La présidence désapprouve la prédiction de la chute du Nigeria

Propos recueillis par Timothy Choji, Abuja

0 115

La présidence affirme que la récente prédiction de l’effondrement du Nigeria est futile.

Le porte-parole de la présidence, Garba Shehu, a déclaré dans un communiqué que cette prévision n’est rien d’autre qu’une imagination des Etats-Unis.

Shehu a précisé : En 2005, un document du Conseil national de renseignement des États-Unis intitulé ” Cartographie de l’avenir de l’Afrique subsaharienne ” a émis l’idée qu’il pourrait y avoir un coup d’État militaire au Nigeria. À l’époque, il ne s’agissait pas d’une prédiction bouleversante : 2005 n’était que six ans après le retour d’un régime démocratique civil et un peu plus d’une décennie depuis le coup d’État militaire d’Abacha en 1993 – le dernier des sept coups d’État depuis l’indépendance.

“Cependant, au cours des 29 dernières années – près d’une génération – il n’y en a eu aucun. Depuis le retour de la démocratie en 1999, il y a eu six élections générales, quatre présidents élus, quatre transferts de pouvoir – dont un en 2015 entre le candidat de l’opposition vainqueur et le président sortant perdant qui cherchait à se faire réélire.

“Pourtant, malgré toutes les preuves du contraire, les prédicteurs de chute continuent de doubler leurs paris.

“Tout récemment, John Campbell, ancien ambassadeur américain au Nigeria de 2004 à 2007, a mis à jour son livre, dont la première édition disait :

“Alors que les Nigérians prétendent souvent être des maîtres de la danse sur le bord du gouffre sans tomber, l’administration désastreuse du président Goodluck Jonathan, l’insurrection islamique radicale Boko Haram et l’escalade de la violence dans le delta et le nord pourraient finalement fournir l’impulsion qui le pousse dans l’abîme de l’échec de l’État”.

“Ce n’est pas le cas bien sûr, bien au contraire : Jonathan a été battu lors des élections générales de 2015, le pouvoir étant transféré pacifiquement au vainqueur, le président Muhammadu Buhari.

“Campbell est toujours plus prudent que d’autres qui affirment ouvertement que leur effondrement prédit est juste au coin de la rue. Pourtant, il est toujours là, sous forme de sous-entendus : “Je n’ai jamais prédit l’éclatement du Nigeria parce que je n’ai jamais pensé que cela arriverait. Mais, si c’était le cas, la conséquence probable serait un désastre humanitaire” – a déclaré Campbell dans un billet de blog en 2012 pour le groupe de réflexion américain Council on Foreign Relations (CFR).

“Ce même CFR publie aujourd’hui la nouvelle édition du livre de Campbell. Il semble peu probable que la conclusion soit que le Nigéria s’améliore, quelle que soit la mesure, car – pour les observateurs internationaux du Nigéria – il semble que peu de choses puissent jamais être trouvées pour suggérer que c’est le cas.”

Shehu a noté que la démocratie est venue pour rester au Nigeria.

“Pourtant, le peuple du Nigeria – dont la majorité est née après le dernier coup d’État de 1993 – et qui n’a rien connu d’autre toute sa vie que la démocratie et un gouvernement élu, est la preuve vivante que la démocratie est là pour rester.

“Bien qu’il soit souvent négatif, M. Campbell exprime cependant systématiquement un point de vue important, à savoir qu’il est dans l’intérêt des États-Unis d’encourager la démocratie et la sécurité au Nigeria. Le gouvernement du Nigeria est d’accord. Il est donc dommage que la politique et le soutien des États-Unis envers notre pays, y compris sous l’administration Buhari, aient été si incohérents.

“En 2015, le gouvernement Buhari, alors nouvellement élu, a demandé un soutien militaire américain sous la forme de chasseurs à réaction Super Tucano pour l’armée de l’air nigériane. Les services militaires, de sécurité et de renseignement nigérians ont fait cette demande à plusieurs reprises. L’administration américaine de l’époque était d’accord : la livraison de ces jets permettrait de donner un tournant décisif dans la lutte du Nigeria contre les terroristes djihadistes à travers le Sahel.

“Pourtant, deux ans plus tard, la livraison de ces jets a été annulée, les raisons invoquées étant que si le Nigeria n’améliorait pas ses relations religieuses entre le christianisme et l’islam, le soutien américain ne serait pas assuré dans ce domaine et dans bien d’autres.

“Ces opinions étaient aggravées par le lobbying constant exercé sur le Congrès américain par les opposants au gouvernement nigérian qui avaient perdu les élections précédentes, et par nombre de leurs partisans religieux du Sud – dont l’évêque Mathew Kukah, l’évêque catholique du diocèse de Sokoto, qui, sans surprise, fournit une citation de soutien pour la couverture de la nouvelle édition du livre de Campbell. (Kukah s’est même permis de s’adresser au Congrès américain, informant son auditoire de l’histoire des coups d’État au Nigeria – sans, bien sûr, mentionner qu’aucun n’avait eu lieu depuis 1993, il y a quelque 29 ans).

“Heureusement, aujourd’hui, sous une nouvelle administration américaine, ces jets ont été livrés, et avec eux, un coup sérieux contre les terroristes – avec le chef suprême de l’État islamique en Afrique de l’Ouest et des dizaines d’autres dirigeants du groupe éliminés dans des frappes aériennes.

“C’est très bien de prétendre qu’il est dans l’intérêt des États-Unis d’aider le Nigeria à devenir une démocratie encore meilleure et un pays stable. C’en est une autre de ne jamais mentionner que le dernier coup d’État remonte à 29 ans et que, depuis 1999, le Nigeria a connu 23 années ininterrompues de gouvernements démocratiquement élus et de transition pacifique entre eux.

“Il est également incohérent de prêcher la nécessité de la stabilité, mais de retarder inutilement le partage d’équipements militaires sous la forme d’avions à réaction, alors qu’il est désormais prouvé qu’ils auraient aidé le Nigeria bien plus tôt à vaincre les terroristes qui menacent notre pays.

“Il faut espérer que les États-Unis et le Nigeria vont poursuivre leur partenariat dans la lutte contre le terrorisme à l’intérieur et à l’extérieur de la sous-région.

“Le rêve de nos pères fondateurs d’un Nigeria fort, uni et prospère reste très intact”, a-t-il déclaré.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.