7ème Anniversaire : quelles sont les grandes avancées du Président Buhari depuis son arrivée au pouvoir?

Timothy Choji, Abuja

0 73

Dimanche 29 mai marque exactement sept ans depuis l’émergence de l’actuel gouvernement nigérian sous la direction du président Muhammadu Buhari. Il a prêté serment en tant que dirigeant civil du pays, promettant de servir fidèlement le Nigeria dans toutes les sphères de la vie nationale.

Il a conclu les quatre premières années et les Nigérians, dans un élan de confiance, ont massivement renouvelé son mandat pour quatre autres années en 2019, qui prend fin l’année prochaine.

Les sept ans du président Buhari représentent une étape importante et l’occasion de faire le point sur les services qu’il a rendus à son pays et à son peuple.

Nouvelles lois
Les points forts en termes de législation incluent la signature de nombreux projets de loi, créant ainsi un impact salutaire sur la nation.

Sous la présidence de M. Buhari, le Nigeria a connu le programme législatif le plus ambitieux de son histoire. Plusieurs projets de loi marquants ont été adoptés ou modifiés au cours des sept dernières années, notamment les suivants :

-Projet de loi sur la loi électorale (Amendment) 2022 – Projet de loi sur le blachiment d’argent (Prevention and Prohibition) 2022, qui abroge la loi sur le blachiment d’argent (Prohibition) 2011 telle que modifiée, et fournit un cadre juridique et institutionnel complet pour la prévention et l’interdiction du blanchiment d’argent au Nigeria, tout en conférant à la Commission de lutte contre des crimes économiques et financiers, le statut juridique d’Unité spéciale de contrôle contre le blanchiment d’argent. – Projet de loi sur le Terrorisme (Prevention and Prohibition), 2022, qui abroge la la sur le terrorisme (Prevention) 2011 telle que modifiée en 2013, et 2 prévoit la mise en œuvre effective des instruments internationaux sur la prévention et la lutte contre le terrorisme et la suppression du financement du terrorisme.

Le projet de loi 2022 sur les produits du crime (recouvrement et gestion), qui contient des dispositions détaillées sur la saisie, la confiscation et la gestion des biens provenant d’activités illégales, fait également partie des projets de loi phares.

La loi de 2019 sur les contrats de partage de la production en mer profonde et dans les bassins intérieurs (amendement), qui permettra d’augmenter les revenus de la Fédération. – Loi de 2019 et 2021 portant modification de la loi sur l’Asset Management Corporation of Nigeria, AMCON. – Projet de loi sur la Commission fédérale de la concurrence et de la protection des consommateurs (FCCPC), la première législation de l’histoire du Nigeria axée sur la réduction des pratiques anticoncurrentielles ; création de la Commission fédérale de la concurrence et de la protection des consommateurs. – Loi sur la création du Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC), 2018 – Loi portant création du Fonds fiduciaire de la police, qui améliorera considérablement le financement des forces de police nigérianes (2019).

La loi sur la Police nigériane, 2020 – première réforme complète de la législation sur la police depuis la loi sur la police de 1943. – Abrogation et nouvelle promulgation de la loi sur les sociétés et les questions connexes (CAMA), 2020 – la première réforme globale depuis 1990.

-Projet de loi “Pas trop jeune pour diriger le pays” (2018) – projet de loi d’amendement de la Constitution, visant à réduire l’âge d’éligibilité pour se présenter à un poste électif au Nigeria. – Projet de loi sur les services correctionnels nigérians, 2019, entre autres.

Infrastructures
L’administration s’est également bien comportée dans le domaine du développement des infrastructures, réalisant de nombreuses avancées dans le processus, en construisant des routes, des ponts, des ports ferroviaires, aériens et maritimes, des logements, et bien d’autres.

Les principaux projets sont les suivants : L’Infrastructure Corporation of Nigeria (InfraCorp) a été créée par le président Buhari en février 2021, avec un capital initial de 1 000 milliards de naira fourni par la banque centrale du Nigeria (CBN), la Nigerian Sovereign Investment Authority (NSIA) et l’Africa Finance Corporation (AFC).

