Une coalition vise à rendre l’agriculture attrayante aux jeunes nigérians

0 84

Le groupe Network for Agricultural Technical Education of Nigeria (NATEN) a appelé mardi toutes les parties prenantes à rendre l’agriculture attrayante pour les jeunes afin d’encourager leur participation au développement national.

Le président du NATEN, le professeur Justina Mgbada, a lancé cet appel lors de l’atelier international de trois jours sur le programme d’enseignement agricole axé sur la demande au Nigeria.

Selon elle, la recherche montre que 60 % des agriculteurs au Nigeria sont des personnes âgées, notant que si rien n’est fait, il ne restera personne pour continuer dans le futur.

Elle a souligné que l’enseignement agricole axé sur la demande était une occasion de former les jeunes dans les établissements supérieurs sur la valeur ajoutée et en accord avec les réalités actuelles du pays.

Mgbada pense aussi que lorsque le programme d’enseignement agricole sera réformé pour adopter une approche axée sur la demande, il sera attrayant, affirmant que si la jeunesse nigériane adopte l’agriculture, plus de la moitié des problèmes du pays seront résolus.

“Nous avons découvert que l’une des principales choses que nous devons faire est de rendre l’agriculture glamour en la rendant attrayante pour les jeunes”.

“Il est vrai qu’il n’y a pas d’emplois, les étudiants sortent des écoles, ils ne trouvent pas de travail, au lieu d’aller dans les fermes, ils viennent dans les grandes villes, laver les voitures, nettoyer les pare-brise, et faire d’autres travaux subalternes.”

“Nous avons de nombreuses ressources naturelles qui, si elles sont bien exploitées, permettront au pays de se développer, c’est pourquoi le programme de l’enseignement agricole doit être changé et modifié et axé sur la demande.”

Mgbada, professeur de vulgarisation agricole, a toutefois exhorté toutes les parties prenantes à soutenir l’approche axée sur la demande en vue de modifier les pratiques agricoles et d’encourager la valeur ajoutée de manière durable.

Le professeur James Jayeoba, président de l’Association des doyens des facultés d’agriculture des universités nigérianes, a révélé que l’atelier arrivait à point nommé et offrait l’occasion d’un changement de paradigme en passant de la théorie habituelle au développement de programmes d’études axés sur la demande.

Selon lui, il s’agit d’un moyen de faire des praticiens de l’agriculture des personnes capables de résoudre les défis en fonction des réalités de la société et de développer leur esprit vers des activités à valeur ajoutée.

De nombreux diplômés en agriculture, a-t-il ajouté, étaient inemployables parce que les formations reçues n’étaient pas en phase avec les réalités de l’époque, et que beaucoup d’entre eux devaient trier des connaissances supplémentaires en dehors de l’environnement scolaire.

“Un changement de paradigme dans nos programmes réguliers d’enseignement agricole est approprié et cette formation est bénéfique pour tous.”

“Nous devons passer d’un programme d’études axé sur la théorie à un programme d’études axé sur la demande, de sorte que nous puissions avoir l’orientation que les étudiants acquièrent une expérience pratique sur les équipements pertinents et la réalité dans le système de production.

M. Jayeoba s’est dit optimiste quant au fait que l’atelier changera le visage de la formation agricole, affirmant qu’il sera étendu à l’échelle régionale pour sensibiliser davantage les conférenciers et les futurs concepteurs de programmes.

Le secrétaire exécutif du Conseil de recherche agricole du Nigeria, le professeur Garba Sharubutu, a intimé que la faible volonté politique entravait l’enseignement agricole au Nigeria.

Il a noté que l’atelier était essentiel pour le développement de l’agriculture, affirmant que la mise en œuvre des programmes réformés était un problème majeur et inquiétant.

“Il faut un programme et une mise en œuvre axés sur la demande, il doit être testé et mis en œuvre et nous voulons une volonté politique forte pour les mettre en œuvre.”

“Actuellement, il y a un faible intérêt des niveaux de gouvernement pour mettre en œuvre et réformer le curriculum, malheureusement, la plupart des conversations sont simplement pour des raisons politiques, le ministère fédéral de l’Agriculture et de l’Éducation doit aligner ses besoins et l’harmoniser.”

“Le système d’enseignement agricole a besoin d’une norme minimale, l’agriculture ne dispose pas de machines pour le développement des compétences, il est nécessaire d’avoir un attachement industriel, l’expérience pratique est également cruciale, nous avons des diplômés non exposés et inexpérimentés.”

“Il ne s’agit donc pas seulement d’avoir de bons documents, mais de les mettre en œuvre, il n’est pas nécessaire que les dirigeants se renvoient la balle, mais que toutes les parties prenantes s’approprient le changement de discours”.

Le professeur Oladele Idowu a précisé que l’importance des stratégies et des méthodes axées sur la demande était d’améliorer l’employabilité des étudiants, précisant que de nombreux pays passaient d’une approche axée sur l’offre à l’approche axée sur la demande.

M. Idowu a souligné le besoin de compétences et de formation pour rassembler des compétences pratiques, affirmant que cela encouragerait également la chaîne de valeur agricole et apporterait la participation du secteur privé.

“L’évaluation des besoins doit être vue avant de développer le programme scolaire, cela aidera au renforcement des capacités et à l’ajout de valeur, en particulier sur les questions actuelles.

Le NATEN est soutenu par le programme Farmer-to-Farmer de John Ogonowski et Doug Bereuter, financé par l’USAID et mis en œuvre par Winrock International.

Leave A Reply

Your email address will not be published.