Tunisie : le leader de l’opposition condamne le régime ” autoritaire ” du président Kaïs Saïed

0 21

Le chef du parti d’opposition tunisien Ennahdha, Rached Ghannouchi, a condamné le régime “autoritaire” du président Kais Saied et l’a accusé de mauvaise conduite envers les juges qu’il a limogés jeudi.

La semaine dernière, le président tunisien a limogé 57 juges, les accusant de corruption, de protection de “terroristes” et de harcèlement sexuel, alors qu’il renforçait son emprise sur le système judiciaire.

“(Nous devons) nous mobiliser pour soutenir le Conseil supérieur de la magistrature et la liberté de la presse, ainsi que pour soutenir les valeurs portées par la révolution, qui sont menacées par ce coup d’État de ce régime autoritaire et individuel qui veut remplacer la constitution, celle choisie par le peuple tunisien”. Le président s’est comporté de manière horrible envers les juges, qui ne sont pas des employés mais une autorité”, a déclaré Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste tunisien Ennahdha.

En juillet dernier, les critiques ont accusé M. Saied de vouloir s’emparer du pouvoir d’un seul homme après avoir limogé le gouvernement et s’être emparé des pouvoirs exécutifs.

Il a été accusé d’avoir organisé un coup d’État après avoir renoncé à la Constitution de 2014, pour gouverner par décret.

L’année dernière, M. Saied s’est octroyé des pouvoirs étendus, des mesures qui, selon le président, étaient nécessaires pour “sauver le pays d’un péril imminent” et lutter contre la corruption généralisée.

Sous la pression des alliés de la Tunisie, qui s’inquiètent d’un recul de la démocratie dans le pays, M. Saied a établi une feuille de route prévoyant l’organisation, le 25 juillet, d’un référendum sur les réformes politiques visant à modifier la constitution.

Ce référendum serait suivi d’élections législatives le 17 décembre.

Leave A Reply

Your email address will not be published.