Le dirigeant nigérian honoré pour sa lutte contre la corruption

Timothy Choji, Abuja

0 51

Le président Muhammadu Buhari a été honoré par le Chartered Institute of  Forensics et Certified Fraud Examinersdu Nigeria (CIFCFEN) qui lui a décerné un Prix mondial d’excellence en matière d’intégrité et de lutte contre la corruption.

Il s’agit d’une reconnaissance de l’engagement exceptionnel dont il a fait preuve tout au long de sa vie dans la lutte contre la corruption au Nigeria et de son service désintéressé avec une intégrité exceptionnelle.

Le Président s’est vu remettre le prix mardi à Abuja par le Président du Conseil d’administration du CIFCFEN, Dr Iliyasu Gashinbaki.

Ce prix est la plus haute distinction de l’Institut, réservée aux seuls chefs d’État africains à la personnalité irréprochable et aux idéaux irréprochables.

Le dirigeant nigérian est le premier dirigeant africain à se voir décerner ce prix.

En recevant le prix, le Président Buhari a remercié l’Institut pour cet honneur, déclarant :

”Cette reconnaissance fait naître en moi l’espoir qu’en tant qu’individus et citoyens de ce pays, nous commencerons à vivre correctement et à nous imprégner des idéaux et de l’éthique des pères fondateurs de cette grande nation.”

Le Président s’est engagé à “examiner et à approuver en conséquence” un projet de loi visant à la création officielle du CIFCFEN, reconnaissant que le projet de loi est actuellement devant lui.

Il a félicité l’institut pour son travail et pour avoir complété efficacement les efforts des organismes chargés de l’application de la loi, notamment la Commission des crimes économiques et financiers (EFCC), la Commission indépendante des pratiques de corruption et autres infractions connexes (ICPC), le Bureau du code de conduite (CCB) et la police.

Il a demandé aux agences de lutte contre la corruption de continuer à travailler en partenariat avec l’Institut dans l’intérêt du pays.

Fournir une assistance technique

En outre, le Président a demandé au ministre des Finances, du Budget et de la Planification nationale de travailler avec l’Institut dans les domaines de l’assistance technique et du renforcement des capacités de toutes les agences génératrices de revenus et des régulateurs du secteur public.

Le Président a félicité le Conseil d’administration pour avoir publié le premier examen indépendant de la stratégie de lutte contre la corruption du pays, ajoutant qu’il est heureux de recevoir des exemplaires de la dernière publication phare, le rapport national annuel (2021) du CIFCFEN, dont le thème est l’examen de la stratégie nationale de lutte contre la corruption du pays 2017-2021.

”C’est le premier examen indépendant de la stratégie de lutte contre la corruption et je félicite l’Institut pour cette initiative”, a-t-il révélé.

Pertinence

Justifiant l’importance de la médecine légale et de l’examen des fraudes dans la lutte contre la corruption, le président Buhari a noté :

“Le besoin d’experts médico-légaux se fait sentir pour éduquer, prévenir, détecter et poursuivre les fraudeurs, tandis que l’examen des fraudes permet d’atténuer des vices tels que le détournement de fonds, le blanchiment d’argent, le mauvais usage et la mauvaise gestion des ressources publiques”.

“De nombreux Nigérians, qui souhaitent sérieusement éliminer la corruption dans notre pays, se féliciteront de cette révision de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, élaborée par le ministère fédéral de la Justice et le Comité consultatif présidentiel sur la lutte contre la corruption en 2017, avec le soutien de nos amis internationaux.

“Il s’agit de notre effort phare dans la lutte contre la corruption et nous l’avons fait en distillant toutes les stratégies précédentes axées sur la lutte contre la corruption en une seule stratégie, tandis que cette révision est accompagnée de recommandations qui seront soigneusement examinées par le Bureau du procureur général et adoptées dans notre 2e stratégie nationale de lutte contre la corruption qui sera dévoilée prochainement.

“Cet effort de l’Institut pour entreprendre l’examen de la stratégie nationale de lutte contre la corruption est très louable et a montré l’utilité des partenariats avec les organismes professionnels. Mon administration continuera à s’associer à l’Institut ainsi qu’à d’autres institutions privées, au monde universitaire et à d’autres parties prenantes dans la lutte pour mettre fin à la corruption.

Meilleures pratiques

Dans ses remarques, Dr Gashinbaki a précisé que l’Institut a été créé en 2011 par l’Association des comptables nationaux du Nigeria (ANAN) sous le nom de société de comptabilité légale et de prévention de la fraude (SFAFP), mais qu’il a ensuite été changé en CIFCFEN.

En tant que partenaire du gouvernement, a-t-il ajouté, l’Institut a noté certaines bonnes pratiques internationales louables de cette administration, qui devraient être maintenues par les administrations successives.

Il a énuméré les points suivants :

Le principe de non-ingérence totale dans les activités d’enquête ; l’élimination de la culture des enquêtes et des poursuites politiques ; une volonté forte de réformer le secteur pétrolier et gazier ; des réformes durables dans le secteur maritime ; le compte unique du Trésor ; le recouvrement des produits du crime et l’audit judiciaire des agences génératrices de revenus et des grandes dépenses”.

Le président du conseil d’administration du CIFCFEN a enfin conclu que le maintien des meilleures pratiques telles que le partenariat gouvernemental ouvert, ainsi que le régime de contrats ouverts et la divulgation de la propriété effective auraient le potentiel significatif d’augmenter les revenus de la nation de 10 000 milliards de dollars à court terme.

Leave A Reply

Your email address will not be published.