Le gouvernement nigérian prévoit une obligation supplémentaire de 950 millions de dollars

0 84

Le gouvernement nigérian indique qu’il prévoit d’émettre une autre obligation de 950 millions de dollars avant la fin du mois ou en mai, dans le cadre du plan d’emprunt pour l’année 2022.

Révélation faite par la ministre des finances, du budget et de la planification nationale, Mme Zainab Ahmed, jeudi dans une interview accordée à Bloomberg.

En mars de cette année, le gouvernement fédéral avait levé une euro-obligation à sept ans de 1,25 milliard de dollars sur le marché international des capitaux (ICM) pour financer des projets d’investissement dans le budget.

Selon Mme. Ahmed, le pays lèvera bientôt les 950 millions de dollars et évaluera les options pour savoir s’il doit revenir sur le marché cette année ou non.

“Pour l’année 2022, nous avons déjà émis au début de cette année, en mars en fait, 1,25 milliard de dollars, et cela signifie que le marché est encore très réceptif au Nigeria. Il nous reste environ 950 millions de dollars à émettre et cela devrait se faire très bientôt, au mois d’avril ou de mai”, a-t-elle déclaré.

“Plus tard dans l’année, nous examinerons nos options en fonction de l’évolution du marché afin de déterminer si nous devons ou non faire appel au marché. Mais autrement, nous avons un marché intérieur dynamique et nous avons obtenu le financement dont nous avons besoin pour exécuter le budget sur le marché intérieur.”

S’exprimant sur l’état de l’économie, elle a rappelé que faire face à un choc après l’autre a été très difficile à gérer.

Selon elle, les prix élevés du pétrole brut sont censés être une opportunité pour le Nigeria, “mais pour nous, actuellement, c’est un achat mixte car même si nous sommes un pays producteur de pétrole, nous importons également des produits pétroliers raffinés. Ainsi, lorsque les prix du pétrole brut augmentent, cela signifie que nous devons payer davantage pour le pétrole brut que nous importons”, a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que la guerre entre l’Ukraine et la Russie provoque une autre vague de distorsions économiques et que le Nigeria est très affecté dans le sens où les prix de l’énergie sont élevés, ce qui signifie l’augmentation du coût du transport et cela se reflète également dans l’augmentation du coût des aliments.

“Le Nigeria, en tant que producteur d’engrais, est également touché par l’un des principaux intrants de la production d’engrais, la potasse. Elle est désormais rare, ce qui signifie que les intrants sont également très chers, ce qui se reflète dans le coût élevé des engrais”, a-t-elle déclaré.

Leave A Reply

Your email address will not be published.