Élection 2023 : “Soyez neutre pendant la supervision des primaires” (Président de la CENI)

0 70

Pendant que les partis politiques se préparent aux primaires pour désigner leurs candidats respectifs aux élections générales de 2023, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le professeur Mahmood Yakubu, a demandé aux commissaires électoraux résidents (CER) de rester neutres tout en surveillant les primaires.

Il a lancé cet appel à l’ouverture de la deuxième réunion consultative trimestrielle régulière de la Commission avec les CER, qui s’est tenue au siège de la Commission, à Abuja, vendredi.

Selon le professeur Yakubu : “Comme vous le savez tous, la Commission a publié le calendrier et le programme d’activités des élections générales de 2023 un jour après la promulgation de la loi électorale de 2022. La prochaine activité prévue par le calendrier est la tenue de primaires par les partis politiques.

“Jusqu’à présent, 14 partis ont soumis leurs avis et leur calendrier de primaires à la Commission. Comme la loi l’exige, la Commission surveillera les primaires dans les circonscriptions où les partis ont l’intention de présenter des candidats.

“Cela signifie que les bureaux d’État seront fortement impliqués dans l’exercice. Je vous demande instamment d’exercer notre responsabilité de surveillance avec une neutralité absolue. Des sanctions sont prévues en cas de violation de la loi, et vous devez le savoir et avertir notre personnel en conséquence.”

Le professeur Yakubu a profité de l’occasion pour rappeler aux partis politiques leur obligation de tenir un registre de leurs membres et de le partager avec la Commission au moins 30 jours avant la tenue des primaires.

“Je saisis également cette occasion pour rappeler aux partis politiques qu’en vertu de l’article 77 de la loi électorale de 2022, chaque parti est tenu de tenir un registre des membres en version papier et électronique et de le mettre à la disposition de la Commission au plus tard 30 jours avant la date fixée pour les primaires, les congrès et les conventions.

“Jusqu’à présent, un seul parti politique s’est conformé à cette obligation. C’est une exigence de la loi, et tous les partis doivent s’y conformer. Agir autrement, c’est comme participer à une élection sans registre des électeurs.

“Il ne peut y avoir d’élections primaires ou générales crédibles sans inscription crédible des électeurs”, a-t-il noté.

Le professeur Yakubu a également exhorté les CER à se familiariser avec la nouvelle loi électorale 2022, car la conduite des élections générales de 2023 sera guidée par cette loi.

Il a poursuivi : “Nous ne pouvons ancrer une élection crédible que sur la loi. La loi électorale, ainsi que la Constitution de la République fédérale du Nigeria de 1999 (telle que modifiée) et nos règlements et directives pour la conduite des élections, constituent le cadre juridique des élections. En tant que gestionnaires d’élections, nous devons nous familiariser avec ce cadre juridique.”

Leave A Reply

Your email address will not be published.