevant des animaux dans les communautés rurales pour leur permettre de créer des entreprises dans tout le pays.

Le professeur Iyayi a exhorté les parties prenantes à s’impliquer dans le plan stratégique de l’institut pour le bénéfice de la société en s’assurant que les diplômés dans le domaine de la science animale acquièrent des compétences pratiques pour devenir indépendants.

Les parties prenantes, qui venaient des États de Benue, Nasarawa et Plateau, ont délibéré sur les défis auxquels sont confrontées les entreprises d’élevage, les meilleures pratiques mondiales en matière d’élevage ainsi que l’effet des conditions climatiques changeantes sur l’industrie de l’élevage.

‘Nous voulons savoir comment les gens s’en sortent dans leurs entreprises d’élevage, quels sont les défis auxquels ils sont confrontés et comment nous pouvons travailler pour surmonter ces défis”, a déclaré Iyayi.

Il a conseillé à ceux qui ne peuvent pas se lancer dans l’élevage moderne d’adopter le modèle des petits exploitants pratiqué au Kenya, où ”les gens gardent les animaux dans leur cour et ne leur font pas paître les animaux”.

De son côté, un professeur d’université, Mohammed Maikano Ari, de l’université de l’État de Nasarawa, à Keffi, estime que les professionnels de l’élevage devraient être impliqués dans la résolution des crises entre agriculteurs et éleveurs dans le pays.

Le professeur Ari, qui est également membre de l’Institut nigérian des sciences animales, a noté à la Voix du Nigeria lors d’une interview que l’application continue de processus banals et le recyclage de non-professionnels qui n’ont pas les droits, les talents et les compétences nécessaires pour servir de médiateurs dans les incidents entre agriculteurs et éleveurs ont submergé le secteur de l’élevage.

La vallée de la Bénoué est une zone prédominante où il y a beaucoup d’activités d’élevage et nous avons tant à faire en tant que gouvernement et acteurs de l’industrie de l’élevage, mais si nous n’impliquons pas des professionnels et n’accordons pas une attention particulière à ce secteur, nous risquons de nous retrouver dans la même situation.

Le Professeur Ari a également plaidé pour une attention proportionnelle et des droits égaux pour les agriculteurs sédentaires et ceux de l’industrie de l’élevage et a appelé la création d’un département de services vétérinaires à partir de l’élevage pour qu’il rende des services de qualité à la société.

Leave A Reply

Your email address will not be published.