Abba Kyari et son extradition : le tribunal convoque le 29 août pour le jugement

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 31

Le juge Inyang Eden Ekwo de la Haute Cour fédérale d’Abuja, au Nigeria, a fixé au 29 août la date du jugement dans un procès visant à extrader le commissaire de police adjoint suspendu, Abba Kyari, vers les États-Unis  pour y être jugé dans une affaire de fraude présumée sur Internet.

Le juge a fixé la date vendredi après avoir entendu les arguments des parties impliquées pour et contre le procès.

Kyari, dont les arguments ont été présentés par un Senior Advocate of Nigeria SAN, Nureni Jimoh, a demandé à la cour de refuser la demande d’extradition au motif qu’il n’a commis aucun délit justifiant que le gouvernement nigérian l’emmène en Amérique.

Le chef de la police suspendu a informé la cour que plus d’un an avant son arrestation, il avait écrit au procureur général de la Fédération (AGF) et à l’inspecteur général de la police (IGP) pour les informer qu’il avait ouvert un canal de communication avec un fraudeur présumé sur Internet, Ramon Abass.

Dans les deux lettres présentées à la cour, M. Kyari a expliqué que l’objectif était de mettre en confiance le fraudeur présumé et de l’inciter à venir au Nigeria où une embuscade était déjà préparée pour une opération d’infiltration par sa propre force de frappe.

En outre, il a informé la cour que les autorités américaines l’avaient un jour félicité pour l’engagement dont il faisait preuve dans la lutte contre la fraude sur Internet.

Il a également déclaré à la cour que l’accusation de fraude électronique portée contre lui par le gouvernement américain n’est pas connue comme une infraction à la loi sur l’extradition et ne devrait donc pas être autorisée par la cour à être utilisée pour l’extrader.

Cependant, l’avocat du gouvernement nigérian, M. Pius Akuta, a demandé à la cour de ne pas tenir compte des arguments du défendeur.

Il a expliqué que les conditions préalables à l’extradition ont été remplies par le gouvernement américain avec le dépôt d’une accusation contre Kyari et une demande formelle qu’il soit emmené en Amérique pour établir sa culpabilité ou son innocence dans son acte d’accusation pour fraude sur Internet.

Le juge Inyang Eden Ekwo de la Haute Cour fédérale d’Abuja, au Nigeria, a fixé au 29 août la date du jugement dans un procès visant à extrader le commissaire de police adjoint suspendu, Abba Kyari, vers les États-Unis d’Amérique pour y être jugé dans une affaire de fraude présumée sur Internet.

Le juge a fixé la date vendredi après avoir entendu les arguments des parties impliquées pour et contre le procès.

Kyari, dont les arguments ont été présentés par un Senior Advocate of Nigeria SAN, Nureni Jimoh, a demandé à la cour de refuser la demande d’extradition au motif qu’il n’a commis aucun délit justifiant que le gouvernement nigérian l’emmène en Amérique.

Le chef de la police suspendu a informé la cour que plus d’un an avant son arrestation, il avait écrit au procureur général de la Fédération (AGF) et à l’inspecteur général de la police (IGP) pour les informer qu’il avait ouvert un canal de communication avec un fraudeur présumé sur Internet, Ramon Abass.

Dans les deux lettres présentées à la cour, M. Kyari a expliqué que l’objectif était de mettre en confiance le fraudeur présumé et de l’inciter à venir au Nigeria où une embuscade était déjà préparée pour une opération d’infiltration par sa propre force de frappe.

En outre, il a informé la cour que les autorités américaines l’avaient un jour félicité pour l’engagement dont il faisait preuve dans la lutte contre la fraude sur Internet.

Il a également déclaré à la cour que l’accusation de fraude électronique portée contre lui par le gouvernement américain n’est pas connue comme une infraction à la loi sur l’extradition et ne devrait donc pas être autorisée par la cour à être utilisée pour l’extrader.

Cependant, l’avocat du gouvernement nigérian, M. Pius Akuta, a demandé à la cour de ne pas tenir compte des arguments du défendeur.

Il a déclaré que les conditions préalables à l’extradition ont été remplies par le gouvernement américain avec le dépôt d’une accusation contre Kyari et une demande formelle qu’il soit emmené en Amérique pour établir sa culpabilité ou son innocence dans son acte d’accusation pour fraude en ligne.

 

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.