“Les zones spéciales de transformation agro-industrielle réduiront les coûts des entreprises” (Président de la BAD)

0 24

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), M. Akinwumi Adesina, a fait valoir que les zones spéciales de transformation agro-industrielle (ZSPA) réduiraient le coût des affaires pour les entreprises agroalimentaires situées dans les pays bénéficiaires.

Déclaration faite par M. Adesina lors d’une conférence de presse à l’issue des Assemblées annuelles 2022 de la Banque à Accra, au Ghana.

Le président de la BAD a également noté que les pays africains perdent une trop grande partie de leur nourriture après la récolte, ajoutant que les zones ajouteraient de la valeur en transformant les produits agricoles.

D’après M. Adesina, la BAD a investi un milliard de dollars dans des zones de transformation agro-industrielles pour réduire les pertes alimentaires en Zambie, au Nigeria, au Ghana, en Côte d’Ivoire, à Maurice et au Mozambique, entre autres pays africains.

“Les nouveaux investissements de la banque doivent se situer à proximité des zones de production des agriculteurs et être dotés de l’eau, des infrastructures et de la logistique nécessaires pour que les entreprises de transformation alimentaire et agricole puissent s’installer à proximité des zones.

“Dans la plupart des pays d’Afrique, les entreprises de transformation ne sont pas situées dans les zones rurales parce qu’il n’y a pas d’infrastructures dans les zones rurales.

“Ce que nous essayons de faire avec les zones de transformation, c’est de réduire le coût des affaires pour les entreprises agroalimentaires, afin qu’elles puissent s’approvisionner auprès des agriculteurs et les transformer sur place.

“Nous perdons une trop grande partie de notre nourriture et la conséquence est que nous commençons à nous plaindre des émissions de carbone, à produire et à ne pas avoir d’impact, ce qui affecte les prix des aliments qui arrivent finalement sur le marché.

“Les pertes post-récolte sont ce que je peux décrire comme le fait de verser de l’eau dans un seau qui a des trous, il faut arrêter les fuites.

“Dans les pays développés, les pertes après récolte sont le résultat d’une trop grande quantité de nourriture – vous ne pouvez pas la manger, vous la jetez, mais en Afrique, ce n’est pas le cas”, a ajouté M. Adesina.

Leave A Reply

Your email address will not be published.