2023 : Je renforcerai l’autonomie des jeunes et des femmes si je suis élu président – Bukola Saraki

Détails avec Paul Oke, Abuja

0 19

L’un des aspirants du Parti démocratique du peuple (PDP) et ancien président du Sénat nigérian, le Dr Bukola Saraki, a déclaré que s’il avait la chance d’être président, il collaborerait avec les industries pour former un million de jeunes à des compétences techniques et professionnelles chaque année.

Le candidat a fait cette déclaration à Abuja alors qu’il s’adressait aux médias.

Le Dr Saraki a indiqué que tant qu’il y aurait une vieille femme dans ce pays qui ne pourrait pas se payer ses médicaments pour le diabète ou le paludisme parce qu’elle n’a pas de couverture d’assurance, il voudrait se présenter à la présidence, car il veillerait à ce que des personnes comme elle soient couvertes et à faire passer la couverture d’assurance maladie obligatoire de 7 % actuellement à 50 % au cours des deux premières années.

Il a ajouté : “Tant qu’il y a un enfant au Nigeria qui ne sait ni lire ni écrire, le travail n’est pas terminé. Et c’est pour cet enfant que je veux me présenter à la présidence, car je veillerai à ce que la loi sur l’éducation de base obligatoire soit appliquée et que la qualité de l’enseignement s’améliore dans toutes les écoles publiques”.

L’aspirant à la présidence a déclaré que même si les problèmes auxquels le pays est confronté sont si nombreux et décourageants qu’ils pourraient ne pas être résolus au cours de la vie d’une présidence, mais le fait est que cette génération pourrait être celle qui commence tout cela.

“Nous pouvons être la génération qui est déterminée à faire de la nôtre la dernière génération dans laquelle les personnes aspirant à une fonction publique seront jugées sur la base du contenu de leur caractère et de leurs capacités, et non sur la partie du pays d’où elles viennent, la langue qu’elles parlent ou la façon dont elles adorent Dieu. Soyons la dernière génération à demander : “D’où venez-vous ?” plutôt que “Que pouvez-vous faire ?”, a souligné M. Saraki.

“Nous avons tous des raisons de nous inquiéter de l’avenir de ce pays. Mais ce n’est pas le moment de capituler et de se vautrer dans le désespoir. Au contraire, c’est le moment où tous les patriotes et les citoyens de bonne volonté doivent faire preuve de courage, s’élever au-dessus des lignes de division qui nous ont séparés au fil des ans et poser cette question très importante : “Où allons-nous à partir de maintenant ?”

“Tant que 65 millions de nos citoyens vivent encore dans des conditions de taudis dans nos villes et centres urbains, alors le travail n’est pas terminé. Et c’est pour cela que je veux être président, parce que je livrerai chaque année un demi-million de logements abordables à nos concitoyens à faibles revenus et que j’éliminerai les bidonvilles urbains”, a-t-il fait remarquer.

Il a déclaré que les Nigérians n’ont jamais manqué d’idées, qu’ils savaient ce qu’il fallait faire, mais que ce qui manquait au pays était le leadership et qu’il avait l’intention de le combler si on lui en donnait la chance.

“Si nos professeurs d’université ont encore des raisons de se lancer dans des actions de grève, si nos universités ne sont toujours pas classées parmi les 1000 premières du monde, alors notre travail n’est pas terminé. Et c’est pourquoi je veux être président, parce que je veillerai à ce que nos universités et nos établissements d’enseignement supérieur soient compétitifs et bien financés, en adoptant des modèles et des approches qui ont servi les systèmes d’enseignement supérieur les plus performants du monde”, a déclaré le Dr Saraki.

” Aussi longtemps que certains de nos meilleurs et plus brillants cerveaux continueront à s’expatrier dans d’autres pays pour s’épanouir, notre travail n’est pas terminé. C’est pourquoi je veux être président, car je mettrai en place des incitations ciblées pour inverser la fuite des cerveaux et garder nos professionnels dans le pays”, a-t-il souligné.

“Tant que notre immense armée de jeunes talentueux ne pense pas que le gouvernement nigérian peut soutenir leurs rêves, que ce soit dans le domaine du divertissement, de la mode ou d’autres activités créatives, le travail n’est pas terminé. Et c’est pour ces Nigérians talentueux que je veux être président, car je créerai les Initiatives de l’industrie créative du Nigeria pour protéger notre position de leader sur le continent africain et nous positionner pour être le leader mondial de l’économie des productions culturelles.”

L’aspirant à la présidence a déclaré que les Nigérians avaient été témoins d’un pays où chacun se voyait garantir un niveau de vie minimum, où la classe moyenne prospérait, où les emplois étaient disponibles et prévisibles, où les crimes étaient punis, où la fonction publique était efficace, où les services publics fonctionnaient, et où le Nigeria était la fierté de chaque homme noir partout dans le monde.

“Au cours de notre vie, nous avons été les témoins d’un Nigeria où l’on pouvait quitter Lagos en voiture la nuit et arriver à Maiduguri le matin, sans crainte ni malchance ; nous avons été les témoins d’un Nigeria où un Peul arrivait à Enugu en tant que marchand de bétail et finissait par être élu maire de la ville ; nous avons vu un Nigeria où chacun, riche ou pauvre, avait la garantie de recevoir une éducation du simple fait de fréquenter une école ; un Nigeria où les enfants pouvaient s’éloigner de la maison aussi longtemps qu’ils le voulaient et étaient sûrs de rentrer le soir”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.