Un archevêque exige au gouvernement nigérian d’encourager l’inclusion des femmes

Précisions de Ukamaka Okafor, Abuja

0 105

L’archevêque catholique d’Abuja, la capitale du pays, Sa Grâce, Ignatius Kaigama, a fait valoir qu’il est impossible pour le gouvernement nigérian de s’attaquer à l’insécurité sans impliquer les femmes dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques.

L’archevêque Kaigama a déclaré cela dans son message alors que l’Organisation des femmes catholiques marque la fête des mères 2022 à la zone pastorale de la Miséricorde divine, Karu, Abuja.

L’ecclésiastique, qui a décrit les mères comme les piliers du foyer, a également noté qu’elles pouvaient influencer positivement leurs maris et leurs enfants pour construire une culture de paix, de dialogue honnête et d’harmonie.

Selon lui, “aujourd’hui, alors que nous célébrons la fête des mères, nous demandons à Dieu de bénir toutes les mères et d’en faire des canaux de la grâce de Dieu pour transformer notre société, blessée et corrompue à bien des égards. Le degré de violence dont ont été victimes les Nigérians, récemment, dans de nombreuses régions du pays, montre clairement le manque de compassion et de pardon des auteurs de ces actes. Les Nigérians crient, grognent et se plaignent de la détérioration de la situation de la pauvreté et de l’insécurité, ils sont très désireux que les étudiants retournent à l’école, que les gens se sentent en sécurité dans leurs maisons, sur les marchés, dans les écoles, dans les rassemblements publics, dans les aéroports, les trains et les autoroutes. Les prédicateurs, à chaque occasion, condamnent les performances médiocres et la mauvaise gestion des ressources par les responsables gouvernementaux.”

D’après lui: “les prédicateurs ne doivent cependant pas oublier d’exhorter les Nigérians à un examen de conscience. Le pharisien de Luc 18:9-14 ne voyait que les péchés du collecteur d’impôts, pas les siens ! Si nous convenons que les difficultés que nous rencontrons sont le résultat de l’incompétence, de l’insensibilité et de la mauvaise gestion des dirigeants politiques, nous ne devons pas manquer de faire notre autocritique, d’allumer la torche sur nos cœurs pour voir les péchés qui, selon la Bible, viennent de l’intérieur de nos cœurs et nous souillent et polluent nous et notre nation.”

Il a en outre ajouté qu’“aujourd’hui, le sens du péché s’efface progressivement. Le péché est rationalisé. La conscience semble être morte”.

Cette journée a été célébrée en même temps que le dimanche de la Divine Miséricorde dans le monde entier.

On se souvient que le saint pape Jean-Paul II avait déclaré que le dimanche après Pâques serait appelé “dimanche de la miséricorde divine”. Sainte Faustine, une religieuse polonaise, a eu une vision de Jésus portant un vêtement blanc avec des rayons rouges et blancs sortant de son cœur, qui est devenue l’image de la Miséricorde divine.

Concernant le degré de violence dont ont été victimes les Nigérians récemment dans de nombreuses régions du pays, l’archevêque Kaigama l’a comparé à “un manque de compassion et de pardon de la part des auteurs de ces violences”. En ce jour, nous nous concentrons donc sur le don de la miséricorde et de l’amour offert par la mort et la résurrection du Christ. Dans Esaïe 54:10, Dieu dit : “Les montagnes peuvent s’éloigner et les collines disparaître, mais mon amour inébranlable ne s’éloignera pas de toi, et mon alliance de paix ne se retirera pas, dit le Seigneur qui a pitié de toi.”

Notre première lecture rapporte les activités des croyants pendant les premiers moments du christianisme. Grâce aux paroles et aux œuvres de Pierre, beaucoup ont été ajoutés au groupe des croyants (cf. Ac 5,14) et, comme le dit la deuxième lecture, même pendant les épreuves et les tribulations, Celui qui était mort mais qui vit maintenant est toujours avec les croyants, les entourant de miséricorde à tout moment. Dans la vision de Jean pendant son bannissement sur l’île de Patmos, le Seigneur lui a parlé comme il nous parle : “Ne crains pas, c’est moi, le Premier et le Dernier, je suis le Vivant” (Ap 1,18-19). Alors que Jésus rend visite à ses disciples timides rassemblés avec des esprits troublés, Il leur dit : “La paix soit avec vous” et il souffla sur eux en disant : “Recevez l’Esprit Saint” et leur a donné le pouvoir de pardonner les péchés (cf. Jn 20, 23).

Il invite donc les Nigérians à se pardonner mutuellement comme Dieu pardonne les péchés de l’humanité”, tout comme il a pardonné à la femme prise en flagrant délit d’adultère et au voleur crucifié avec lui, et lorsque nous allons nous confesser, nous devrions également être disposés à pardonner aux autres leurs manquements ; à faire preuve de miséricorde envers les autres (cf. Luc 6:36), comme le Christ nous assure que ceux qui sont miséricordieux sont bienheureux car ils obtiendront miséricorde (cf. Mt. 5:7). Nous devons éviter l’attitude du serviteur impardonnable dont la dette énorme a été pardonnée par le roi, mais qui n’a pas voulu pardonner une dette plus petite que lui devait un autre serviteur (cf. Mt. 18:21-35).”

Leave A Reply

Your email address will not be published.