Post COVID-19 : le Nigeria exhorte les parlementaires africains à collaborer avec l’exécutif et le judiciaire

Propos recueillis par Cyril Okonkwo, Abuja

0 33

Le président nigérian Muhammadu Buhari a appelé lundi les parlementaires africains à collaborer avec l’exécutif, le judiciaire, le secteur privé et la société civile de leurs pays pour conduire la prochaine phase de développement sur le continent après la pandémie de COVID-19.

Cet appel était contenu dans son discours lors de la première conférence des présidents et chefs des parlements africains à Abuja, la capitale du pays.

Placée sous le thème “Renforcer la relance économique de l’Afrique après la pandémie de COVID-19 grâce au leadership parlementaire”, la conférence de trois jours a notamment pour objectif de développer des stratégies de collaboration pour aborder les questions connexes d’intérêt commun et de concevoir des interventions et des solutions législatives à l’échelle du continent.

En déclarant la conférence ouverte, le Président Buhari, qui était représenté par le Vice-président Yemi Osinbajo, a déclaré que toutes les mains doivent être sur le pont pour s’assurer que l’Afrique se relève de l’impact de la pandémie à des niveaux encore plus élevés.

“Si nous avons appris quelque chose du COVID et de ses conséquences, c’est qu’aucune nation, institution ou groupe ne peut réussir seul.

“La collaboration est la clé pour faire fonctionner le monde d’aujourd’hui”, a-t-il déclaré.

Soulignant que l’Afrique a mieux réussi que plusieurs autres continents à contenir la pandémie de COVID-19, le président a déclaré que les coûts sociaux et économiques ont été élevés pour les pays africains.

Insistant sur le fait que la stratégie de redressement économique de l’Afrique après la pandémie de COVID-19 doit aller au-delà des efforts déployés dans les différents pays, le président Buhari a déclaré que des mesures de collaboration accrues devaient être prises par les pays africains pour un redressement économique, une croissance et un développement durables.

“L’économie africaine a été durement touchée, avec 253 000 décès et plus de 30 millions d’emplois perdus depuis le début de la pandémie.

“Selon la Banque mondiale, la pandémie de COVID-19 aurait poussé entre 26 et 40 millions de personnes dans l’extrême pauvreté sur le continent africain.

“Plusieurs pays africains ont pris des mesures décisives pour contenir la propagation du virus et limiter son impact socio-économique.

“Des interventions de santé publique ont été déployées, plusieurs programmes et mesures ont été mis en place pour combattre la pandémie, tels que des lockdowns, des plans de relance, des aides financières aux ménages et aux MPME, etc. Nous avons tous réalisé un certain niveau de progrès avec ces mesures.

“Dans beaucoup de nos pays, malgré des circonstances économiques relativement faibles, le pouvoir législatif a dû s’asseoir avec le pouvoir exécutif pour prendre certaines des dispositions budgétaires les plus stupéfiantes de notre histoire.

“Au Nigeria, notre plan de relance était de l’ordre de 2 300 milliards de nairas, soit à l’époque plus de 6 milliards de dollars.”

Rôle central

Selon le dirigeant nigérian, les parlements africains ont un rôle central à jouer dans les efforts de l’après-COVID-19 pour conduire et soutenir la reprise économique du continent, car ils ont le pouvoir de promulguer des lois, de superviser les budgets gouvernementaux et les emprunts internationaux.

“Une préoccupation cruciale pour toutes les économies africaines est de savoir comment améliorer les liquidités, réduire le fardeau de la dette et améliorer la position de notre balance des paiements, en particulier à la suite des énormes dommages causés à nos finances par la pandémie.

“En effet, l’annulation de la dette des pays africains est l’une des questions clés discutées et convenues lors de la réunion préparatoire de cette réunion inaugurale. Et cette initiative suscite déjà un intérêt considérable.”

Initiative pratique

Le président Buhari a indiqué qu’une initiative pratique introduite immédiatement après la pandémie de COVID-19 était la nouvelle réaffectation des droits de tirage spéciaux, DTS, de 650 milliards de dollars, qui a été mise en œuvre en août 2021.

Il a déclaré que même s’il y a eu des discussions sur la part des DTS que les économies africaines et les pays en développement ont obtenue, “il est important de reconnaître que cela a sauvé des vies et que c’est arrivé au bon moment”.

“L’allocation a amélioré la position de notre balance des paiements en augmentant la part des DTS dans les avoirs de réserve de nos pays, fournissant ainsi des liquidités directes sans augmenter le fardeau de notre dette.

“Je pense donc que les pays africains parlant d’une seule voix peuvent demander davantage de DTS.

La CEA a récemment proposé que nos pays puissent répondre à leurs besoins de financement du développement en tirant parti de la réaffectation des DTS par le biais de véhicules de prêt, tels que la Facilité de liquidité et de durabilité (FLS), un fonds fiduciaire pour les pays à revenu intermédiaire, les banques de développement multilatérales et régionales ainsi que le Fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et la croissance (PRGT).

“Il s’agit donc de véhicules possibles par lesquels nous pourrions utiliser plus efficacement les réaffectations de DTS, notamment parce que ces dispositifs pourraient en fait constituer une fenêtre appropriée pour le financement du développement et des biens publics mondiaux.”

Exploiter la technologie, AfCFTA

Le président Buhari a également exhorté les législateurs à adopter des lois qui permettraient aux économies des pays de tirer parti de la technologie et des opportunités créées par l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA).

Tout en notant que sept entreprises technologiques nigérianes sont désormais évaluées à plus d’un milliard de dollars chacune, il a déclaré : “L’AfCFTA est une occasion unique de consolider l’énorme marché africain, ce qui permettra de créer et de récupérer des millions d’emplois, de réduire la dépendance de l’Afrique à l’égard des importations, de stimuler le commerce intra-africain et les exportations, et de renforcer les liens transfrontaliers et les relations commerciales intra-africaines”.

L’orateur principal et président de la Banque africaine de développement (BAD), le Dr Akinwumi Adesina, a mis en garde les pays africains contre toute complaisance dans leurs stratégies de santé et de relance économique, ajoutant que “la prochaine pandémie est à portée de main.”

Adesina a déclaré que la BAD a conçu une intervention d’urgence alimentaire de 1,5 milliard de dollars pour permettre au continent de résister à la guerre actuelle entre la Russie et l’Ukraine.

Souhaitant la bienvenue aux parlementaires, le président de la Chambre des représentants du Nigeria, Femi Gbajabiamila, a dénoncé la récente menace qui pèse sur la démocratie au Soudan, au Mali, en Guinée et au Tchad, où “des gouvernements élus ont été usurpés par des juntes militaires, réduisant à néant des années de progrès et les espoirs de millions de personnes”.

Il a expliqué que la conférence examinerait certaines des raisons invoquées pour expliquer cette évolution et corriger la trajectoire des pays et du continent.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.