Élection générales 2023 : un candidat provenant du Sud-est s’avère moralement justifié (Ohaneze)

Aja Chukwumerije, Enugu

0 100

Selon l’organisation socioculturelle Igbo suprême, baptisée Ohaneze Ndigbo, la demande d’un candidat du Sud-est à la magistrature suprême du Nigeria s’avère moralement et historiquement justifiable.

Le président général de l’Ohaneze Ndigbo dans le monde, le professeur George Obiozor, a fait cette déclaration à Enugu lors d’une réunion de l’Ohaneze Ameobi.

Selon M. Obiozor, “c’est un projet dans lequel chaque personne doit s’investir. À cette fin, Ohaneze Ndigbo a contacté plusieurs dirigeants nigérians concernant le droit du Sud-est à choisir un président pour la République fédérale du Nigeria.

“Tous les doubles jeux sur le zonage et la rotation du pouvoir sont une conspiration orchestrée pour priver le Sud-est du droit de produire un président.

“Je tiens à vous assurer à tous qu’elle échouera. Notre cause est droite et juste”, a affirmé M. Obiozor.

Obiozor encourage tous les aspirants à la présidence de la région du Sud-est à rester concentrés, tenaces et optimistes.

“En fait, nous nous sommes engagés à respecter la résolution du forum de leadership du Sud et du Middle Belt (SMBLF) selon laquelle aucun Sudiste, en fait un originaire du Sud-est, ne devrait se dénigrer en occupant le poste de vice-président”, a noté M. Obiozor.

Pendant ce temps, le président d’Ohaneze a tancé que le comité d’action politique (PAC) d’Ohaneze Ndigbo rencontrera encore plusieurs Nigérians éminents pour les persuader de la nécessité d’élire un Sud-est à la présidence du Nigeria en 2023.

Inscription des électeurs et l’acquisition des la carte permanente d’électeur

M. Obiozor a souligné la nécessité pour les Igbos d’acquérir rapidement leur carte d’électeur (PVC), peu importe l’endroit où ils vivent au Nigeria.

“J’appelle l’Association des unions municipales du Sud-est, les chefs traditionnels, les dirigeants des Ndigbo de la diaspora, les organismes religieux, les associations de marché et tous les autres groupes à prendre ce message au sérieux. C’est une tâche qui doit être entreprise”, a-t-il déclaré.

Insécurité

Ohaneze a noté que les défis sécuritaires ont envahi presque toutes les régions du Nigeria, et chaque zone géopolitique a ses particularités.

“L’apparition de l’insécurité dans le Sud-est est à la fois bizarre et dramatique. Le Sud-est était considéré comme la zone la plus sereine et la plus paisible au Nigeria jusqu’au 5 avril 2021, date à laquelle des hommes armés ont attaqué le centre correctionnel d’Owerri, dans l’État d’Imo, et libéré 1 844 détenus.

“Depuis l’incident du 5 avril, l’insécurité dans le Sud-est a atteint un crescendo insupportable”, a ajouté M. Obiozor.

L’ordre de ville morte

L’ordre de ville morte du lundi est, selon Ohaneze, une insulte aux Igbo. “Il est étrange pour un groupe de faire face au canon de l’arme vers l’intérieur. De nombreuses personnes ont estimé que la perte hebdomadaire colossale du Sud-est est due à l’ordre de ville morte.

“Suite à cela, l’Ohaneze Ndigbo a lancé un appel au président Muhammadu Buhari pour qu’il trouve une solution politique afin de libérer Mazi Nnamdi Kanu et les autres jeunes Igbo en détention.

“Nous recherchons la résolution, l’unité nationale et le progrès sur une plateforme de justice, d’équité, d’impartialité et de sentiment d’appartenance au Nigeria”, a conclu M. Obiozor.

Leave A Reply

Your email address will not be published.