Les universités africaines s’engagent à approfondir l’éducation numérique dans la société

Détails présentés par Temitope Mustapha, Abuja

0 20

Les universités africaines ont été mises au défi d’adopter, d’approfondir l’éducation numérique et de la rendre acceptable pour leurs sociétés afin d’atteindre l’impact souhaité.

Le Dr Olivier Kuttel, directeur des affaires internationales de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse, a lancé ce défi jeudi à Abuja lors d’une allocution prononcée à l’occasion de la conférence régionale des Centres d’excellence africains (CAE) 2022, qui avait pour thème : “Intégration durable de l’éducation numérique dans l’ère post-Covid-19”.

Kuttel a déclaré que le plus grand impact sur la transformation numérique a été Covid-19, ajoutant que l’enseignement en ligne était essentiel pour son polytechnique afin de poursuivre ses programmes académiques pendant la pandémie.

Il a donc appelé les universités à passer au numérique, en tenant compte de la société qu’elles servent, ajoutant que si la société n’accepte pas la numérisation de l’enseignement, cela ne fonctionnera pas.

Selon lui, ” la technologie numérique a un impact énorme sur l’éducation, la recherche, l’innovation et la société, précisant qu’avec la technologie numérique, ils enseignent, font de la recherche, partagent les résultats et l’impact est ressenti par leur société. “

Plus tôt, le secrétaire exécutif de la Commission nationale des universités, NUC, Prof Abubakar Rasheed, a déclaré que la NUC a développé le plan directeur pour revitaliser l’éducation au Nigeria, mais après l’arrivée du corona virus, la commission a réalisé qu’elle devait repenser son approche de la prestation de l’enseignement en adoptant l’intégration durable de l’éducation numérique.

Rasheed a noté que l’un des plans était de procéder à une révision complète du programme d’études, et après 4 ans avec plus de 1200 universitaires impliqués, la NUC a réussi à réorganiser le programme des universités.

Il a révélé qu’un mémo a été élaboré par la commission et envoyé au Conseil exécutif fédéral, FEC, pour approbation, ajoutant que la révision comprend le dégroupage de certains cours.

Selon lui, la communication de masse a été dégroupée en huit nouveaux programmes diplômants qui seront intégrés, ajoutant que l’agriculture a également été dégroupée en plusieurs programmes diplômants.

Il a ajouté qu’un autre comité a été mis en place pour développer un programme d’études sur l’intelligence artificielle, soulignant que toutes ces innovations sont le résultat d’interactions entre la Banque mondiale et la Commission nationale des universités.

Il a déclaré que pour la première fois en 20 ans, le Nigeria a accueilli des étudiants étrangers de plusieurs pays, et des étudiants de plus de 17 pays sont inscrits dans une seule université, grâce au programme ACE.

M. Rasheed a indiqué que la commission a élaboré 11 objectifs stratégiques pour le système universitaire, dont l’un consiste à approfondir les TIC dans les instructions.

Prenant également la parole, un représentant de l’Réseau africain d’éducation numérique (ADEN), le professeur Rasheed Sanni, a déclaré que la durabilité numérique n’aurait pas pu arriver à un meilleur moment que maintenant, alors que la pandémie de Covid-19 a eu un impact sur l’éducation à travers le monde.

Rasheed a souligné que le système universitaire actuel a besoin de l’éducation numérique et de l’enseignement en ligne pour offrir une éducation de qualité aux étudiants à tout moment.

Il a félicité la Banque mondiale et les autres partenaires pour le soutien apporté aux universités du pays.

Dans ses remarques, le secrétaire général de l’Association des universités africaines (AUA), le professeur Olusola Oyewole, a exhorté les universités africaines à prendre des mesures pour atteindre la durabilité numérique afin de combler les lacunes du système éducatif.

Oyewole a noté que si les universités poursuivent la durabilité de la technologie numérique, une opportunité est créée pour la croissance d’une économie numérique où les compétences numériques pourraient être apprises pour mettre de la nourriture sur la table pour les citoyens.

Il a insisté sur le fait que l’éducation numérique est l’un des domaines qui est particulièrement clé pour offrir des opportunités à tous.

S’exprimant sur la nécessité d’assurer un apprentissage continu dans les universités malgré les perturbations causées par Covid-19, le vice-président exécutif de la Nigeria Communications Commission, NCC, le professeur Umar Dambata, a déclaré que l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer une société et que la technologie numérique offre la possibilité de réaliser ce changement.

Représenté par le responsable de la recherche à la NCC, M. Kelechi Nwankwo, M. Dambata a déclaré qu’en tant que commission, la vision de la NCC de 2021 à 2025 comprend la nécessité d’encourager l’acquisition de nouvelles technologies et de mener des recherches de pointe pour une croissance économique et un développement durables, ajoutant que ces objectifs stratégiques sont la raison pour laquelle la NCC collabore avec le monde universitaire.

La conférence a été organisée dans le but d’approfondir la compréhension et la participation des acteurs de l’éducation dans le paysage de l’éducation numérique.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.