Nigéria: lancement d’un projet par l’OIT visant à atténuer l’impact du changement climatique

Faits rapportés par Helen Shok Jok. Abuja.

0 27

Le gouvernement nigérian et l’Organisation internationale du travail (OIT) ont lancé un projet intitulé “Projet de transition juste et d’emplois verts pour le Nigeria”.

Le but du projet est de mobiliser le gouvernement, les organisations de travailleurs et d’employeurs ainsi que les partenaires du développement pour accélérer l’action climatique avec un travail décent et une transition juste pour tous.

Les autres objectifs du projet sont le renforcement de la capacité institutionnelle pour la conception et la mise en œuvre de politiques intégrées de transition juste fondées sur des preuves, entre autres.

Lors du lancement à Abuja, la capitale du Nigeria, le ministre du travail et de l’emploi, Dr Chris Ngige, a fait valoir dans un message que, même si l’ensemble du continent africain contribue à moins de 3 % des gaz à effet de serre, l’impact du réchauffement climatique est plus grave sur le bien-être socio-économique des pays en développement.

La situation, a-t-il  ajouté, est d’autant plus grave que certains, sinon tous les pays en développement, sont déjà confrontés à des instabilités et des récessions économiques intermittentes dues à la pandémie de COVID-19, ainsi qu’à d’autres problèmes de développement qui contribuent à leur profil de pauvreté élevé et à leurs mauvais indices sociaux.

Selon le ministre, “les politiques et stratégies climatiques formulées pour le Nigeria doivent être soigneusement planifiées, mises en œuvre et évaluées afin de garantir que personne ne soit négligée. C’est l’essence même de l’initiative “Transition juste”.

“Les campagnes mondiales intenses visant à remplacer les combustibles fossiles par des sources d’énergie renouvelables ont des répercussions négatives sur l’économie du Nigeria, en raison de la forte dépendance du pays à l’égard de l’exportation de pétrole brut, qui constitue la principale source de recettes en devises.

Il a révélé que le degré d’impact des actions climatiques sur les secteurs au Nigeria varie, l’industrie pétrolière et gazière devant être la plus sévèrement touchée.

“Toutefois, l’industrie agricole, ainsi que cinq (5) autres secteurs identifiés dans les contributions déterminées au niveau national (CDN), seront également durement touchés s’ils sont ignorés dans le processus d’amortissement de l’impact des actions sur les travailleurs.

“Cela créerait un phénomène de dépendance, avec des pertes d’emplois en grand nombre et des pressions économiques importantes sur les moyens de subsistance de la main-d’œuvre affectée, ce qui aurait des répercussions négatives sur l’économie nationale au niveau macroéconomique”, a intimé M. Ngige.

La directrice nationale de l’OIT, Mme Vanessa Phala, a souligné dans son discours que les actions prévues dans le cadre du projet contribueront à renforcer la résilience des économies locales et à élargir les possibilités de création d’emplois décents.

D’après elle, l’Accord de Paris de 2015 a mis en évidence une transition juste et un travail décent comme éléments essentiels des réponses au changement climatique, ainsi que les Directives pour une transition juste vers des économies et des sociétés écologiquement durables pour tous, adoptées par les mandants de l’OIT qui, selon elle, “offrent un cadre pour guider cette transformation”.

“Lors du Sommet des Nations Unies sur l’action pour le climat de 2019, l’ONU a également lancé une initiative d’action climatique pour l’emploi qui vise à permettre une action climatique ambitieuse qui crée des emplois décents et fait progresser la justice sociale ; à soutenir les pays sur des solutions audacieuses pour une transition vers un avenir durable qui est juste pour tous et bénéficie d’un large soutien et à faciliter une reprise inclusive et durable de la crise COVID-19 pour reconstruire en mieux”, a déclaré Mme phala.

Elle a révélé que le Bureau national de l’OIT à Abuja, avec le soutien du gouvernement français, a lancé un projet sur la dimension sociale de la transition écologique qui a été domicilié sous le nom de Projet de transition juste et d’emplois verts pour le Nigeria.

Il s’agit d’un projet multi-pays, qui est également mis en œuvre dans d’autres pays africains à savoir la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Nigeria, et qui devrait se poursuivre jusqu’en décembre 2024.

Dans un message de bonne volonté, la secrétaire générale du Syndicat des travailleurs nigérians NLC, Emma Ugboaja, a intimé que la transition juste est la contribution phare du monde du travail au discours sur le changement climatique.

“La lutte pour l’intégration des préoccupations et des perspectives des travailleurs dans le discours mondial sur le changement climatique n’a pas été facile. Il a fallu plusieurs années de lutte aux syndicalistes pour que la transition juste soit intégrée dans l’accord de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) lors de la COP 16 à Cancun au Mexique en décembre 2010.

“Le rendu de cette étape importante de l’intégration de Juste Transition est le suivant : 2 | P a g e “Réalise que la lutte contre le changement climatique nécessite un changement de paradigme vers la construction d’une société à faible émission de carbone qui offre des opportunités substantielles et assure la poursuite d’une croissance élevée et d’un développement durable, sur la base de technologies innovantes et d’une production et d’une consommation et de modes de vie plus durables, tout en assurant une transition juste de la main d’œuvre qui crée un travail décent et des emplois de qualité .

Le lancement du “Projet de transition juste au Nigeria” devrait permettre de sensibiliser les parties prenantes et le grand public à la nécessité de soutenir l’initiative visant à exploiter les diverses opportunités créées par les actions de lutte contre le changement climatique au Nigeria.

Selon les organisateurs, le projet, conçu pour être mené par le secteur privé, veillera à ce que la substitution de l’énergie fossile par l’énergie solaire, l’énergie éolienne, etc. ne conduise pas à des déficits en termes de volume d’emplois, mais ouvre de nouvelles opportunités pour de nouveaux investissements, de nouvelles technologies et de nouveaux emplois, notamment pour les jeunes Nigérians.

Des messages de bonne volonté ont été adressés par le gouvernement français, le Trade Union Congress of Nigeria TUC et le Nigeria Employers’ Consultative Association NECA, entre autres.

Une table ronde a également été organisée pour faire la lumière sur le projet.

Le coordinateur du projet de l’OIT pour la transition juste et les emplois verts au Nigeria était M. Stephen Agugua.

Leave A Reply

Your email address will not be published.