L’économie numérique fondée sur les données est la solution à la création de valeur (Ministre des communications)

Reportage de Na'ankwat Dariem, Abuja

0 68

Le ministre nigérian des communications et de l’économie numérique, le professeur Isa Pantami, a rappelé la nécessité pour les principaux acteurs du secteur de créer de la valeur dans l’économie numérique en utilisant les données pour améliorer le processus.

Le professeur Pantami a fait cette déclaration lors du lancement du Rapport sur le développement dans le monde 2021 à Abuja, la capitale du Nigeria.

Le ministre, qui était représenté par le directeur général de la Agence nationale pour le développement des technologies de l’information (NITDA), Kashifu Inuwa, a décrit le thème de l’événement, “Leveraging Data to Foster Development ; Where does Nigeria Stand ?”, a été qualifié de passionnant et de stimulant. Voir ci-dessous :

Tout en réagissant à la question concernant “la situation du Nigeria”, le ministre a noté que le pays se trouve à un carrefour, entre exploiter la valeur des données pour le développement et éviter ses périls.

“Le président Muhammadu Buhari a redéfini et élargi le mandat de notre ministère, qui est passé de ministère des communications à ministère des communications et de l’économie numérique, car la communication n’est qu’une technologie qui n’est qu’un outil et qui peut être utilisée comme un moyen pour atteindre une fin, tandis que la fin est la manière dont vous pouvez utiliser la technologie pour améliorer votre économie. Cela nous aidera à créer de la valeur”, a-t-il intimé.

Tout en faisant allusion aux observations formulées dans le rapport, qui indiquent que le Nigéria semble éprouver des difficultés en termes d’utilisation, le professeur Pantami a reconnu que, dans le cadre de la politique et de la stratégie de l’économie nationale pour un Nigéria numérique, la nation s’est fixé un objectif ambitieux pour réaliser beaucoup de choses en termes de confiance, d’équité, notamment dans le domaine de la protection des données et des infrastructures, entre autres.

“Par exemple, nous avons l’ambition d’atteindre une pénétration du haut débit de 95 % d’ici 2030. Comment pouvons-nous stimuler l’utilisation de ce haut débit, et comment pouvons-nous augmenter la couverture également. Le gouvernement fait beaucoup dans ce domaine. De plus, il a délivré des licences InfraCo (sociétés d’infrastructure) à des entreprises privées pour renforcer la pénétration”, a souligné le ministre.

Selon le ministre, l’objectif ambitieux de la NITDA d’atteindre 95 % d’alphabétisation numérique d’ici 2030 devrait également favoriser l’utilisation, car il est indispensable que les Nigérians comprennent parfaitement la technologie pour l’adopter et l’utiliser.

Il a exprimé l’espoir qu’avec le soutien de la Banque mondiale et d’autres partenaires, cet objectif apparemment ambitieux sera atteint à long terme.

“Nous voulons que chaque Nigérian soit en mesure d’utiliser son téléphone portable, son ordinateur et d’autres appareils numériques pour accéder aux services numériques et les utiliser pour des activités économiques”.

Le ministre a révélé qu’en l’espace d’un an, la NITDA, qui est un organisme paraétatique relevant du ministère des communications et de l’économie numérique, a pu toucher 1,6 million de Nigérians en termes d’alphabétisation numérique de base ainsi que de découverte, de développement et d’éclosion de talents, ajoutant que l’agence allait dévoiler une autre initiative visant à former 1 million de développeurs en un an au Nigeria.

“Nous savons qu’il y a un fossé à combler, et nous savons que nous devons combler ce fossé et renforcer les capacités dans le pays afin que nos concitoyens puissent créer des applications qui peuvent être facilement utilisées par nos concitoyens, car il sera plus facile pour nous de créer nos services que d’acheter des services standard. Nous avons besoin de services qui peuvent être facilement utilisés dans les différentes langues nigérianes et en anglais, ainsi que de quelque chose qui peut facilement se connecter avec notre peuple en termes de culture et de valeurs. Nous faisons beaucoup d’efforts dans ce domaine et nous attendons avec impatience votre partenariat dans le domaine de l’alphabétisation numérique”, a-t-il expliqué.

Il a fait référence à l’impact de l’identité numérique qui est ancrée par la Commission nationale chargée de la gestion de l’identité (NIMC), confirmant que ce que la commission a réalisé en un an et demi est plus que ce qui a été réalisé au cours des 10 dernières années en termes d’identité numérique.

“Lorsque vous êtes en ligne, vous devez être identifié et la seule façon d’y parvenir est l’identité numérique, nous voulons que chaque citoyen soit identifié en ligne et hors ligne”.

Dans le domaine de la protection des données, le ministre a précisé que le gouvernement nigérian a créé le Bureau national de protection des données afin de s’assurer que la protection des données soit indépendante de toute agence, soulignant que la création de ce bureau a permis d’obtenir de meilleurs résultats en termes de protection et de mise en œuvre des réglementations.

“Le gouvernement s’efforce de faire en sorte que tout le monde soit impliqué. Je pense que l’aperçu que nous avons obtenu de la présentation est assez impressionnant, nous allons regarder où nous devons nous améliorer et où nous devons consolider nos réalisations afin que nous puissions nous assurer que chaque Nigérian bénéficie de l’économie numérique et que chaque Nigérian sache comment utiliser les données pour le bien. En ce qui concerne les grandes entreprises technologiques, nous travaillons avec elles pour nous assurer qu’elles utilisent les données à des fins lucratives, mais aussi pour l’humanité. Nous travaillons avec eux pour élaborer un code de pratique et tenter d’élaborer une loi qui protégera chaque Nigérian utilisant une plateforme numérique”, a assuré le ministre.

M. Pantami a fait l’éloge du rapport phare du Groupe de la Banque mondiale et a demandé aux parties prenantes de s’engager à exploiter la valeur des données pour créer la prospérité pour tous.

S’exprimant plus tôt, le directeur national de la Banque mondiale, Shubham Chaudhuri, a insisté sur le fait que le mandat de l’organisme est de travailler avec le gouvernement du Nigeria et d’aider à mettre en place un soutien pour offrir au peuple nigérian des financements concessionnels aux niveaux fédéral et infranational.

M. Chaudhuri a souligné que les projets sont essentiellement des programmes nigérians soutenus par la Banque mondiale et non des projets de la Banque mondiale comme cela est souvent mal interprété dans certains milieux.

Il s’est dit convaincu que le potentiel du Nigeria se concrétisera à condition que tout un chacun se mettre ensemble pour travailler.

Tout en décrivant le Nigeria comme la plus grande économie d’Afrique avec des potentiels et un marché énormes, il a intimé que l’organisation est prête à ne pas seulement soutenir le pays financièrement mais aussi à contribuer dans d’autres domaines clés, y compris les réformes institutionnelles et les politiques.

Leave A Reply

Your email address will not be published.