Nigéria: l’État de Kwara enregistre 200 cas de violence sexiste en trois mois

0 34

L’État de Kwara, dans le Nord-centre du Nigéria, a enregistré 200 cas de violence domestique contre des femmes et des filles entre janvier et mars 2022.

C’est ce qu’a révélé la directrice d’une organisation non gouvernementale, Rising Child Foundation, Mme Taibat Hussein, lors d’une conférence de presse organisée pour lancer le projet de lutte contre la violence sexiste dans l’État de Kwara, mercredi à Ilorin.

Selon elle, le commandement du service de sécurité et de défense civile au Nigeria (NSCDC) et la Commission nationale des droits de l’homme avaient tiré la sonnette d’alarme face à l’incidence croissante de la violence à l’égard des femmes dans l’État.

Mme Hussein a cité le NSCDC, qui a déclaré recevoir des rapports de Violence Basée sur le Genre (VBG) presque quotidiennement dans l’État.

Elle a appelé le gouvernement et les autres parties prenantes à investir dans le renforcement des capacités des prestataires de services en matière de VBG afin de répondre à la demande croissante de soutien des victimes.

“Nous devons créer davantage de centres de soutien où les personnes concernées et les victimes de VBG peuvent signaler leurs cas et demander de l’aide afin d’améliorer l’accès des victimes aux services de sauvetage.

“À l’heure actuelle, le taux de condamnation pour VBG est faible dans le pays, ce qui a contribué à encourager les auteurs à poursuivre ces crimes odieux contre les femmes et les filles.

“Par exemple, la ministre des affaires féminines et du Développement social a récemment révélé que sur les plus de 5 100 affaires de violence liée au sexe actuellement en cours de jugement, seules 16 condamnations ont été prononcées.

“Il est donc nécessaire que notre système judiciaire donne la priorité à la poursuite des auteurs de VBG.

“À cet égard, des tribunaux spéciaux peuvent être créés pour traiter les affaires de violence liée au sexe afin de garantir un traitement rapide de la justice”, a révélé Mme Hussein.

Elle a appelé les agences de sécurité à traiter les cas de VBG de manière professionnelle, sans faire honte aux victimes.

Mme Hussein a également exhorté les parents à cesser d’empêcher leurs enfants victimes de violence de parler sous prétexte qu’ils ont honte.

“Nous devons renforcer l’adoption et la mise en œuvre de cadres juridiques qui protègent les femmes et les jeunes filles contre la violence liée au sexe et rendent justice aux victimes, ainsi que la création d’un registre des auteurs de violences dans toutes les zones de gouvernement local du pays.

“Les institutions religieuses devraient également condamner toute forme de violence sexiste et prêcher contre cette menace.

“De même, les chefs religieux et communautaires devraient travailler à la réforme de certaines de nos normes socioculturelles et traditionnelles qui favorisent la violence liée au sexe.

“Les établissements d’enseignement devraient avoir des politiques claires contre la VBG afin de protéger leurs membres féminins et mettre en place des mesures et des mécanismes adéquats pour que les victimes puissent signaler toute incidence de VBG”, a-t-elle révélé.

Mme Hussein a commenté que dans le cadre des efforts de prévention et d’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles à Kwara, la fondation dévoilera sa fiche d’information sur la VBG.

Celle-ci, a-t-elle dit, servira d’outil de plaidoyer pour toute organisation ou individu intéressé par les cas de VBG.

Leave A Reply

Your email address will not be published.