Le gouvernement nigérian entend traquer les appareils de communication mobile

Détails avec Na'ankwat Dariem , Abuja

0 125

Le gouvernement nigérian a annoncé une demande de qualification (RFQ) de la part d’opérateurs potentiels pour opérer dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP), alors qu’il est en train de mettre au point des plans pour suivre les appareils de communication mobile dans le pays.

La Commission nigériane des communications (NCC), dans un nouvel avis publié mercredi 4, a déclaré que “les soumissionnaires doivent postuler pour le déploiement d’un système de gestion des appareils (DMS) à guichet unique”.

“Le DMS proposé fournira un point de contrôle unique pour la gestion complète des appareils de communication mobile au Nigeria.

“Plus précisément, le DMS proposé soutiendra les capacités de suivi des appareils de communication mobile afin d’éliminer les appareils contrefaits et non conformes aux normes, de fournir des informations statistiques détaillées à l’usage des parties prenantes et de soutenir la lutte contre la cybercriminalité et l’insécurité.”

La Commission demande aux entreprises et/ou aux consortiums d’entreprises intéressés de participer au processus de qualification pour la sélection d’un opérateur du secteur privé par le biais d’un appel d’offres concurrentiel pour le “déploiement d’un système de gestion des appareils (DMS)”.

L’année dernière, la NCC a annoncé l’approbation par le gouvernement de la politique nationale révisée d’enregistrement des cartes SIM, publiée le 11 mai, ce qui a déclenché des controverses, les critiques craignant que le gouvernement n’envisage de “truquer” les appareils mobiles des abonnés.

Une partie de la politique nouvellement approuvée stipule que : “La mise en œuvre d’un registre centralisé d’identité et d’équipement (CEIR), également connu sous le nom de système de gestion des appareils (DMS), servira de référentiel pour conserver les enregistrements de l’identité internationale d’équipement mobile (IMEI) de tous les téléphones mobiles enregistrés et des propriétaires de ces appareils”.

Le Nigéria, avec plus de 184 millions d’abonnés à la téléphonie mobile, est le plus grand marché des télécommunications d’Afrique, mais cela pose des problèmes aux gouvernements, aux régulateurs et aux opérateurs dans un contexte d’augmentation des cas d’enlèvements avec demande de rançon, de vols de téléphones et de terrorisme, entre autres.

Le gouvernement estime que le déploiement du DMS contribuera à réduire les enlèvements, à renforcer la sécurité nationale, à maîtriser le marché des téléphones mobiles contrefaits, à décourager le vol de téléphones mobiles et, enfin, à protéger les intérêts des consommateurs.

Le DMS facilitera le blocage ou le traçage des téléphones mobiles et autres appareils intelligents volés.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.