Le gouvernement nigérian exhorté à améliorer l’investissement dans les infirmières

0 64

Pour une meilleure prestation de services de santé, l’Association nationale des infirmières et sages-femmes du Nigeria (NANNM) a demandé au gouvernement nigérian d’améliorer l’investissement dans les infirmières et de revoir les indemnités de risque.

Le président de l’association, Micheal Nnachi, a lancé cet appel lors d’une conférence marquant la semaine internationale des infirmières et sages-femmes à Abuja.

Il a expliqué que les infirmières au Nigeria sont sous-payées et sous-évaluées malgré les risques qu’elles encourent en tant que travailleurs de la santé.

“Les soins infirmiers, comme toutes autres professions, comportent leurs propres risques, notamment dans les établissements de prestation de soins de santé où les infirmières se mêlent souvent à des personnes porteuses de maladies infectieuses.”

Il a décrié le niveau d’insécurité et les attaques auxquelles les infirmières sont confrontées dans l’exercice de leurs fonctions, ce qui a provoqué la migration des infirmières vers d’autres pays, entraînant la fuite des cerveaux.

Nnachi a toutefois appelé à un environnement de travail favorable, au bien-être des infirmières, à la mise en œuvre correcte du classement des infirmières au Nigeria, à l’implication des infirmières dans les processus de prise de décision et à la couverture d’assurance.

Il a ajouté que cela encouragerait les infirmières et les sages-femmes à rester au pays et à ne pas émigrer vers des pays occidentaux en quête d’emploi.

Il a exhorté les infirmières et les sages-femmes à adopter un code d’éthique professionnelle pour satisfaire les patients et favoriser l’unité sur leur lieu de travail.

Dr Farouk Abubakar, membre du Conseil des infirmières et sages-femmes du Nigeria, a noté que la pandémie de covid19 a révélé des lacunes dans le secteur sanitaire, d’où la nécessité d’un financement adéquat de ce secteur.

Le Conseil, a-t-il ajouté, est préoccupé par la qualité des soins infirmiers et de la prestation globale de services à la fois dans les établissements de santé primaires et tertiaires, d’où le conseil a développé divers programmes de réforme pour améliorer la qualité de la prestation de services par les infirmières.

Le président du comité de la Chambre sur la santé, M. Tanko Sununu, a appelé les infirmières nigérianes à investir dans des programmes de renforcement des capacités afin de répondre aux meilleures pratiques internationales.

M. Sununu a ainsi expliqué que la Chambre a accepté d’entrer en contact avec les associés pour parvenir à une meilleure indemnité de risque.

Leave A Reply

Your email address will not be published.