Le président Buhari exhorte la CEDEAO à examiner la situation humanitaire au Mali et dans d’autres pays

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 20

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a déclaré que toute décision qui sera prise par les dirigeants de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la situation politique au Burkina Faso, au Mali et en Guinée doit tenir compte des victimes de changements anticonstitutionnels de gouvernement et des conséquences néfastes de l’isolement sur ces pays.

Le président s’est exprimé samedi à Accra, au Ghana, lors de la 6e session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État sur les situations politiques dans les trois pays.

Il a exprimé son inquiétude quant au fait que depuis le dernier sommet des dirigeants de la CEDEAO le 25 mars de cette année, peu de choses ont été réalisées en termes de calendrier acceptable pour la tenue d’élections visant à restaurer un régime démocratique dans les pays concernés.

Il a noté que, malgré la libération du président Kabore par les autorités militaires du Burkina Faso, conformément à la demande des dirigeants de la CEDEAO, des mesures supplémentaires doivent être prises pour assurer sa sécurité et sa liberté totale.

Situation humanitaire
Le Président Buhari a averti que la situation sécuritaire au Mali et au Burkina Faso a atteint des niveaux alarmants avec des attaques incessantes de groupes extrémistes contre la population civile et les installations militaires, aggravant la situation humanitaire dans les deux pays.

”La détérioration de la situation humanitaire au Mali et au Burkina Faso devrait être une source de grave préoccupation pour nous en tant que dirigeants de la région. Comme vous le savez peut-être, le monde se remet encore de l’effet de la pandémie de COVID-19, qui a anéanti l’économie mondiale.

”Alors que nos économies commencent à se rétablir, l’impact de la guerre entre la Russie et l’Ukraine a entraîné une flambée des prix de nombreux produits de base, y compris les denrées alimentaires.

Nous n’avons donc pas d’autre choix que de concevoir des moyens de soutenir nos économies en devenant plus créatifs et en évoluant pour trouver d’autres canaux de demande et d’offre, afin de nous assurer que nous amortissons l’effet de la guerre et que nous empêchons nos économies de s’effondrer, et que nos populations restent productives.

”Nous devons donc veiller à ce que, quelle que soit la décision que nous prenons, nous n’oubliions pas la masse des populations des pays touchés, qui sont victimes du changement anticonstitutionnel de gouvernement et des conséquences néfastes de l’isolement provoqué”, a-t-il déclaré.

À cette fin, le dirigeant nigérian a appelé l’Autorité à réexaminer le rapport présenté par l’ancien président Goodluck Jonathan, médiateur de la CEDEAO pour le Mali, sur un calendrier de transition pour le pays d’Afrique de l’Ouest.

Le Président Buhari a noté que Jonathan avait recommandé un calendrier de transition de 16 mois ”ainsi que son appel personnel et son observation pour que nous donnions au leadership militaire du Mali jusqu’à 18 mois pour la conduite des élections, à partir de mars 2022.

”En outre, le Nigeria demande également à l’Autorité d’examiner la proposition faite précédemment pour que le président se rende personnellement à Bamako et présente cette proposition. Le Nigeria se félicite également de l’offre magnanime du Président Macky Sall, Président de l’Assemblée de l’Union africaine, d’accompagner S.E. le Président Nana Addo à Bamako à cette fin.

D’après nos conclusions, nous sommes certains que la visite de haut niveau proposée serait bien accueillie par les dirigeants militaires et permettrait d’atteindre le consensus nécessaire. Dans le même temps, la région doit être prête à fournir le soutien nécessaire au Mali pour qu’il revienne à un régime démocratique le plus rapidement possible.”

Guinée/Burkina Faso

En ce qui concerne la situation en Guinée et au Burkina Faso, le Président Buhari s’est dit préoccupé par le fait que, jusqu’à présent, les délais proposés ne correspondent pas aux attentes des dirigeants régionaux et de leurs citoyens respectifs.

Il a exhorté les autorités militaires du Burkina Faso et de la Guinée à renouveler leur détermination et à proposer immédiatement des délais acceptables pour le retour à la démocratie dans leurs pays respectifs.

Il a annoncé que le Nigeria soutient pleinement toute action, y compris l’imposition de nouvelles sanctions, que l’Autorité pourrait adopter pour contraindre les dirigeants militaires des deux pays à présenter un calendrier électoral acceptable.

”Néanmoins, il est nécessaire que la CEDEAO continue d’engager les dirigeants militaires et les principales parties prenantes au Burkina Faso et en Guinée afin de parvenir à un accord acceptable, en particulier sur les délais de transition”, a-t-il indiqué.

Auparavant, le président de l’Autorité et président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a remercié ses homologues pour leur engagement fort en faveur de la démocratie, de la paix et de la stabilité dans la région et pour avoir gardé le cap sur la situation dans les pays.

Le président Akufo-Addo, qui a salué la présence du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a déclaré que le sommet espère trouver des solutions durables à l’instabilité politique et à la résurgence des coups d’État dans la région depuis août 2020.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.