Le ministre du Budget considère l’économie numérique comme l’avenir de la nation

Propos recueillis par Florence Adidi, Abuja

0 24

Le ministre adjoint au budget et de la planification nationale, Prince Clem Ikanade Agba, affirme que l’économie numérique, qui figure en bonne place sur la liste des sources de fonds inexploitées pour le fisc nigérian, est l’avenir de la nation.

M. Agba a fait cette déclaration lors de l’édition 2022 de la conférence annuelle de Punuka, dont le thème était : La fiscalité de l’économie numérique : Les défis et les perspectives de l’économie nigériane”.

M. Agba a toutefois déclaré qu’un équilibre délicat devait être atteint afin que la taxation de l’économie numérique n’étouffe pas sa croissance.

Il a fait remarquer que les taxes étaient le nerf de la guerre pour le gouvernement.

En effet, il estime que “C’est le sang avec lequel l’économie tourne et fonctionne, et sans lui, un gouvernement ne sera pas en mesure de remplir ses obligations envers les citoyens.

“Tout ce qui affecte les taxes collectées affectera donc la santé, l’existence et la performance du gouvernement et de l’économie.”

Il a expliqué que la numérisation de l’économie avait révélé certains défis et certaines lacunes dans la pratique fiscale existante, car elle affecte l’attribution des droits d’imposition et l’administration des impôts, en particulier en ce qui concerne les contribuables non résidents.

Il a expliqué que, jusqu’à présent, le Nigeria avait tenté de résoudre ces problèmes par une approche à trois volets consistant à apporter des changements stratégiques à la politique fiscale, à l’administration et au cadre législatif sur lequel ils reposent.

“On s’attend donc à ce que des changements soient apportés à l’imposition des revenus provenant de transactions transfrontalières, notamment en ce qui concerne le suivi, la localisation, l’évaluation et la perception des impôts”, a-t-il déclaré.

Le ministre a affirmé que le ralentissement économique provoqué par la pandémie de Covid-19 a considérablement érodé les recettes fiscales du pays et a contraint les services fiscaux fédéraux (FIRS) à rechercher d’autres sources d’imposition.

“La pandémie a permis à de nombreuses entreprises et autres entités de s’adapter à l’utilisation de moyens numériques non conventionnels pour l’éducation, la banque, les conférences, les réunions et la vente de biens.

“La croissance de l’économie numérique offre donc au gouvernement l’occasion d’augmenter sa collecte de recettes et d’élargir l’assiette fiscale, ce qui est particulièrement important pour notre pays qui possède une importante économie informelle et une assiette fiscale très limitée”, a-t-il ajouté.

Il a souligné qu’étant donné que la génération de recettes est relativement faible par rapport aux énormes responsabilités du gouvernement, des efforts concertés sont nécessaires pour hiérarchiser les dépenses publiques et mettre l’accent sur la mobilisation des ressources, ajoutant que la taxation de l’économie numérique était l’une de ces options, car elle devrait augmenter le profil des recettes publiques d’environ 15 % de notre PIB d’ici 2025.

“Le gouvernement fédéral a également mis en place l’initiative stratégique de croissance des recettes (SRGI) et la loi de finances annuelle afin de mobiliser les fonds nationaux nécessaires au développement du capital humain et des infrastructures, qui sont à la fois les moteurs et les catalyseurs de la croissance économique et du développement durables.”

Il a déclaré que le thème de la conférence était approprié car la taxation efficace de l’économie numérique est devenue une considération cruciale pour les autorités fiscales du monde entier.

Leave A Reply

Your email address will not be published.