L’actrice de Nollywood Ini Edo mène une campagne contre la violence sexiste

0 40

L’actrice de Nollywood, Iniobong Edo, a appelé le gouvernement et les autorités compétentes à s’opposer à toute forme de discrimination et de violence à l’égard des femmes en politique.

Ini Edo a lancé cet appel lors d’une réunion publique à la radio tenue à Ado-Ekiti vendredi, dans le cadre de ses activités visant à prêcher l’évangile de la non-violence contre les femmes en politique (VAWIP).

Elle s’est inquiétée du fait que la plupart des femmes ont été découragées de se présenter à des postes électifs en raison de la violence sexiste.

Elle a identifié la violence fondée sur le genre comme l’intimidation, la coercition, les notions malsaines à l’égard des femmes, la violence pendant les élections, comme certains des facteurs qui découragent les femmes en politique.

La réunion a été initiée par la Fondation Balm in Gilead (BIGIF), une ONG pour le développement durable, soutenue par le National Democratic Institute des États-Unis d’Amérique.

Elle a été financée par l’USAID et le Foreign Commonwealth and Development Office du Royaume-Uni.

Dans son discours, Ini Edo a exhorté les femmes à profiter de leur population pour briguer des postes de direction et faire la différence chaque fois qu’elles ont l’occasion de servir.

Plus tôt, un intervenant invité, le professeur Christopher Oluwadare, et une militante pour l’égalité des sexes, Mme Rita Ilevbare, ont recommandé aux femmes de ne pas être dociles, mais de toujours poursuivre ce en quoi elles croient.

La directrice générale de l’ONG Women Development Initiative (NIGAWD), Mme Abimbola Aladejare-Salako, a noté que les femmes méritaient d’être privilégiées et protégées contre les maux de la société.
Elle a déclaré que NIGAWD s’est associée à l’État d’Ekiti dans la campagne “Vote Not Fight” de 2014.

Mme Aladejare-Salako a indiqué que l’ONG s’associait également à la zone géopolitique du Sud-Ouest dans le cadre des campagnes pour les courses au poste de gouverneur d’Ekiti et d’Osun en 2022 et pour les élections générales de 2023.

L’organisatrice du programme et directrice exécutive du BIGIF, Mme Tumininu Adedeji, a intimé que le programme était organisé pour réveiller la conscience des femmes sur l’égalité des sexes et la réalisation des objectifs de vie.

Elle a ajouté qu’il s’agissait également d’établir un lien entre la violence électorale fondée sur le sexe et le faible niveau de participation des femmes à la politique.

“Le BIGIF a sélectionné 80 mobilisateurs locaux et trois superviseurs de districts sénatoriaux dans les 16 zones de gouvernement local d’Ekiti, ainsi que l’Agence nationale d’orientation, pour sensibiliser les électeurs et leur faire prendre conscience de la VAWIP.

“Nous encourageons également la participation des femmes et des jeunes aux élections et apportons notre soutien aux victimes de violences électorales fondées sur le sexe”, a-t-elle révélé.

La réunion a recommandé la nécessité pour les hommes d’Ekiti de soutenir davantage de femmes en politique, tandis que les partis politiques devraient revoir leurs politiques pour tenir compte de la dimension de genre.

Les partis politiques devraient mettre en place des structures pour guider les jeunes femmes vers la politique et les préparer politiquement, tandis que les femmes devraient se rendre dans les bureaux de la CENI pour obtenir leur carte d’électrice “, a-t-elle recommandé.

La réunion a également décidé que les partis politiques devraient organiser des campagnes électorales pacifiques avant, pendant et après l’élection du gouverneur d’Ekiti en 2022 et les élections générales de 2023.

Leave A Reply

Your email address will not be published.