L’objectif d’InfraCorp est de “catalyser et d’accélérer les investissements dans le secteur des infrastructures au Nigeria en créant, structurant, exécutant et gérant de bout en bout des projets bancables dans cet espace”.

– Outre le capital de départ de 1 000 milliards de Naira, InfraCorp devrait mobiliser jusqu’à 14 000 milliards de Naira supplémentaires de capitaux d’emprunt. Création en 2020 du Fonds présidentiel de développement des infrastructures (PIDF), avec plus d’un milliard de naira de financement à ce jour.

Voie ferrée
– 156 km de voie ferrée à écartement standard Lagos-Ibadan achevés et inaugurés, dans un délai record au Nigeria de 4 ans (2017 à 2021).

– Extension de 8,72 km de la ligne ferroviaire Lagos-Ibadan, jusqu’au complexe portuaire de Lagos, achevée en 2021.

– Ligne ferroviaire à écartement standard Abuja-Kaduna de 186 km, achevée et inaugurée en 2016.

– Ligne ferroviaire à écartement standard Itakpe-Warri de 327 km, achevée et inaugurée en 2020, 33 ans après le début de la construction.

– Début du processus de concession de billetterie électronique pour les lignes ferroviaires à écartement normal Lagos-Ibadan et Warri-Itakpe. Le projet consiste à concevoir, financer, construire, exploiter et gérer des systèmes de billetterie sécurisés (matériel et logiciel) pour les deux lignes.

– Achèvement du processus de concession de la billetterie électronique sur la ligne Abuja-Kaduna en 2021, ce qui a fait passer les recettes mensuelles générées de moins de 200 millions de N à 400 millions de N.

– Le métro léger d’Abuja a été achevé en 2018.

– La construction de la ligne ferroviaire à écartement normal Kaduna-Kano a commencé, après l’inauguration des travaux par le président Buhari en juillet 2021.

– Pose de la première pierre par le président Buhari pour la construction d’une ligne ferroviaire à écartement normal de 284 km entre Kano et Maradi (ayant une ligne secondaire vers Dutse), début des travaux préliminaires en 2021.

– Le Président Buhari a donné le premier coup de pelle pour la rénovation complète de la ligne ferroviaire à voie étroite Port Harcourt-Maiduguri. Les travaux ont démarré en 2022.

– 377 wagons, 64 voitures et 21 locomotives (y compris des DMU) achetés pour le réseau à écartement normal, entre 2016 et 2021.

– Emplois, formation et renforcement des capacités : Plus de 11 000 nouveaux emplois créés grâce aux projets de modernisation ferroviaire en cours dans le pays. Plus de 100 jeunes Nigérians qualifiés ont reçu des bourses internationales complètes pour suivre des cours de premier et de deuxième cycle en ingénierie ferroviaire et en transport en Chine, à partir de 2018. En outre, des dizaines d’ingénieurs nigérians ont été formés dans le cadre des projets de modernisation ferroviaire.

– Création d’une nouvelle université des transports à Daura, dans l’État de Katsina, et création d’une nouvelle usine d’assemblage de wagons à Kajola, dans l’État d’Ogun – toutes deux en voie d’achèvement.

– Trois mille tonnes de ciment sont transportées chaque mois par le service de fret ferroviaire de Lagos à Kano.

Routes
– Le Fonds présidentiel de développement des infrastructures (PIDF), qui investit plus d’un milliard de dollars dans trois projets phares : l’autoroute Lagos-Ibadan (dont l’achèvement est prévu en 2022), le deuxième pont sur le Niger (dont l’achèvement est prévu en 2022), l’autoroute Abuja-Kaduna-Zaria-Kano (dont la première phase sera achevée en 2023).

– Publié par le président Buhari le 25 janvier 2019, l’ordre exécutif n° 7 de 2019, relatif au régime de crédit d’impôt à l’investissement pour le développement et la rénovation des infrastructures routières, permet aux entreprises qui sont désireuses et capables de dépenser leurs propres fonds pour construire des routes essentielles, de récupérer leurs coûts de construction en payant des impôts réduits, sur une période donnée et de manière transparente.

