Covid-19 : la Corée du Nord annonce son tout premier cas

0 22

Pyongyang a fait état, jeudi, de son tout premier cas d’infection au Covid-19, plus particulièrement au variant Omicron. Le dirigeant Kim Jong-un a aussitôt annoncé des mesures de “confinement” à l’échelle nationale.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a ordonné des mesures de “confinement” à l’échelle nationale après que le pays a détecté son tout premier cas de Covid-19 depuis le début de la pandémie, ont rapporté jeudi 12 mai les médias d’État.

Le dirigeant “a appelé toutes les villes et tous les comtés du pays à confiner minutieusement leurs territoires et à organiser le travail et la production après avoir isolé chaque unité de travail, chaque unité de production et chaque unité d’habitation les unes des autres”, afin de bloquer la propagation du “virus malveillant”, a déclaré l’agence de presse officielle KCNA.

Après deux ans de lutte contre la pandémie, des échantillons prélevés sur des patients fiévreux à Pyongyang “coïncident avec le variant Omicron BA.2”, a rapporté l’agence officielle KCNA.

“Pour que Pyongyang admette publiquement des cas d’Omicron, la situation de santé publique doit être grave”, a estimé Leif-Eric Easley, professeur à l’université Ewha de Séoul.

Le site spécialisé NK News, basé à Séoul, citant des sources à Pyongyang, a rapporté que des quartiers de la capitale nord-coréenne avaient été confinés pendant deux jours, faisant aussi état d’achats paniques.

Système de santé déficient

Selon les experts, le système de santé déficient du pays aurait du mal à faire face à une épidémie majeure, d’autant que la Corée du Nord n’a vacciné aucun de ses 25 millions d’habitants, ayant rejeté les offres de vaccination de l’OMS, de la Chine et de la Russie.

Accepter les vaccins par le biais du programme Covax de l’OMS requiert la “transparence sur la façon dont les vaccins sont distribués”, a déclaré à l’AFP Go Myong-hyun, chercheur à l’Asan Institute for Policy Studies, “c’est pourquoi la Corée du Nord l’a rejeté”.

La Corée du Nord s’est longtemps vantée de sa capacité à tenir le virus à distance, et n’avait pas signalé à l’Organisation mondiale de la santé le moindre cas confirmé de Covid-19. Selon l’institution, la Corée du Nord avait mené, en 2020, 13 259 tests anti-Covid, qui se sont tous révélés négatifs.

Lors d’une parade militaire en 2020, Kim Jong-un avait remercié les citoyens et les militaires pour leur loyauté et pour être restés en bonne santé face à la pandémie mondiale. Les médias d’État avaient déjà évoqué des mesures de “prévention des épidémies”, et des civils ont parfois été vus portant des masques sur des photographies officielles. Mais lors de l’énorme défilé militaire à Pyongyang fin avril diffusé par les médias d’État, aucune des milliers de personnes présentes n’a été vue portant un masque.

Essai nucléaire retardé ?

Selon les analystes, la crise sanitaire en Corée du Nord pourrait perturber les essais d’armement du pays.

“Il est possible que l’essai nucléaire soit retardé afin de se concentrer sur la maîtrise du coronavirus”, a déclaré à l’AFP Yang Moo-jin, professeur à l’Université des études nord-coréennes de Séoul. Mais il a ajouté que si les craintes de la population concernant une épidémie se répandaient, Kim Jong-un pourrait procéder à un essai “pour détourner cette peur”.

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.