Le Nigeria a connu une croissance de 3,1% au cours du premier trimestre de l’année

Détails avec Cyril Okonkwo, Abuja

0 24

Le Conseil exécutif fédéral a reçu ce mercredi un rapport sur la croissance de 3,1 % du produit intérieur brut (PIB) du Nigeria au cours du premier trimestre de 2022.

La ministre des Finances, du Budget et de la Planification nationale, Zainab Ahmed, a présenté le rapport lors de la réunion du Conseil présidée par le vice-président Yemi Osinbajo.

Mme Ahmed, qui a informé les médias après la réunion, a noté que le rapport montrait une croissance positive par rapport à la croissance de 0,5% au premier trimestre de l’année dernière.

“Cette croissance montre une stabilité économique progressive depuis la récession que nous avons connue en 2020.

“Et cela montre également le sixième trimestre de croissance positive que l’économie nigériane a présenté.

“Ainsi, sur les 46 activités économiques, la performance globale du secteur montre que le secteur des services a connu une forte croissance de 4,7 %, l’agriculture a également connu une croissance de 3,61 %.

“L’industrie, en revanche, s’est contractée de moins 6,81 %, et le secteur du pétrole brut, du pétrole et du gaz naturel a également connu une contraction significative de 26,04 %.

“Le secteur de l’extraction du charbon a également diminué ; la raffinerie de pétrole, la plus grande contraction de 44,26%.”

D’après la ministre, l’effet net était une croissance positive malgré une contraction significative dans certains secteurs.

La population ne se sent pas concernée

Mme Ahmed a souligné que le gouvernement n’était pas “très conscient du fait qu’à moins que la plupart des secteurs ne soient en croissance, en particulier la croissance dans les secteurs touchés par l’emploi, cette croissance positive ne sera pas directement ressentie par la population”.

Elle a précisé que le rapport indiquait également que l’inflation a commencé à augmenter à tel point que la Banque centrale du Nigeria, CBN, a dû ajuster le taux de politique monétaire, MPR, à 13% lors de la dernière réunion du Comité de politique monétaire, MPC, afin de tenter de gérer le coût de l’inflation.

“Le conseil a donc décidé de mettre en place un effort spécial pour examiner les secteurs qui ne se développent pas et pour voir comment nous pouvons mieux développer les autres secteurs.

“La réunion a également décidé que le Conseil national de la sécurité alimentaire se réunirait très rapidement pour aborder la question de l’inflation alimentaire et proposer un plan et des méthodes permettant de réduire le coût de l’alimentation afin d’améliorer les prix des aliments pour les citoyens”, a-t-elle conclu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.