“Nos liens avec la Russie et l’Ukraine restent intacts”- Ministre

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 76

Le ministre adjoint aux affaires étrangères du Nigeria, Zubairu Dada, a déclaré que les relations du pays avec la Russie et l’Ukraine restent intactes.

M. Dada a fait cette déclaration jeudi à Abuja, en répondant aux questions des journalistes lors du briefing ministériel hebdomadaire organisé par l’équipe de communication présidentielle.

Il a précisé que la guerre en cours entre les deux pays n’a en aucun cas affecté les liens diplomatiques avec l’un ou l’autre des deux pays.

Le représentant permanent du Nigeria auprès des Nations unies, le professeur Tijjani Bande, a corroboré les propos du ministre en affirmant qu’il n’y avait aucun problème entre le Nigeria, la Russie et l’Ukraine.

Il a déclaré : “Le Nigeria n’a pas rompu ses relations avec la Russie et il existe plusieurs liens entre le Nigeria et la Russie sur de nombreuses questions. L’éducation en est un. Ce n’est pas comme si le Nigeria était en guerre avec la Russie.

“La Russie reste un membre du Conseil de sécurité des Nations unies et un membre des Nations unies ; c’est un acteur important de la politique mondiale. Qui sait, la semaine prochaine, il n’y aura peut-être plus de problème entre la Russie et l’Ukraine et comment reprendre vos relations avec la Russie ?

“C’est un exercice d’équilibre. Ce n’est pas comme si nous avions atteint un point où la Russie est si mauvaise que le Nigeria pense que nous sommes si bons que nous ne pouvons même pas lui parler ou que nous ne pouvons pas manger de la nourriture parce qu’elle est produite en Russie ou que nous ne pouvons pas prendre de gaz parce qu’il est produit en Russie. Je pense donc que l’équilibre est la clé de la diplomatie et le Nigeria a été très clair sur le fait que l’action d’attaque contre l’Ukraine était inacceptable.”

Justice

A propos du cas d’une femme nigériane, Itunu Babalola, qui a été emprisonnée à tort en Côte d’Ivoire et qui est décédée en prison, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que le gouvernement nigérian ne se reposera pas sur ses lauriers tant que justice ne sera pas rendue dans cette affaire.

M. Dada a déclaré : “Dans le cas de la dame qui a été emprisonnée à tort, je veux que nous comprenions que nous parlons d’une nation souveraine et que l’affaire a été portée devant un tribunal ordinaire et que le juge, dans sa sagesse, a décidé qu’elle avait tort et était coupable et qu’elle a donc été emprisonnée.

“Le seul recours dont nous disposons en tant que nation responsable est d’aller au tribunal et de faire appel et c’est précisément ce qui s’est passé. Nous avons fait appel de ce jugement et c’est au cours de ce processus que cette dame, comme ils l’ont dit, est malheureusement tombée malade et est morte en détention.”

“Nous avons insisté pour qu’une autopsie soit pratiquée sur le cadavre et nous soulevons également des questions auprès des autorités compétentes, lorsque nous ne sommes pas pleinement satisfaits, afin de nous assurer que justice soit rendue. Donc, même dans la mort, nous ne laissons pas l’affaire aller. Nous ne pouvons pas prendre la loi entre nos mains dans ce pays. Qu’ils l’aient emprisonnée à tort ou à raison, c’est leur loi qui a été utilisée, et nous devons la respecter. Encore une fois, la diplomatie est la seule voie à suivre et nous ne négligeons aucune piste. Nous avons le soutien tacite de la commission de la Chambre des représentants sur la diaspora”, a-t-il ajouté.

Au sujet des mauvais traitements infligés aux commerçants nigérians au Ghana ainsi que des attaques xénophobes occasionnelles contre des Nigérians en Afrique du Sud, le ministre a expliqué que des décisions étaient prises au plus haut niveau et que ces deux problèmes seraient bientôt oubliés.

“Pour commencer par le Ghana, je sais que le ministère du commerce et de l’investissement, en collaboration avec le ministère des affaires étrangères, est allé très loin dans ce domaine. Nous avons visité le Ghana pas moins de trois fois ; ils sont venus ici le même nombre de fois et beaucoup de progrès ont été réalisés.

“Dans le cas de l’Afrique du Sud, il n’y a aucun doute sur le fait que l’Afrique du Sud respecte énormément le Nigeria. L’action de quelques très rares Sud-Africains n’est pas et ne doit pas être considérée comme le reflet de la position du gouvernement sud-africain et de son peuple.”

“Je suppose que ce qui se passe, c’est que certains Sud-Africains frustrés pensent que les Nigérians les dépassent littéralement dans leur propre pays ; les entreprises nigérianes y progressent très rapidement. Pour faire face à ce problème, au cours de la visite de notre président en Afrique du Sud, les deux pays ont mis en place des dispositifs d’alerte précoce grâce auxquels les deux pays continueront à surveiller certaines de ces crises afin de ne pas les laisser éclater avant de les gérer. Toutes les agences de sécurité en Afrique du Sud sont en alerte rouge pour s’assurer que ce qui s’est passé dans le passé ne se répète pas et nous faisons de même ici”, a expliqué M. Dada.

Leave A Reply

Your email address will not be published.