Secteur éducatif: élaboration d’un contenu du cours sur la technologie intelligente à l’école

Détails avec Temitope Mustapha,Abuja

0 32

La Commission de l’éducation de base universelle (UBEC) a commencé la mise en œuvre complète des programmes d’apprentissage électronique dans l’éducation de base à travers le Nigeria.

Selon l’UBEC, cette décision fait suite à la nécessité de relever les défis majeurs causés par le confinement et la fermeture des écoles par la pandémie de COVID-19.

La commission a également fait valoir qu’elle avait réuni une équipe d’experts à Kano pour un atelier de 5 jours afin de développer le plan et le contenu du cours pour la formation des gestionnaires de l’éducation, des enseignants, du personnel de soutien technique et d’autres parties prenantes pour les programmes Smart Schools et E-Learning dans l’éducation de base au Nigeria.

Le chef de l’unité des relations publiques de l’UBEC, M. David Apeh, a déclaré dans un communiqué publié à Abuja que les experts de l’atelier identifieraient les cours nécessaires aux parties prenantes des projets E-Learning et Smart Schools.

Il a déclaré qu’ils allaient également développer des plans de cours et des contenus de cours pour les projets E-learning et Smart Schools ainsi que des modalités pour la livraison des cours de formation sur les projets E-learning et Smart Schools.

Écoles intelligentes

Il a rappelé que la Commission construisait six écoles intelligentes (six écoles d’information, de communication et de télécommunications) dans les six zones géopolitiques allant d’un coût d’environ 3,6 milliards de naira dans le cadre de l’initiative visant à encourager l’apprentissage électronique dans le pays.

L’UBEC construira également une de ces écoles dans les 36 États de la Fédération, pour un coût estimé à environ 350 millions de dollars chacun.

Les écoles auront la capacité d’accueillir un grand nombre d’étudiants et disposeront d’une infrastructure TIC.

M. Apeh a souligné que la formation était essentielle car elle vise à doter les enseignants de compétences qui leur permettront de développer leurs propres contenus et de les diffuser.

Le secrétaire exécutif de l’UBEC, Dr Hamid Bobboyi, a noté dans son discours prononcé lors de l’atelier : “Les récents défis dans le sous-secteur de l’éducation de base occasionnés par la pandémie de Covid-19 ont accéléré le besoin de nouveaux modèles d’apprentissage et d’enseignement qui offrent aux apprenants et aux enseignants des opportunités d’apprentissage flexibles visant à assurer un accès sans entrave à une éducation de qualité.

“D’où l’idée d’intégrer l’apprentissage en ligne dans le système d’éducation de base.

“Heureusement, la Commission, avant même l’apparition de la pandémie de Covid-19, a vigoureusement poursuivi deux projets importants : les projets Smart Schools et E-learning.

“Pour que ces deux projets puissent décoller avec succès, il est nécessaire que la Commission développe les capacités des acteurs concernés qui géreront ces écoles en particulier et le sous-secteur de l’éducation de base en général.

“C’est sur cette base que la Commission propose un atelier de 5 jours pour le développement du plan et du contenu des cours pour la formation des gestionnaires de l’éducation, des enseignants, du personnel de soutien technique et des autres parties prenantes pour les écoles intelligentes et les programmes d’apprentissage en ligne”, a-t-il expliqué.

Formation générale

M. Bobboyi a également expliqué que le renforcement des capacités des différentes catégories de parties prenantes comprendrait une formation générale sur les outils et les équipements TIC.

Il a ajouté que la formation couvrirait également toutes les questions relatives à l’utilisation efficace des différents outils et équipements TIC pour permettre aux enseignants de les utiliser efficacement, en précisant que cela couvrirait également les domaines liés aux différents logiciels et à leur utilisation dans le cadre de l’apprentissage en ligne.

En ce qui concerne la formation pédagogique numérique, le patron de l’UBEC a évoqué qu’elle se concentrerait sur le développement des compétences des enseignants en matière d’enseignement en ligne, et que les compétences pédagogiques requises pour l’enseignement en ligne sont très différentes des compétences pédagogiques en face à face.

“Sans ces compétences, l’impact attendu de l’initiative sera minime, voire inexistant. La formation couvrira des domaines tels que les compétences pédagogiques pour l’enseignement en ligne, le système de gestion de l’apprentissage, les pratiques d’évaluation, la méthodologie d’apprentissage mixte, etc.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.