Je vais m’atteler à la tâche si je suis élu – Vice-Président

Détails avec Cyril Okonkwo, Abuja

0 104

Le vice-président du Nigeria, Prof. Yemi Osinbajo, affirme qu’il se mettra au travail dès le premier jour s’il est élu à la présidence en 2023.

Il a affirmé cela jeudi lors de sa rencontre avec des délégués de l’APC et des chefs traditionnels dans les capitales des États de Cross River et de Bayelsa respectivement, alors qu’il poursuivait ses consultations avec les parties prenantes et les délégués du parti au pouvoir, le All Progressives Congress, dans tout le pays.

Il a expliqué qu’ayant servi pendant sept ans en tant que vice-président, parmi d’autres expériences dans le service public, il a acquis suffisamment de connaissances, d’informations et d’expérience pour pouvoir commencer à travailler dès son entrée en fonction en tant que président.

Le vice-président, qui a été reçu par le gouverneur Ben Ayade, était également accompagné de personnalités du All Progressives Congress (APC) dans la zone géopolitique du Sud-Sud et au-delà, notamment le sénateur Victor Ndoma-Egba, l’ancien ministre Edem Duke, l’ancien directeur général de la NDDC, Obong Nsima Ekere, entre autres.

Le professeur Osinbajo a également rendu des visites de courtoisie aux chefs traditionnels des deux États, où il a été chaleureusement accueilli par l’Obong de Calabar, Edidem Ekpo Okon Abasi Otu V, le Conseil traditionnel de l’État de Cross River et le Conseil des chefs traditionnels de l’État de Bayelsa.

Dans ses remarques aux monarques, le vice-président a indiqué que son expérience des sept dernières années l’avait préparé à la tâche qui l’attend en 2023 et au-delà, et qu’il ne perdrait pas de temps à poursuivre la construction de la nation.

Le professeur Osinbajo, qui s’est adressé aux membres du Conseil traditionnel de l’État de Cross River, a expliqué les raisons qui l’ont poussé à se présenter à l’élection présidentielle, soulignant que le Nigeria allait certainement surmonter ses difficultés économiques et sécuritaires.

“La vérité est que chaque pays est confronté à des défis particuliers – dans notre cas, nous sommes confrontés à des défis économiques et de sécurité. Mais nous savons aussi que Dieu lui-même nous dote de toutes les ressources nécessaires pour surmonter chaque défi. Je crois fermement que, avec l’aide de Dieu, nos défis économiques et sécuritaires ne seront pas seulement relevés, mais deviendront des tremplins pour une nation plus grande, plus prospère et plus sûre.”

Le vice-président, prenant la parole au palais de l’Obong de Calabar, a réaffirmé l’expérience inestimable qu’il a acquise au sein du gouvernement, en tant que vice-président et, à un moment donné, en tant que président par intérim.

“Votre majesté royale et chef suprême présent, en ma qualité de vice-président, j’ai eu la grande chance de travailler avec le président Buhari, qui m’a réellement exposé à tout ce qu’il faut savoir sur la gouvernance au plus haut niveau dans notre pays. Notre pays est complexe, diversifié et riche en ressources, et compte tenu de cette diversité et de ces diverses complexités, il faut évidemment une certaine expérience.

“J’ai eu la chance de servir pendant 7 ans, observant de première main les complexités de notre nation. À certaines occasions, j’ai également occupé la fonction de président par intérim de notre pays.

“Je pense qu’avec toute l’expérience que j’ai pu acquérir au cours de cette période, il est clair que l’intention de Dieu était que toute cette expérience devienne utile un jour et je crois que ce moment est arrivé lorsque notre pays appelle un successeur au président Buhari qui, d’ici mai 2023, par la grâce de Dieu, aura servi pendant 8 ans.”

Tout en souhaitant la bienvenue au vice-président dans l’État, l’Obong de Calabar a déclaré que le pays avait besoin de plus de dirigeants crédibles et d’hommes intègres. Il a ajouté qu’il était heureux que le vice-président “se lève pour assumer le rôle de leader dans ce pays”.

Le monarque a promis de soutenir la candidature du vice-président à l’élection présidentielle : “Vous avez l’expérience, vous êtes exposé, … vous avez fait preuve d’une remarquable capacité administrative envers le peuple. Nous vous apprécions, nous apprécions tout ce que vous faites.

“Nous n’avons pas besoin de dire la plupart de ces choses maintenant, mais lorsque le moment sera venu, tout ce que nous prions, c’est que vous preniez le poste, que vous obteniez le mandat. Et au moment où vous irez sur le terrain, la plupart d’entre nous vous montreront notre soutien.”

Le gouverneur de l’État de Cross River, Ben Ayade, a également déclaré : “Je ne doute pas qu’il ait la capacité de porter les espoirs et les rêves du Nigeria.

“Je n’ai aucune inquiétude quant à l’ambition du vice-président. Je voudrais que les habitants de l’État de Cross River l’écoutent attentivement et avec soin. C’est un homme de grande intelligence et de grande valeur et il est venu honorer respectueusement notre Obong.

“Il (le vice-président) est quelqu’un avec qui je partage les mêmes idées, espoirs et aspirations”.

Le vice-président s’est ensuite rendu dans l’État de Bayelsa, où il a été accueilli à son arrivée à l’aéroport par le gouverneur de l’État, Douye Diri, et par de hauts fonctionnaires du gouvernement de l’État.

Après un accueil digne de ce nom à l’aéroport, le vice-président a rencontré le Conseil des chefs traditionnels, en exposant sa mission dans la région.

Le professeur Osinbajo a expliqué : “En tant que vice-président, j’ai servi sous les ordres d’un président qui m’a donné toutes les chances de comprendre et de voir par moi-même, et d’observer de très près, tout ce qui est nécessaire pour diriger cette nation très complexe et très diverse qu’est le Nigeria.

“J’ai également occupé à plusieurs reprises le poste de président par intérim en l’absence du président, ce qui m’a permis d’avoir une vision plus qu’intime de la manière de diriger efficacement ce pays, avec ses différents défis.”

Il a depuis repris ses consultations avec les parties prenantes de l’APC en se rendant aujourd’hui dans les États d’Anambra et d’Enugu.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.