Le dirigeant nigérian condamne fermement le meurtre d’une étudiante dans l’État de Sokoto

0 70

Le Président Muhammadu Buhari condamne fermement le recours à la violence par la foule à Sokoto, qui a entraîné l’abus de force, la destruction et le meurtre d’une étudiante Deborah Samuel de deuxième année à Shehu Shagari College of Education, Sokoto, suite à une allégation selon laquelle elle aurait blasphémé Muhammad (SAW), le prophète de l’Islam, jeudi.

Le président Buhari a insisté sur le fait que la nouvelle de l’assassinat de la jeune femme par des camarades de classe était préoccupante et a exigé une enquête impartiale et approfondie sur tout ce qui s’est passé avant et pendant l’incident.

Dans un message, le Président a fait remarquer que les musulmans du monde entier exigent le respect des saints prophètes, notamment Isah (Alaihissalaam, Jésus-Christ) et Muhammad (SAW), mais que lorsque des transgressions se produisent, comme ce serait le cas dans cette affaire, la loi ne permet à personne de prendre les choses en main.

En outre, les chefs religieux prêchent qu’il n’appartient pas au croyant de juger les actions d’une autre personne. L’autorité constituée doit être autorisée à traiter de telles questions lorsqu’elles se présentent.

“Personne n’a le droit de se faire justice soi-même dans ce pays. La violence n’a jamais résolu et ne résoudra jamais aucun problème”, a détaillé fermement le Chef de l’État.

Le président Buhari a également demandé aux ministères de l’information et de la culture, des affaires policières et des communications et de l’économie numérique de travailler avec les fournisseurs de services GSM et les entreprises de technologie pour aider à contenir la diffusion d’informations fausses et incendiaires sur les médias sociaux.

Le Président a ainsi présenté les condoléances de la nation à la famille de l’étudiante décédée et a souhaité un prompt rétablissement à tous les blessés.

Il a salué la riposte immédiate du gouvernement à cet incident et a exhorté les chefs religieux et communautaires à attirer l’attention des citoyens sur la nécessité d’exercer le droit à la liberté d’expression de manière responsable.

Le leader du pays a finalement appelé à la modération des commentaires des médias et au calme au sein de la population pendant que l’enquête858 se poursuit pour déterminer les causes lointaines et immédiates de l’incident.

Leave A Reply

Your email address will not be published.