l’ONU confirme un accord pour l’évacuation des civils de l’usine Azovstal à Marioupol

0 109

L’ONU a confirmé dimanche qu’un accord avec la Russie et la Croix-Rouge avait été conclu pour évacuer des civils de l’usine Azovstal de Marioupol. Plusieurs dizaines de civils, au moins, ont enfin pu en sortir samedi. L’opération se poursuivait dimanche.

“Il y a une volonté politique de cesser les achats de pétrole à la Russie et nous aurons la semaine prochaine des mesures et une décision sur un retrait progressif”, a affirmé un responsable européen impliqué dans les discussions.

La Commission européenne doit mettre sur la table une proposition d’embargo “avec une période de transition jusqu’à la fin de l’année”, a également indiqué un diplomate européen.

La décision n’est “pas facile à mettre en œuvre” en raison de deux difficultés, a cependant précisé le responsable européen.

Deux pays européens enclavés, la Hongrie et la Slovaquie, dépendent des oléoducs russes. Il n’ont pas de ports et ne sont reliés à aucun oléoduc européen. Il faut construire des infrastructures ou trouver des alternatives.

En outre, les décisions européennes ne doivent pas entrainer une flambée mondiale des prix du pétrole qui serait contreproductive.

“Nous devons être prudents avec une interdiction européenne complète des importations de pétrole”, avait mis en garde en avril la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen.

“À la frontière de trois municipalités – les régions de Borissov et Belgorod et le district urbain de Iakovlevski – un incendie s’est déclaré sur le territoire de l’un des objets du ministère de la Défense”, a déclaré sur Telegram le gouverneur de la région russe de Belgorod, Viatcheslav Gladkov.

Un peu plus tard, il a annoncé qu’une personne avait été blessée légèrement, assurant que les services de secours étaient à l’œuvre sur place.

L’opération d’évacuation de civils du complexe sidérurgique Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, “se poursuit” en coordination avec le CICR, a annoncé un porte-parole de l’ONU à Genève.

“L’ONU confirme qu’une opération d’évacuation est en cours au complexe sidérurgique d’Azovstal, en coordination avec le CICR et les parties au conflit”, a indiqué dimanche Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU, dans un courriel. Il a souligné ne pouvoir donner d’autre détail pour des raisons de sécurité.

Jens Laerke a précisé que “le convoi pour évacuer les civils a démarré le 29 avril, a franchi quelque 230 kilomètres et atteint le complexe à Marioupol samedi matin, heure locale”.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a écrit sur Twitter : “L’évacuation de civils depuis Azovstal a commencé. Un premier groupe d’environ 100 personnes se dirige vers le territoire contrôlé (par l’Ukraine). Demain, on va les accueillir à Zaporijjia”. “Merci à notre équipe! Ils travaillent avec des représentants de l’ONU pour évacuer les civils qui restent sur le territoire de l’usine”, a-t-il poursuivi.

Selon le correspondant de Ria Novosti, tous les évacués ont été installés dans un camp de tentes dans le village de Bezimenné, à mi-chemin entre Marioupol et la frontière russe. Selon cette même source, du personnel de la Croix-Rouge et de l’ONU ont assisté à l’évacuation.

Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a rencontré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev. Membre de l’Otan et alliée de l’Ukraine, la Turquie s’efforce depuis le début de la guerre de faciliter une médiation entre Moscou et Kiev.

La teneur des discussions n’a pas été révélée. La Turquie a accueilli par deux fois des négociations directes entre les deux parties, le 10 mars au niveau ministériel à Antalya (sud) et le 29 mars à Istanbul.

Avec AFP

Leave A Reply

Your email address will not be published.