– Jusqu’à présent, plus de mille milliards de nairas ont été mobilisés par le biais de l’ordre exécutif 7, pour des projets routiers dans les six zones géopolitiques du pays, comme Bodo-Bonny à Rivers et Apapa-Oshodi-Oworonshoki-Ojota à Lagos.

– L’initiative de développement et de gestion des autoroutes (HDMI), un programme de partenariat public-privé visant à mobiliser, dans sa première phase, plus de 1000 milliards de nairas d’investissements privés dans le développement et l’entretien de 12 routes, d’une longueur totale de 1 963 km.

– Plus de 600 milliards de Naira d’obligations Sukuk levées depuis 2017 pour plus de 40 projets routiers critiques dans les six zones géopolitiques. Entre le 25 novembre et le 13 décembre 2021, le gouvernement fédéral a remis aux communautés bénéficiaires 941 km de projets routiers Sukuk achevés reliant 10 États dans cinq zones géopolitiques du pays.

Ports aériens et maritimes
– Achèvement des nouveaux terminaux des aéroports internationaux de Lagos, Abuja, Kano et Port Harcourt.

– Achèvement de la construction de nouvelles pistes pour les aéroports internationaux d’Abuja et d’Enugu. La piste de l’aéroport international d’Abuja a été reconstruite en 2017, pour la première fois depuis la construction de l’aéroport au début des années 1980. En 2019, le président Buhari a approuvé un fonds spécial de 10 milliards de nairas pour la reconstruction de la piste de l’aéroport d’Enugu ; elle a été achevée et rouverte en août 2020).

– Approbation présidentielle pour quatre aéroports internationaux en tant que zones économiques spéciales : Lagos, Kano, Abuja et Port Harcourt.

– Le président Buhari a approuvé des fonds pour le Bureau d’enquête sur les accidents (AIB) afin de construire un laboratoire de sécurité des vols (FSL) de classe mondiale à Abuja, et de former le personnel pour le faire fonctionner. Désormais, le Nigeria n’a plus besoin d’envoyer à l’étranger les enregistreurs de voix dans le cockpit et les enregistreurs de données de vol (“boîte noire”) des avions pour les télécharger et les analyser.

– Le Nigeria College of Aviation Technology (NCAT) de Zaria s’est transformé sous l’impulsion du président Buhari : Un nouveau simulateur de vol Boeing 737 a été installé dans l’établissement, ainsi qu’un simulateur de formation aux incendies et à la fumée d’aéronefs entièrement automatisé. Avant l’installation du simulateur d’incendie et de fumée, le Nigeria envoyait du personnel au Cameroun pour la formation correspondante.

Énergie
– Plus de 4 000 MW d’actifs de production d’électricité seront achevés sous l’administration Buhari, notamment les centrales hydroélectriques de Zungeru et de Kashimbila, la centrale électrique rapide d’Afam III, la centrale électrique de Kudenda Kaduna, la phase 2 de la centrale d’Okpai, la centrale électrique de la raffinerie de Dangote et d’autres.

– Programme “Energizing Education” : Fourniture d’une énergie propre et fiable (solaire et gaz) aux universités et hôpitaux universitaires fédéraux du pays. Quatre universités ont déjà été équipées et mises en service : BUK (Kano), FUNAI (Ebonyi), ATBU (Bauchi) et FUPRE (Delta) ; d’autres sont en cours.

– Programme “Energizing Economies” : Fournir une énergie propre et fiable (solaire et gaz) aux marchés du pays.

Les projets achevés comprennent le marché Sabon-Gari à Kano, le marché Ariaria à Aba et le complexe commercial Sura à Lagos.

– Programme national de compteurs de masse : Déploiement à l’échelle nationale de compteurs d’électricité pour tous les consommateurs sur le réseau, lancé en août 2020. La Banque centrale du Nigeria fournit 200 milliards de Naira à cette fin et, à ce jour, plus d’un million de compteurs ont été déployés au cours de la première phase. Cette première phase a généré plus de 10 000 nouveaux emplois dans l’installation et l’assemblage des compteurs.

