L’OMS préconise une approche globale pour améliorer l’eau, l’assainissement et l’hygiène

0 68

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé à l’approche holistique pour améliorer l’eau, l’assainissement et l’hygiène sur le continent.

La directerice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Dr Matshidiso Moeti, a lancé cet appel dans un message pour commémorer la Journée mondiale de l’hygiène des mains, célébrée chaque 5 mai.

Le thème pour l’année 2022 est : “Unissons-nous pour la sécurité – Nettoyez-vous les mains”.

Elle a déclaré que le thème se concentrait spécifiquement sur les établissements de santé avec un appel aux travailleurs de la santé, aux patients et aux membres de la famille à s’unir sur l’hygiène des mains pour atteindre une culture de haute qualité et de soins sûrs.

Mme Moeti pense aussi que le manque d’hygiène était plus grave en Afrique, où la moitié des établissements de santé n’ont pas accès à l’eau.

“L’OMS a élaboré et diffusé des directives sur l’hygiène des mains dans les soins de santé aux États membres et aux établissements.

“Nous offrons également des conseils techniques pour la mise en œuvre d’outils de surveillance dans les pays de la Région africaine”, a-t-elle déclaré.

Elle a martelé que l’ampleur du défi que représente la priorité accordée à l’hygiène des mains en tant que mesure de prévention et de contrôle des infections a déjà été mise en évidence par les estimations mondiales de l’OMS et de l’UNICEF.

Ces estimations ont révélé qu’un établissement de santé sur quatre dans le monde ne dispose pas de l’accès le plus élémentaire à l’eau.

Elle a également noté qu’un établissement sur trois ne disposait pas d’installations d’hygiène des mains sur le lieu de soins.

Mme Moeti a également intimé qu’il était nécessaire d’améliorer la collaboration entre les secteurs public et privé en matière d’investissements, qui restent cruciaux pour l’expansion et le maintien des infrastructures d’eau, d’assainissement et d’hygiène en Afrique.

“La plupart des pays africains ont besoin de plus de ressources financières pour atteindre l’accès universel aux services WASH d’ici 2030.

” Des recherches sur le fardeau socio-économique des infections associées aux soins dans les pays africains sont également nécessaires “, a déclaré le directrice régionale de l’OMS.

Selon Mme Moeti, des données probantes montraient que des mesures efficaces de prévention et de lutte contre les infections, notamment l’hygiène des mains, pouvaient réduire de plus de moitié les infections associées aux soins.

Elle a ajouté que cela permettrait également d’augmenter les taux de survie des nouveau-nés jusqu’à 44 %.

D’après elle, le lavage fréquent des mains joue également un rôle important dans la lutte contre les épidémies et les pandémies.

L’OMS dans la Région africaine, a-t-elle souligné, a soutenu l’amélioration des pratiques d’hygiène des mains par des campagnes de sensibilisation dans les États membres.

L’OMS a également formé plus de 200 000 agents de santé depuis le début du COVID-19, et a fourni un soutien en matière d’infrastructures WASH à de nombreux établissements, a-t-elle ajouté.

”Des conseils techniques sur la production locale de produits de friction pour les mains à base d’alcool (ABHR) et l’intensification des efforts existants ont été fournis dans les États membres, notamment au Burkina Faso, au Tchad, en Éthiopie, en Afrique du Sud et en Ouganda “, a détaillé Mme Moeti.

“Par conséquent, les bonnes pratiques en matière d’hygiène des mains doivent être étendues et soutenues afin d’instaurer une culture de la conformité pour, en fin de compte, améliorer le bien-être de tous les habitants de la région africaine”, a-t-elle ajouté.

La Journée mondiale de l’hygiène des mains a pour but d’encourager et de soutenir une culture du lavage des mains tout en sensibilisant et en faisant comprendre les moyens efficaces et abordables de prévenir la propagation des maladies.

Leave A Reply

Your email address will not be published.