RDC : nouveau massacre de civils dans un camp de déplacés en Ituri

0 213

Au moins 14 civils ont été tués lundi dans un camp de déplacés en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), par de présumés miliciens du groupe armé Coopérative pour le développement du Congo (CODECO), a indiqué mardi un groupe d’experts.

“Au moins 14 civils ont été tués au camp de déplacés de Lodda, près de Fataki” dans le territoire de Djugu en Ituri ce lundi. “Les CODECO-URDPC sont soupçonnés”, a affirmé sur Twitter le Baromètre sécuritaire de Kivu (KST), qui dispose d’experts dans cette région.

“Les miliciens CODECO sont venus vers 21h, ils ont attaqué simultanément le site des déplacés à Lodda et le camp des militaires vers Fataki” distant de 9 km, a déclaré à l’AFP Jules Tsuba, président de la société civile du territoire de Djugu.

Selon Jules Tsuba, les deux attaques ont fait 15 morts dont un militaire mais “la majorité des victimes sont des enfants”. Dans des clichés envoyés à l’AFP, on compte au moins neuf corps d’enfants qui baignent dans le sang, étalés à même le sol, certain éventrés. “Ce bilan est encore provisoire, c’est choquant de voir les enfants coupés à la machette“, a ajouté Jules Tsuba.

Milices communautaires

Le CODECO-URDPC (Union de révolutionnaires pour la défense du peuple congolais) est une fraction de ce groupe armé (CODECO) structuré autour d’une secte religieuse. Cette milice prétend défendre les membres de la communauté Lendu contre la communauté rivale Hema et contre les forces de sécurité.

Le camp des déplacés de Lodda abrite majoritairement les déplacés, membres de la communauté Hema, une des communautés de cette région de l’Ituri qui a replongé dans les violences depuis fin 2017 avec l’avènement du groupe CODECO. Un précédent conflit entre milices communautaires avait fait des milliers de morts entre 1999 et 2003, jusqu’à l’intervention d’une force européenne, l’opération Artémis, sous commandement français.

Parmi des dizaines de groupes armés présents dans la région orientale de la RDC en proie à des violences depuis 25 ans, le CODECO est présenté actuellement comme un des plus meurtriers.

La dernière attaque d’envergure attribuée à ce groupe armé dans le territoire de Djugu remonte à dimanche. Ce jour-là, les miliciens ont tué au moins 35 personnes dans l’attaque d’une mine d’or artisanale. Parmi les morts, figuraient un bébé de 4 mois et une femme.

État de siège

La province aurifère de l’Ituri et celle voisine du Nord-Kivu sont placées sous état de siège depuis mai 2021. Cette mesure exceptionnelle qui a donné les pleins pouvoirs à l’armée et à la police n’a pas permis, à ce stade, de mettre fin aux violences.

Sous pression des élus et des militants des mouvements citoyens qui appellent à la levée de cet état siège, le président Félix Tshisekedi a décidé d’évaluer l’efficacité de cette mesure.

Dans un rapport publié mardi à Kinshasa, Amnesty International a estimé qu’“aucune amélioration de la protection des civils n’a été constatée” sur le terrain malgré l’état de siège.

Cette mesure a plutôt “entraîné de nouvelles atteintes aux libertés fondamentales des personnes, au mépris total du droit international relatif aux droits humains et des normes connexes”, note Amnesty.

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.