Les journalistes nigérians exhortés à promouvoir la justice transitionnelle

Précisions de Salihu Ali, Abuja

0 35

La Commission nationale des droits de l’homme (NHRC) a fait valoir que les journalistes nigérians peuvent jouer un rôle essentiel dans la promotion de la réconciliation, de la réintégration et de la justice transitionnelle au Nigeria, en particulier dans le Nord-est, en proie à l’insurrection et à la contre-insurrection, afin de garantir la consolidation de la paix dans diverses communautés.

Le secrétaire exécutif de la Commission, M. Tony Ojukwu, a fait cette déclaration à Yola, dans l’État d’Adamawa, au Nord-est du Nigeria, lors de la cérémonie d’ouverture d’un programme de formation des professionnels des médias sur la justice transitionnelle et la réconciliation dans trois États de la zone, à savoir Borno, Adamawa et Yobe.

Il a rappelé que le chapitre 2 de la Constitution du Nigeria de 1999 (telle qu’amendée) reconnaît le rôle des médias dans le débat national.

Le secrétaire exécutif, qui était représenté par le coordinateur du projet, M. Hilary Ogbonna, a rappelé que les journalistes avaient déjà été engagés l’année dernière dans un programme de plaidoyer et de messages médiatiques, ajoutant que le travail n’est pas terminé puisque les médias ont encore du travail à faire pour dire aux communautés et aux victimes touchées qu’elles ne sont pas abandonnées.

Le patron des droits de l’homme au Nigeria a souligné qu’il était devenu nécessaire d’engager des journalistes pour promouvoir l’idée de réconciliation, de réintégration et de justice transitionnelle de manière à ce que les communautés et les victimes offensées puissent commencer à voir la logique du pardon et des excuses, respectivement de la part des victimes et du combattant repenti de Boko Haram.

Cela mettra fin au cycle de la violence et permettra à la société de connaître la paix et d’aller de l’avant.

“Les médias restent un partenaire essentiel dans la promotion de la réconciliation et de la justice transitionnelle dans le Nord-est, aucun effort ne doit être épargné pour renforcer la capacité des professionnels des médias à embrasser et à jouer ce rôle efficacement.

“Le projet pilote avait pour but d’initier un processus communautaire de justice transitionnelle non judiciaire et de réconciliation comme fondement de la réintégration et du redressement post-conflit dans le Nord-est”, a ajouté M. Ojukwu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.