– Solar Power Naija (SPN) : lancé en avril 2021 pour fournir 5 millions de connexions solaires hors réseau, ce qui touchera plus de 20 millions de Nigérians, et financé par des prêts de la Banque centrale du Nigeria, ainsi que par des partenariats avec la NDPHC, la NNPC et la NSIA. Le programme devrait générer une augmentation supplémentaire de N7 milliards de recettes fiscales par an et 10 millions de dollars de substitution aux importations par an.

– Dans le cadre du partenariat entre Solar Power Naija et la NDPHC, ASolar déploie 100 000 systèmes solaires domestiques à travers le pays, tandis que la NSIA (en partenariat avec SPN) a annoncé un fonds de 10 milliards de N pour les promoteurs, avec pour objectif plus de 250 000 connexions solaires.

– En mai 2021, la Rural Electrification Agency (REA) a annoncé le déploiement prévu de réseaux solaires dans 200 centres de santé primaires (PHC) et 104 Unity Schools dans tout le pays.

– Le Nigeria Electrification Project (NEP) est un programme de 550 millions de dollars mis en œuvre par le gouvernement fédéral du Nigeria en partenariat avec la Banque mondiale et la Banque africaine de développement. Le NEP est une combinaison de subventions, de contrats directs et d’assistance technique pour soutenir l’électrification à travers le Nigeria.

Logement
– Le gouvernement fédéral, par le biais du ministère fédéral des travaux et du logement, a achevé ou est en train d’achever des projets de logement dans 34 États du Nigeria, dans le cadre du programme national de logement, avec le soutien des gouverneurs des États qui ont fourni les terrains. À ce jour, plus de 5 000 maisons sont à différents stades d’achèvement et des milliers d’autres sont prévues.

– Le Family Homes Fund Limited (FHFL), constitué par le gouvernement fédéral du Nigeria en septembre 2016, est l’agence de mise en œuvre du programme national de logement social de l’administration Buhari.

– Le Fonds a maintenant achevé plus de 13 000 logements dans neuf États, et 20 000 autres dont les travaux de construction commenceront en 2022. Ces projets de logement ont permis de créer plus de 64 000 emplois directs et indirects.

Pétrole et gaz
– L’approbation par le président Buhari de la loi sur l’industrie pétrolière, le 16 août 2021, a brisé une malédiction vieille de deux décennies et prépare le terrain pour une transformation sans précédent du secteur pétrolier et gazier du Nigeria.

– En vertu de la nouvelle loi, la NNPC s’est transformée en une société à responsabilité limitée qui sera officiellement dévoilée par le président en juillet 2022.

– Le cadre réglementaire du secteur a également changé, avec la création (a) de la Nigerian Upstream Petroleum Regulatory Commission (NUPRC) et (b) de la Nigerian Midstream and Downstream Petroleum Regulatory Authority (NMDPRA), qui a fusionné la Petroleum Products Pricing Regulatory Agency (PPPRA), le Petroleum Equalization Fund (Management) Board (PEFMB) et les divisions Midstream et Downstream du Department of Petroleum Resources (DPR).

– Cérémonie historique de signature, en mai 2021, de l’exécution des accords OML (Oil Mining Lease) 118 entre NNPC Limited et ses partenaires contractants : Shell, Exxon Mobil, TOTAL et NAOC. Ces accords ont permis de régler des litiges de longue date qui bloquaient le développement et débloqueront plus de 10 milliards de dollars de nouveaux investissements en eaux profondes au Nigeria.

L’administration Buhari a déclaré cette décennie “Décennie du gaz”.

– Construction en cours du projet gazier Ajaokuta-Kaduna-Kano de 614 km, le plus grand projet gazier national du pays.

– Obtention d’un financement de 45 millions de dollars auprès de la Banque islamique de développement pour l’étude de conception technique préliminaire (FEED) du projet de gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP). L’accord relatif au projet de gazoduc a été signé par les deux pays lors de la visite d’État du président Buhari au Maroc en juin 2018. Une fois achevé, il s’agira du plus long gazoduc offshore au monde, et du deuxième plus long gazoduc au monde, traversant 13 pays, dont 11 en Afrique de l’Ouest.

