La légende Oshonaike apte à jouer pour le Nigeria

Détails de Anulika Menanya, Lagos

0 27

La légende nigériane du tennis de table, Olufunke Oshonaike, affirme qu’une huitième participation aux Jeux olympiques est peut-être incertaine, mais que son temps sur le terrain est loin d’être terminé.

L’année dernière, Olufunke Oshonaike a été honorée lors des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, où elle est devenue la première Africaine à participer à sept Jeux olympiques et la première pongiste féminine à participer à sept Jeux olympiques.

Âgée de 46 ans, celle qui a commencé à jouer au tennis de table à 14 ans a fait ses débuts olympiques à Atlanta en 1996. Depuis lors, elle n’a manqué aucun match et a participé aux Jeux de Sydney en 2000, d’Athènes en 2004, de Pékin en 2008, de Londres en 2012, de Rio en 2016 et plus récemment de Tokyo.

La multiple médaillée africaine, Oshonaike, était spectatrice des Championnats d’Afrique des clubs qui se déroulent actuellement au stade Teslim Balogun dans l’État de Lagos, dans le sud du Nigeria. Elle s’entraîne également en vue de la Coupe d’Afrique qui se déroulera au même endroit du 26 au 28 mai 2022.

”Après les Jeux olympiques, je suis rentrée chez moi, j’ai continué à travailler avec mon club et je me suis amusée. J’ai eu un accident il y a environ deux mois, mais Dieu merci, je suis en vie. Je vois la vie différemment maintenant, je prends chaque jour comme il vient, je suis plus heureux qu’avant parce que Dieu m’a donné une autre chance. À part l’accident, tout le reste s’est bien passé”. A t’elle affirmé

Lorsqu’on lui a demandé quelle serait sa prochaine étape lorsqu’elle prendrait sa retraite sportive, Oshonaike a répondu : “Je vais retourner à l’école. Je dois poursuivre mes études, être heureuse chaque jour parce que la vie est trop courte, prendre soin de mes enfants. J’ai beaucoup appris avec ce qui m’est arrivé et je suis reconnaissante à Dieu chaque jour de ma vie.

“J’aime m’occuper des gens, alors je vais me lancer dans les soins infirmiers”.

Oshonaike joue au tennis de table depuis plus de 30 ans. Depuis, aucune autre joueuse ne s’est approchée de ses exploits, mais l’olympienne tente de remédier à cela à sa manière.

Elle a déclaré : “La fondation Funke Oshonaike aide les athlètes de tennis de table qui n’ont pas les moyens financiers de se développer. Ce n’est pas quelque chose dont je parle. J’aime faire ces choses en secret et je vais encore en faire certaines lors de cette compétition (la compétition actuelle de l’Africa Club). J’ai acheté beaucoup de choses pour les enfants, ce sont tous mes enfants et ils m’appellent tous mama. Je suis plus heureuse de m’occuper de ces enfants que du tennis de table. J’adore ça parce que j’ai commencé comme eux”.

Lorsqu’on lui demande s’il y a eu des améliorations par rapport au début de sa carrière de joueuse, elle répond : “Rien ne s’est amélioré. Nous avions plus de compétitions et plus d’entraîneurs à l’époque. Je suis devenue championne d’Afrique à l’âge de 17 ans, j’ai commencé à jouer en senior à l’âge de 15 ans, mais on ne voit plus rien de tout cela aujourd’hui. Ce que je vois aujourd’hui, c’est autre chose, pour moi, c’est pire. Mais la seule personne que je peux vraiment apprécier dans tout ce qui s’est passé et qui a vraiment essayé de jouer au tennis de table, c’est Barr. (Wahid) Enitan-Oshodi. Il a essayé avec les salles et les compétitions de tennis de table, il a essayé de ramener le passé mais il ne peut pas le faire seul. Il a encore besoin de beaucoup de gens pour l’aider. Tout comme moi, j’ai beaucoup de choses à faire avec les enfants, mais je ne peux pas le faire seul. Je dois aussi m’occuper de mes enfants et je suis une mère célibataire très fière. Alors parfois, j’ai aussi besoin d’aide. J’espère simplement que toutes ces entreprises et ces riches Nigérians se pencheront sur le sport, le tennis de table et pas seulement le football, mais on voit aujourd’hui que le football est en difficulté comme d’autres sports.”

Mme Oshonaike s’est également exprimée sur la privatisation du sport au Nigeria, qu’elle juge “très importante”, mais elle a ajouté que le niveau du sport au Nigeria est le reflet de ce qui se passe dans le pays.

Comme on pouvait s’y attendre, grâce à ses exploits en tennis de table, Oshonaike est devenue la tête d’affiche des joueuses nigérianes et, selon elle, cela n’a été possible que grâce à son amour pour elle-même et pour Dieu.

Leave A Reply

Your email address will not be published.