Le Nigeria sera bientôt le premier producteur de cacao d’Afrique de l’Ouest (Producteurs de cacao)

0 88

Les producteurs de cacao du Nigeria, sous l’égide de la Cocoa Farmers Association of Nigeria (CFAN), ont promis d’augmenter la production de cacao du pays en collaboration avec d’autres acteurs de la chaîne de valeur, pour la faire passer de 340 000 tonnes métriques actuellement à 500 000 tonnes métriques d’ici 2024.

Le nouveau projet, selon le président de la CFAN, Adegoke Adeola, vise à faire du Nigeria le premier producteur de cacao d’Afrique de l’Ouest d’ici 2027.
Il a fait cette déclaration lors du lancement de la distribution gratuite du manuel Cocoa GAP aux petits producteurs de cacao à Akure, la capitale de l’État d’Ondo.

Cette ambition, selon lui, repose sur l’amélioration des variétés de cacao, l’irrigation des exploitations cacaoyères nationales, l’amélioration des moyens de subsistance des petits producteurs de cacao par la perception d’un différentiel de revenu de 400 dollars (LID) et l’amélioration globale du secteur du cacao depuis la recherche, les intrants, la production, la valeur ajoutée, la transformation jusqu’à l’exportation.

Il a noté que le CFAN dans l’État d’Ondo a été le fil conducteur du CFAN au niveau national grâce à de nombreuses années de forte présence de son leadership établi via sa mobilisation de masse constante des producteurs de cacao et d’autres activités menées au niveau des différentes exploitations de l’État avec le soutien de Harvestfield Industries Limited et d’autres partenaires du CFAN.

Il a reconnu les progrès considérables réalisés dans le secteur du cacao par les différents gouvernements de l’État d’Ondo, en particulier les progrès récemment enregistrés par le gouverneur de l’État, M. Rotimi Akeredolu, qui ont permis à l’État d’Ondo de rester le premier État producteur de cacao du Nigeria.

Selon M. Adegoke, l’État d’Ondo produit actuellement 85 000 tonnes métriques, ce qui représente la plus forte production de l’État et 40 % du total du cacao produit au Nigeria.

Il a ajouté que la production mondiale de cacao s’élève à 5 millions de tonnes métriques, dont le Ghana et la Côte d’Ivoire produisent respectivement 1,2 million de tonnes métriques et 2,2 millions de tonnes métriques avec une production moyenne de 800 kg par hectare, tandis que le Nigeria produit actuellement environ 340 000 tonnes métriques avec une production moyenne de 350 kg/400 kg par hectare.

Il a rappelé que le Nigéria était autrefois considéré comme le deuxième plus grand producteur de cacao en Afrique de l’Ouest dans les années 1950 avec une production de 590 000 tonnes.

Le président du CFAN a ainsi souligné que l’idée de produire le manuel sur les BPA du cacao et de le mettre gratuitement à la disposition des producteurs de cacao au Nigeria, en collaboration avec l’Institut de recherche sur le cacao du Nigeria, l’EBAFOSA, Harvestfeld Industries Limited, le ministère fédéral du développement agricole et rural, le ministère fédéral de l’industrie, représente la contribution de l’Association à la pérennité de la chaîne d’approvisionnement en cacao au Nigeria, laquelle est le produit de base qui rapporte le plus de devises étrangères, à l’exception du pétrole brut, d’après les récents chiffres publiés par la Banque centrale du Nigeria.

“On ne saurait trop insister sur la nécessité d’éclairer et de former nos cacaoculteurs sur l’utilisation responsable des pesticides, les BPA, l’éradication du travail des enfants, la certification, la traçabilité, la déforestation, l’écosystème, le changement climatique, les LMR et les pratiques de cacao intelligentes sur le plan climatique, compte tenu de l’introduction par l’UE de la “diligence raisonnable” dans la chaîne d’approvisionnement mondiale du cacao et de la menace d’interdire toutes les fèves de cacao qui ne sont pas d’origine durable (de la ferme à la table).

“La mauvaise qualité du cacao que connaissent nos acheteurs et exportateurs de cacao, qui a dégradé et dévalué les fèves de cacao du Nigeria autrefois préférées sur les marchés internationaux, n’est plus acceptable pour nous.”

“Nos petits producteurs de cacao doivent être guidés et soutenus sur les pratiques internationales responsables et acceptables en matière de cacao, sans aucune excuse”, a-t-il ajouté.

Leave A Reply

Your email address will not be published.