– Achèvement réussi du premier cycle d’appel d’offres pour les champs marginaux du Nigeria en près de 20 ans, qui devrait permettre de lever plus d’un demi-milliard de dollars et ouvrir une nouvelle perspective d’investissement dans le pétrole et le gaz.

Agriculture

Le programme d’emprunteurs d’ancrage (Anchor Borrowers Programme – ABP) de la Banque centrale du Nigeria, lancé par le président Muhammadu Buhari le 17 novembre 2015, a déboursé plus de 800 milliards de nairas à plus de 4 millions de petits exploitants agricoles de 23 produits de base différents (dont le riz, le blé, le maïs, le coton, le manioc, la volaille, le soja, l’arachide et le poisson), cultivant plus de 5 millions d’hectares de terres agricoles.

– Initiative présidentielle en matière d’engrais (PFI) : Lancée en tant que partenariat de gouvernement à gouvernement entre les gouvernements nigérian et marocain, en décembre 2016, l’Initiative présidentielle pour les engrais (PFI) a produit 30 millions de sacs de 50 kg d’équivalent NPK 20:10:10 en 2020, portant la production totale depuis le début à plus de 60 millions de sacs de 50 kg d’équivalent ; et le nombre d’usines de mélange participantes est passé à 62, contre quatre qui étaient opérationnelles au Nigéria au début de l’initiative.

– Programme des zones industrielles de traitement des produits agricoles spéciaux (SAPZ) : Un partenariat d’un demi-milliard de dollars entre le FGN, le Groupe de la BAD, la BIsD et le FIDA. Dans le cadre du programme SAPZ, des centres d’agro-transformation seront créés dans tout le pays. Ces centres seront dotés d’infrastructures de base telles que l’eau, l’électricité et les routes, ainsi que d’installations pour la formation professionnelle. Sept (7) États et le FCT ont été sélectionnés pour la phase pilote, qui devrait commencer en 2022 : Ogun, Oyo, Imo, Cross River, Kano, Kaduna et Kwara.

– La National Agricultural Land Development Authority (NALDA) met en place des exploitations agricoles intégrées dans tout le pays. Jusqu’à présent, des exploitations agricoles nouvelles/réanimées ont été mises en service à Katsina, Yobe et Imo, et d’autres sont en cours de développement.

– Le président Buhari a demandé à la NALDA de créer ces exploitations agricoles intégrées dans chacun des 109 districts sénatoriaux du pays.

– La NALDA a été créée en 1992, mais est restée en sommeil depuis 2000 environ, jusqu’à ce que le président Buhari la relance l’année dernière, nomme un nouveau secrétaire exécutif et directeur général (juin 2020), et ordonne que l’autorité soit domiciliée à la présidence pour qu’il la supervise directement.

– Un domaine agricole intégré est conçu pour s’adapter au contexte particulier de sa communauté d’accueil, c’est-à-dire pour cultiver des plantes et/ou du bétail propres à la communauté.

– La NALDA a également lancé le National Young Farmers Scheme (NYFS), afin d’engager 1 000 jeunes dans chacun des 774 LGA dans l’agriculture mécanisée.

– En outre, dans le cadre du NYFS, la NALDA envoie, dans un premier temps, 200 jeunes agriculteurs nigérians des 36 États à Israël et au Maroc, pour une formation à la culture en serre et à l’élevage. À l’issue de leur formation et à leur retour au Nigeria, les bénéficiaires seront chargés de former d’autres jeunes dans les exploitations agricoles intégrées de la NALDA dans leurs différentes régions.

Les libéraux voudraient s’intéresser uniquement aux problèmes de sécurité, qui sont résolument abordés. Mais nous considérons l’ensemble de la gamme, et les Nigérians honnêtes et justes admettront que beaucoup a été fait, et que beaucoup plus sera fait dans les 12 mois à venir.

Leave A Reply

Your email address will not be published.