L’ONU réitère son engagement en faveur du bien-être des victimes de Boko Haram

Faits rapportés par Mnena Iyorkegh, Abuja/Abubakar Mohammed depuis Maiduguri

0 72

Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Antonio Guterres, a réitéré l’engagement de l’ONU à faire en sorte que le bien-être des victimes de Boko Haram et des personnes déplacées dans le Nord-est du Nigeria reste une priorité absolue.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a fait cette déclaration lors de son atterrissage à Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, dans le Nord-est du Nigeria.

M. Guterres a félicité le gouverneur de l’État de Borno pour le travail bien fait.

“Je veux féliciter le gouverneur pour ce que j’ai vu aujourd’hui et lui dire que je veux lancer un appel fort à la communauté internationale pour qu’elle considère Borno comme un état d’espoir, qu’elle soutienne l’action humanitaire dans Borno et qu’elle reconnaisse les énormes défis auxquels Borno est confronté avec le changement climatique, avec Boko Haram toujours actif même s’il est affaibli, et qu’elle investisse dans le Borno de l’espoir, qu’elle soutienne les projets du gouvernement du Borno et de la société civile dans le Borno afin de créer les conditions d’un véritable développement ; de créer les conditions dans lesquelles les écoles fonctionnent, les hôpitaux fonctionnent, les emplois existent. Dans lesquelles les gens peuvent vivre en paix et dans la solidarité”.

Il a également noté que s’attaquer aux causes profondes du terrorisme – et la politique du gouvernement, qui vise à rétablir pleinement la confiance entre le peuple et le gouvernement est un élément essentiel que j’ai vu aujourd’hui mis en œuvre dans la réalité.

“Il est absolument essentiel de comprendre que, dans une situation comme celle-ci, il ne suffit pas de fournir une assistance humanitaire. Je suis reconnaissant à tous ceux de la communauté internationale qui ont soutenu le peuple de Borno avec une assistance humanitaire”.

“Mais les personnes que j’ai rencontrées aujourd’hui veulent plus que cela. Les personnes que j’ai rencontrées aujourd’hui veulent en réalité rentrer chez elles en sécurité et dans la dignité. Et quand on regarde l’État, on comprend que la façon de lutter efficacement contre le terrorisme, c’est de fournir non seulement de l’espoir, mais aussi un avenir réel. C’est investir dans les moyens de subsistance, c’est investir dans la réintégration de ceux qui ont été recrutés dans le passé par ces groupes terroristes, par Boko Haram”.

Selon le chef de l’ONU, “l’État de Borno dont j’ai entendu parler en de nombreuses circonstances au cours de ma vie de Haut Commissaire aux réfugiés, puis de Secrétaire général, était un État de terrorisme, de violence, de déplacement, de désespoir. Ce n’est pas le Borno que j’ai trouvé aujourd’hui,

Le Borno que j’ai trouvé aujourd’hui est un Borno d’espoir. C’est un Borno avec un avenir et j’ai été très impressionné de voir la politique qui est appliquée ici, reconnaissant que nous ne combattons pas le terrorisme uniquement par des moyens militaires”.

Le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, qui a informé António Guterres de la crise humanitaire dans cette région, a expliqué que les personnes déplacées étaient restées plusieurs années dans des camps et qu’elles étaient impatientes de retourner dans leurs maisons qui doivent encore être reconstruites. Voir les photos ci-dessous.

Il a profité de l’occasion pour demander aux Nations Unies un soutien accru pour la réhabilitation, la reconstruction et la réinstallation des personnes déplacées.

En réponse, Antonio Guterres a ajouté que “le gouverneur m’a dit qu’il aurait besoin de créer de nouvelles installations permettant une réintégration efficace de ces ex-terroristes ou ex-combattants. J’ai promis que nous soutiendrions pleinement ce projet et, lorsque ce projet sera formulé, je suis prêt à le défendre et à dire aux différents pays du monde qu’ils doivent investir, car la meilleure chose que nous puissions faire pour la paix est de réintégrer ceux qui, dans un moment de désespoir, sont devenus des terroristes mais qui veulent maintenant devenir de bons citoyens et contribuer au bien-être de leurs frères et sœurs”.

Le chef de l’ONU, qui effectue une visite officielle de deux jours au Nigeria, devrait présider une cérémonie de dépôt de gerbes pour les victimes de l’attentat de 2011 au siège de l’ONU, à Abuja, au Nigeria.

M. Guterres avait auparavant visité le Sénégal et la République du Niger, tous situés dans la région de l’Afrique de l’Ouest.

Le Nigeria est le troisième pays de la région à faire l’objet d’une visite officielle depuis qu’il a pris la tête des Nations Unies.

Leave A Reply

Your email address will not be published.