Appel du président Buhari aux enseignants grévistes des universités

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 73

Le président Muhammadu Buhari a demandé à l’ASUU (Syndicat du personnel académique des universités) de prendre en compte la situation critique des étudiants et de mettre fin à la grève en cours dans l’intérêt de la nation.

Le président a également exhorté les étudiants des établissements d’enseignement supérieur publics nigérians à faire preuve de patience pendant que le gouvernement s’efforce à résoudre les défis récurrents du système universitaire national dans la limite des ressources disponibles.

Il a lancé un appel à Abuja, jeudi, lors de la 19e Journée nationale de la productivité et de la remise du prix de l’Ordre national du mérite de la productivité (NPOM) à 48 éminents Nigérians et organisations des secteurs public et privé, pour leur productivité élevée, leur travail acharné et leur excellence.

Le Président Buhari a rappelé qu’il avait précédemment ordonné à son chef de cabinet, aux ministres du travail et de l’emploi, de l’éducation, des finances, du budget et de la planification nationale de réunir immédiatement toutes les parties à la table des négociations afin d’examiner de nouveau d’un œil critique les zones d’ombre des revendications de l’ASUU et de tous les autres syndicats universitaires.

Un thème approprié

Concernant le thème de la célébration de la journée de la productivité de cette année, ”Atteindre une productivité plus élevée grâce à un système éducatif amélioré”, le Président a promis que le gouvernement nigérian continuerait à faire tout son possible pour améliorer le niveau du système éducatif dans le pays, ajoutant que son administration reconnaît que l’avenir de toute nation dépend du niveau de son système éducatif.

Par conséquent, si nous souhaitons transformer le Nigeria en une économie compétitive, forte, dynamique, productive et durable, l’amélioration de notre système éducatif doit être considérée comme une priorité absolue”, a-t-il noté.

Soulignant les réalisations notables dans le secteur de l’éducation, notamment la réduction drastique du nombre d’enfants non scolarisés, qui passera de 10,1 millions en 2019 à 6,9 millions en 2020, l’emploi automatique pour les diplômés de l’enseignement et la révision de l’âge de la retraite des enseignants, qui passera de 60 à 65 ans, entre autres, le président a révélé qu’il restait encore beaucoup à faire.

Il a martelé : “Un système éducatif de qualité n’est pas seulement bon pour l’économie nationale ; il est également bon pour les citoyens.

‘Ignorer la dimension de productivité de l’éducation mettrait en danger la prospérité des générations futures, avec de larges répercussions sur la pauvreté et l’exclusion sociale.

”Il sera difficile d’améliorer nos performances économiques et notre productivité globale, sans améliorer notre système éducatif.

”Le gouvernement prend note de l’urgence de notre système éducatif, en particulier de la pénurie d’enseignants qualifiés et dévoués pour améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage à tous les niveaux de notre système éducatif.”

Plus d’incitations

Pour faire face à ces défis, le Président Buhari a précisé que son administration a revu l’âge de la retraite des enseignants de 60 à 65 ans, tandis que les années de service sont passées de 35 à 40 ans pour encourager davantage de diplômés à rejoindre la profession enseignante.

De même, le Président a intimé que le gouvernement a également approuvé une échelle de salaire spéciale pour les enseignants des écoles primaires et secondaires, y compris des dispositions pour l’allocation d’affectation rurale, l’allocation pour les professeurs de sciences et l’allocation particulière, tout en donnant la priorité à la promotion et au paiement rapide des salaires.

En outre, le Président a renchéri que la réintroduction des bourses d’études aux étudiants en éducation dans les universités et les collèges d’éducation s’accompagne de l’assurance d’un emploi automatique après l’obtention du diplôme, ainsi que du paiement d’allocations aux étudiants en licence d’éducation.

Félicitant tous les lauréats pour leurs diverses réalisations et leur reconnaissance bien méritée, le Président a détaillé qu’ils avaient été soigneusement sélectionnés parmi une multitude de concurrents, affirmant que “cette récompense devrait vous inciter à atteindre de nouveaux sommets”.

Le président a félicité le président et les membres du comité de l’Ordre national du mérite de la productivité, ainsi que la direction et le personnel du Centre national de la productivité pour leur excellent travail. Il a exhorté les récipiendaires du prix du mérite et les Nigérians à faire de la productivité leur mot d’ordre.

Dans ses remarques, le ministre du Travail et de l’Emploi, Dr Chris Ngige, a énuméré que depuis la création du prix en 1991, 382 personnes et 97 organisations ont été honorées par le NPOM.

Dr Stella Adadevoh et M. Babatunde Lawal ont reçu des prix à titre posthume lors de l’édition 2019/2020 de la Journée nationale de la productivité.

Dr Adadevoh, décédée le 19 août 2014, a été reconnue pour ses performances exceptionnelles dans la lutte contre la propagation du virus Ebola dans le pays, tandis que Lawal, qui jusqu’à son décès le 6 novembre 2020, a occupé le poste de secrétaire permanent au Bureau des affaires du Cabinet.

Babatunde, économiste de formation avec un penchant pour l’analyse de la politique fiscale, la gestion et la planification stratégique, a été félicité pour sa ”minutie et son attention particulière à chaque détail” pendant son mandat de secrétaire permanent dans la fonction publique fédérale.

Parmi les autres lauréats figurent le président national du All Progressives Congress (APC), Abdullahi Adamu ; le secrétaire du gouvernement de la Fédération, Boss Mustapha ; le directeur général sortant du Nigeria Centre for Disease Control (NCDC), Dr Chike Ihekweazu ; Akin Abayomi, commissaire à la santé de l’État de Lagos, Abdusamad Rabiu, président et fondateur du groupe BUA, Mike Adenuga Jnr, président de Globacom, Stanley Okolo, directeur général de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) et Allen Onyema, président-directeur général d’Air Peace, entre autres.

Leave A Reply

Your email address will not be published.