Une mauvaise gestion de la réanimation et de la jaunisse chez les bébés peut entraîner l’infirmité motrice cérébrale selon les experts

0 82

Une mauvaise réanimation des bébés à la naissance et une jaunisse néonatale mal gérée peuvent entraîner des lésions cérébrales et une paralysie cérébrale, affirme le professeur Edamisan Temiye, consultant en hématologie et oncologie pédiatriques à l’Hôpital universitaire de Lagos, Idi-Araba,

Selon le consultant, l’asphyxie à la naissance – le fait qu’un bébé ne pleure pas immédiatement après la naissance – et la jaunisse au cours de la première semaine de vie, sont les deux causes les plus courantes de paralysie cérébrale au Nigeria.

Le pédiatre a noté que l’asphyxie à la naissance est généralement mal prise en charge dans les établissements de santé de mauvaise qualité, en particulier lorsque les femmes accouchent dans des hôpitaux dépourvus d’experts et d’équipements de santé maternelle et infantile.

Il prévient les mères contre l’administration d’antibiotiques et de concoctions locales à leurs bébés lorsqu’ils ont la jaunisse, soulignant qu’une jaunisse mal gérée entraîne une atteinte au cerveau de l’enfant.

Selon ses propres mots : “Certaines des causes de la paralysie cérébrale peuvent être génétiques, mais la plupart d’entre elles sont causées par ce qui se passe dans notre environnement.

“L’infirmité motrice cérébrale est une atteinte au cerveau. Elle peut être causée par l’infection pendant ou après la naissance.

“La cause la plus fréquente d’infirmité motrice cérébrale dans notre environnement est la jaunisse des bébés, qui est totalement évitable. La jaunisse au cours de la première semaine de vie peut entraîner des lésions cérébrales.

“Une autre cause fréquente de paralysie cérébrale est l’asphyxie à la naissance – les bébés qui n’ont pas pleuré à la naissance. Ces deux facteurs sont les principales causes de paralysie cérébrale dans notre environnement.

“La jaunisse est très répandue dans notre environnement au cours de la première semaine de vie et elle est souvent mal gérée.

“Les mères vont acheter des antibiotiques et préparent de remède traditionnel qu’elles donnent à leurs bébés atteints de jaunisse au lieu de les conduire à l’hôpital pour un traitement approprié.”

Le spécialiste des soins aux enfants a noté que la jaunisse néonatale ne peut pas être traitée avec des antibiotiques ou des concoctions locales.

Donnant un aperçu des dangers d’une mauvaise prise en charge de l’asphyxie à la naissance, le professeur Temiye a précisé : “L’asphyxie à la naissance se produit lorsque l’apport d’oxygène au bébé est coupé soit avant la naissance, soit immédiatement après la naissance et si le bébé n’a pas été correctement réanimé, cela peut entraîner des lésions cérébrales.

“Une infection cérébrale peu après la naissance peut également provoquer une infirmité motrice cérébrale.

“Parfois, vous verrez certains bébés se développer très normalement de six à neuf mois, puis soudain, ils ne sourient plus, ne rampent plus et ne marchent plus.

“Cela signifie souvent que le développement a été arrêté. C’est parce qu’il y a un problème au niveau du cerveau.

“Si elle n’est pas diagnostiquée et traitée correctement, elle peut conduire à une infirmité motrice cérébrale. Toute agression sur un cerveau en développement qui entraîne des dommages et fait que le cerveau ne se développe pas normalement est une infirmité motrice cérébrale.”

L’asphyxie à la naissance est définie par l’Organisation mondiale de la santé comme “l’incapacité à déclencher et à maintenir la respiration à la naissance”.

Selon l’OMS, elle contribue largement à la mortalité néonatale dans le monde, causant 24 % de tous les décès néonatals et 11 % des décès d’enfants de moins de cinq ans.

“Presque tous les décès liés à l’asphyxie (98 %) surviennent au cours de la première semaine de vie.

“Environ 75 % de ces décès surviennent le premier jour, et moins de 2 % après 72 heures de la naissance”, précise l’OMS.

Le professeur Temiye a en outre souligné que les mères devraient s’inquiéter du développement de leurs bébés lorsqu’ils ne montrent pas d’affection, comme un sourire, pendant l’allaitement à l’âge de deux mois.

“C’est à l’âge d’un mois et demi que nous commençons à remarquer qu’il y a un problème avec un bébé. Le bébé est censé sourire et avoir un sourire social.

“À six semaines de vie, un bébé est censé sourire lorsque sa mère l’allaite. Si le bébé n’a pas de sourire social ni d’affection extérieure à cet âge, cela signifie qu’il y a un problème au niveau du cerveau.

“Si, à neuf mois, le bébé ne rampe pas, il y a un gros problème et les parents doivent consulter un médecin”, a-t-il martelé.

Il a exhorté les mères à s’abstenir d’actes et de pratiques qui vont à l’encontre de la croissance et du développement normaux de l’enfant.

Leave A Reply

Your email address will not be published.