Soutage pétrolier au Nigeria: vers le lancement d’une campagne de sensibilisation aux risques de catastrophes

Rahila Lassa, Abuja

0 144

Le gouvernement nigérian a annoncé qu’il allait lancer une campagne d’information sur les risques de catastrophes afin d’informer le public sur les conséquences du soutage illégal de pétrole.

La ministre des Affaires humanitaires, de la Gestion des catastrophes et du Développement social, Sadiya Umar Farouq, a fait cette déclaration lors de sa visite dans l’État d’Imo, où elle a exprimé ses condoléances au gouvernement suite à l’explosion survenue dans la forêt d’Abaezi, le samedi 23 avril 2022. Photo ci-dessous :

La ministre, qui était représentée par le directeur des secours et de la réhabilitation de l’Agence nationale des urgences humanitaires (NEMA), M. Alhassan Nuhu, a noté que le gouvernement allait mettre en œuvre des stratégies de risque pour sensibiliser la population locale aux conséquences du raffinage illégal du pétrole brut.

Umar Farouq a également exhorté les chefs traditionnels, les chefs religieux et les dirigeants communautaires à lutter contre le soutage illicite du pétrole dans les communautés.

“Notre visite en ce jour a pour but de présenter nos condoléances au bon peuple de l’État d’Imo et d’évaluer l’ampleur de la catastrophe afin de déterminer le volume de l’aide à apporter aux victimes pour les aider à mieux se reconstruire.

“Nous fournirons les informations et les évaluations nécessaires sur les risques de catastrophe et nous mettrons en œuvre des stratégies de risque pour sensibiliser les communautés locales aux conséquences du raffinage illégal du pétrole brut.

“J’implore les dirigeants communautaires, les chefs traditionnels et religieux, les groupes de femmes et de jeunes de se joindre à la NEMA pour servir de chiens de garde et plaider en permanence pour une utilisation sûre des installations de raffinage dans leurs communautés, afin de protéger les vies, les biens et l’environnement. Il est évident que la gestion des risques de catastrophe est d’abord un effort local et collectif avant de devenir national.

“Nous appelons également les agences de sécurité à collaborer avec les organismes de réglementation du secteur pétrolier et gazier pour étouffer dans l’œuf cette vilaine tendance. Sur la base de vos compétences respectives, nous appelons à une collaboration avec la NEMA pour réprimer les raffineries illégales et les activités de soutage du pétrole, et pour effectuer des contrôles de conformité quotidiens des entreprises opérant dans le secteur pétrolier. Il s’agit de s’assurer qu’elles respectent les normes de santé, de sécurité et d’environnement du secteur”.

Auparavant, le commissaire d’État aux affaires humanitaires, à la gestion des catastrophes et au développement social, Rabbi Ibrahim, a félicité le gouvernement fédéral pour avoir envoyé une délégation sur le site de l’explosion qui a fait de nombreuses victimes.

“La plupart des personnes qui ont perdu la vie dans l’explosion étaient des agriculteurs et des chasseurs qui vaquaient à leurs occupations habituelles. Il serait faux de supposer que tous ceux qui sont morts étaient des mineurs de pétrole illégaux. Cependant, la NEMA a fait son évaluation de l’incident et la visite de la délégation du gouvernement fédéral donne aux habitants de l’État d’Imo un sentiment d’appartenance”.

Parmi les autres membres de la délégation du gouvernement fédéral figurent le directeur de la recherche et du sauvetage, le commodore de l’air Edward Kolawole Adedokun, le directeur adjoint des affaires humanitaires du ministère, le Dr Abubakar Suleiman, ainsi que des fonctionnaires de la NEMA et du ministère.

Leave A Reply

Your email address will not be published.