Covid -19 : le véritable bilan mondial de la pandémie s’élève à près de 15 millions de morts, selon l’OMS

0 46

La pandémie Covid a causé la mort de près de 15 millions de personnes dans le monde, estime l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS.

C’est 13% de décès en plus que ce qui est normalement prévu sur deux ans.

En Inde, 4,7 millions de décès dus à la pandémie de Covid ont été recensés, soit 10 fois les chiffres officiels, et près d’un tiers des décès dus à la pandémie dans le monde.

Le gouvernement indien a remis en question cette estimation, se disant “préoccupé” par la méthodologie, mais d’autres études sont parvenues à des conclusions similaires quant à l’ampleur des décès dans le pays.

Graphique montrant la répartition de la surmortalité mondiale, avec 57 % d’hommes et 43 % de femmes, et montrant que les pays à revenu intermédiaire ont la plus forte proportion de surmortalité (81 %).

La mesure utilisée par l’OMS est celle de la surmortalité, c’est-à-dire le nombre de personnes décédées par rapport à la mortalité normalement attendue dans la même région avant l’apparition de la pandémie.

Ces calculs tiennent également compte des décès qui n’étaient pas directement dus à la Covid mais plutôt à ses effets secondaires, comme l’impossibilité pour les gens d’accéder aux hôpitaux pour recevoir les soins dont ils avaient besoin. Ils tiennent également compte de la mauvaise tenue des registres dans certaines régions et de la rareté des tests au début de la crise.

Mais l’OMS a déclaré que “la majorité des 9,5 millions de décès supplémentaires observés par rapport aux 5,4 millions de décès signalés dans le cadre de Covid étaient des décès directs causés par le virus, plutôt que des décès indirects.”

Surmortalité
Un graphique montre de combien la surmortalité est supérieure aux décès officiels dus au virus Covid. L’Égypte est en tête avec 11,6 fois plus de décès, l’Inde en deuxième avec 9,9 fois plus et le Pakistan en troisième avec huit fois plus de décès.

S’exprimant sur l’ampleur de ces chiffres, le Dr Samira Asma, du département des données de l’OMS, a déclaré : “C’est une tragédie”.

“C’est un nombre stupéfiant et il est important pour nous de rendre hommage aux vies perdues, et nous devons demander des comptes aux décideurs politiques”, a-t-elle ajouté.

“Si nous ne comptons pas les morts, nous manquerons l’occasion d’être mieux préparés pour la prochaine fois.”

Outre l’Inde, les pays où la surmortalité totale est la plus élevée sont la Russie, l’Indonésie, les États-Unis, le Brésil, le Mexique et le Pérou, selon les chiffres de l’OMS. En Russie, les chiffres sont trois fois et demie supérieurs au nombre de décès enregistrés dans le pays.

Le rapport examine également les taux de surmortalité par rapport à la taille de la population de chaque pays. Le taux de surmortalité du Royaume-Uni – comme celui de l’Amérique, de l’Espagne et de l’Allemagne – était supérieur à la moyenne mondiale en 2020 et 2021.

Graphique montrant le taux de surmortalité par pays sur la base des estimations de l’OMS, avec le Pérou en tête avec 437, la Russie avec 367 et l’Afrique du Sud avec 200. La moyenne mondiale est de 96 et la Chine, le Japon et l’Australie affichent un taux de surmortalité négatif.

Parmi les pays affichant un faible taux de surmortalité figurent la Chine, qui poursuit une politique de “zéro Covid” impliquant des tests de masse et des quarantaines, l’Australie, qui a imposé des restrictions strictes aux voyages pour empêcher le virus d’entrer sur son territoire, le Japon et la Norvège.

Les universitaires qui ont participé à la rédaction du rapport admettent que leurs estimations sont plus spéculatives pour les pays d’Afrique subsaharienne, car il existe peu de données sur les décès dans la région. Il n’existe pas de statistiques fiables pour 41 des 54 pays d’Afrique.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.