Le ministre nigérian de l’environnement vise à mettre fin à la pollution à travers les plastiques

0 28

Le ministre nigérian de l’Environnement, Mohammed Abdullahi, a appelé à mettre fin à la pollution plastique, la décrivant comme une catastrophe absolue qui exige une approche consciente et consciencieuse de la part de la communauté, avec un protocole mondial pour l’inverser de toute urgence.

Selon le ministre, le Nigeria évolue actuellement vers une prise de conscience, consciente de ses implications sur ses citoyens dont la survie socio-économique dépend des entreprises et des chaînes de valeur autour des entreprises liées aux produits en polyéthylène/plastique.

“Les déchets de plastique et de polyéthylène présentent un danger réel pour les sols et nos océans.

” Le ministère fédéral de l’environnement recommande une migration progressive vers les sacs en papier et les produits moins dangereux.

“Mais cela nécessite l’adhésion des États du Nigeria”, a révélé le ministre de l’environnement.

Selon les recherches, jusqu’à 23 millions de tonnes de plastique finissent dans les rivières, les lacs et les océans chaque année, et cette quantité pourrait potentiellement doubler d’ici 2025 si rien n’est fait pour l’arrêter.

Une fois que le plastique pénètre dans l’océan, il peut y rester pendant des décennies, voire des siècles.

“Les plastiques de plus grande taille peuvent être mortels pour les animaux marins qui les ingèrent ou s’y empêtrent, et l’accumulation de microplastiques de plus petite taille constitue une menace mondiale – et pratiquement invisible – pour les écosystèmes.

“Parce que ce matériau est si répandu et si difficile à éliminer de l’eau et du sol, la pollution plastique correspond à la description d’un “polluant peu réversible”, ont écrit les chercheurs.

Leave A Reply

Your email address will not be published.